C’est l’histoire d’une insoumise. Une vraie. Rien à voir avec un certain parti d’extrême gauche qui n’a d’insoumis que le nom et qui s’incline à plat ventre devant les barbares. Non, Mila ne mange pas de ce pain-là. C’est une adolescente qui a refusé d’être insultée au motif que son orientation sexuelle n’était pas halal. C’est une jeune fille qui s’est ensuite tenue debout, alors que la gauche et les féministes lui tournaient le dos. C’est une femme, enfin, qui continue de s’exprimer et faire entendre sa vérité quand la plupart d’entre nous auraient choisi de se mettre confortablement en retrait.

Ce profil ne pouvait évidement qu’aiguiser les appétits. Effrayée à l’idée que Mila puisse un jour basculer du côté obscur de la force, la Macronie a tout fait pour la récupérer. Elle a tenté d’endormir la jeune femme à grand renfort de sermons sur les « valeurs de la République », la lutte « contre tous les extrêmes » et les dangers mortels de la « tenaille identitaire ». Pendant un temps, Mila y a cru. Elle a baissé la garde et accepté quelques accommodements au nom de l’apaisement. On l’a, ainsi, vue en visite à la grande mosquée de Paris, Coran à la main, en face d’un recteur triomphant. On l’a, aussi, vue sur Twitter refuser la main tendue par Éric Zemmour, au grand ravissement des amis du Président. Mais ça, c’était avant.

Un heureux sursaut

Depuis, Mila a mûri. Elle s’est mise à la musculation et c’est son cerveau qui a grossi. Elle a compris qui la défend et qui la met en danger par sa politique migratoire inconsidérée. « Aujourd’hui, je regrette affreusement », déclare la jeune femme au sujet du communiqué dans lequel elle prenait ses distances avec ce que la gauche nomme « extrême droite ». « J’étais plus jeune, faible, j’ai été forcée par mon entourage et des personnes plus haut placées qui m’ont mise sous pression. » Ses regrets portent également sur sa venue très médiatisée à la mosquée de Paris. « J’ai envie de vomir quand je pense que j’ai accepté de faire ça. »

Mais c’est aux macronistes que Mila réserve ses flèches les plus acérées. Elle affirme avoir été « leur marionnette vivante ». « Lorsque j’avais révélé publiquement qu’un Tchétchène était à mes trousses, Caroline Fourest m’a appelée pendant une heure pour me demander de supprimer ça, et ne plus révéler cette affaire. À votre avis, pourquoi ? C’était juste avant les élections présidentielles... »

Caroline Fourest en PLS

La mise en cause n’a pas tardé à réagir. « Défendre Mila contre les islamistes, l’appeler pour lui demander de maintenir sa protection, expliquer qu’il faut d’abord condamner celui qui la menace (avant de l’expulser), se faire insulter par l’extrême droite qui ne sert à rien, pour rien... », tweeta-t-elle, manifestement dépitée de voir Mila lui glisser entre les doigts. Quelques jours plus tard, la journaliste en rajouta une couche dans les pages de son hebdomadaire Franc-Tireur, condamnant le « coming out identitaire » de la jeune femme. Elle n’hésita pas, non plus, à aller sur le terrain de la vie privée et railler les « nouveaux amis » de Mila, les « Thaïs d’Escufon, les Némésis et autres influenceuses de la jeunesse identitaire rance, avec qui elle pose en soirée ». Autant d’amitiés qui rendraient quiconque hautement radioactive et parfaitement détestable aux yeux de Mme Fourest…

Elle est comme ça, la gauche dite « républicaine ». Obéissez-lui et elle vous protégera. Désobéissez-lui et elle vous lâchera. Elle estimera alors que ses efforts pour vous défendre ont été vains et qu’elle vous a sauvé des griffes des islamistes « pour rien ».

19120 vues

09 février 2024 à 17:22

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. La jeunesse identitaire rance! Caroline Fourest devrait se rafraîchir les méninges, ça lui permettrait d’entendre la voix de Charette haranguant sa troupe de Vendéens épuisés, amaigris, mal armés, pourtant prêts à retourner combattre l’occupant bleu qui brûlait maisons et récoltes, empoisonnait les puits, éventrait les femmes et clouait les bébés sur les portes des granges. Le message était tout simple: »Sommes la jeunesse du monde, Messieurs! » Parce que ceux qui luttent contre l’interdiction d’être soi incarnent la jeunesse, la vraie, qui est par nature identitaire.

  2. Le fait que cette jeune fille reconnaisse publiquement ses erreurs, les critiques injustes qu’elle a fait autrefois, etc …, est très courageux de sa part, et mérite notre soutien.

  3. L’attitude de Mme Fourest et de la macronie confirme ma pensée: les « nazis » ne sont pas ceux que l’on pense. D’ailleurs, le nazisme, ce n’est jamais que la variante raciale et raciste du communisme…

  4. Que la macronie s’indigne, éructe, se roule par terre….et plussi affinités….Si Mila cause des AVC chez nos bien pensants, pourquoi s’en préoccuper plus que des milliers de victimes du terrorisme islamiste ?
    « Estremdrouat », les mecs, moi je vous le dis, défense des braves gens hnnêtes, voyous en prison, gauchistes médiatiques à Pôle Emploi, défense de nos biens et de notre Nation la France, il n’y a que ça pour nous sauver….

  5. Autrefois, on disait volontiers: si tu es de gauche avant vingt ans, c’est que tu as du coeur. Si tu l’es resté devenu adulte, c’est que tu n’as pas de tête! Il est réconfortant de constater que le nombre de jeunes adultes cérébrés s’accroît, en dépit du non-enseignement qu’ils ont subi. Peut-être aideront-ils à éradiquer le cancer islamo-gauchiste qui nous ronge!

    1. « Il est réconfortant de constater que le nombre de jeunes adultes cérébrés s’accroît, en dépit du non-enseignement qu’ils ont subi.’ Il est réconfortant de constater que le nombre de jeunes adultes cérébrés s’accroît, grâce au non-enseignement qu’ils ont subi.

  6. Quand Fourest insinue qu’un tel ou une telle est fasciste cela signifie que la personne en question est vraiment bien et mérite d’être écoutée.

  7. Caroline Fourest est la porte parole de Macron, je suis de temps à autre ses chroniques chez Pujadas, qui n’a d’autre choix que d’acquiescer ainsi que tous les invités sur la plateau, la rhétorique est systématiquement identique quelque soit le sujet. Son propos débute par des critiques mesurées et se termine par un satisfecit à l’endroit de la macronnie, sans jamais déroger à la discréditation de l’extrême droite. Le copier coller du récit journalistique dans toute sa splendeur. Bienvenue à Mila dans la sphère que Fourest considère fasciste, j’avoue que je suis fier d’appartenir aux opposants à cette caste bien pensante dont cette dernière se fait l’égérie.

  8. Cette madame Fourest est bien prolixe lorsque le risque est inexistant mais bien taiseuse sur le femmes Iraniennes ou Afganes ! La lie de cette gauche médiatique si peu respectable et qui aboie sans cesse à tord et à travers pour se donner l’impression d’exsister encore… Encore un instant monsieur le boureau… La fin serait-elle proche ?

Les commentaires sont fermés.