C’est une nouvelle qui réjouit ses fans, bien sûr, et, au-delà, le monde de la « gauche culturelle » dont le cœur n’a jamais cessé de battre pour son héros aux poings d’acier. Tout comme les terroristes d’aujourd’hui, qui revendiquent leurs actes dans des vidéos parfaitement construites mais sont néanmoins réputés faibles d’esprit, le chanteur de Noir Désir qui massacra sa compagne aurait succombé à la maladie d’amour. À cinq jours de la Saint-Valentin, « ça l’fait bien » !

Dans ce temps où les cultureux shootés à la moraline voudraient bien oublier qu’ils furent d’actifs militants de la partouze – Catherine Millet, la papesse d’artpress, s’en fit même une gloire littéraire –, Cantat est devenu un héros romantique. Partant de là, qui pourrait s’offusquer de le voir revenir sur le devant de la scène ? Il a purgé sa peine, nous dit-on. Certes, quatre ans de prison pour le meurtre de Marie Trintignant et un voile pudique sur le sort de ses autres compagnes et le suicide de la mère de ses enfants, c’est assez peu.

Les fans n'hésitent pas à mettre au pot

Certes, encore, après un premier retour en 2013 sous le faux nez de Détroit (nouveau nom de Noir Désir), sa maison de disques (Barclay) l’a lâché. En cause une interview obscène dans Les Inrockuptibles où le chanteur pleurait sur son sort.

Et, donc, le revoilà avec un projet d’album et une recherche de financement. Il a donc fait appel à ses fans via une cagnotte hébergée sur la plate-forme Ulule. Succès immédiat : « L’objectif de récolter 60.000 euros a été pulvérisé en à peine quelques heures », apprend-on. Le Parisien précise que « le montant dépassait même les 120.000 euros jeudi soir pour plus de 2.000 contributions ». Toutefois, devant les commentaires indignés de quelques féministes, la plate-forme de financement participatif a publié, ce vendredi matin, un communiqué : « Nous ne souhaitons pas associer Ulule à ce que Bertrand Cantat représente pour les victimes de violences conjugales. ». Et d’annoncer qu’elle allait « reverser l’intégralité de [sa] commission sur ce projet à une association d’aide aux femmes victimes de violences conjugales ».

D'une cagnotte à l'autre, pas les mêmes réactions

Et du côté de la gauche, qu’est-ce qu’on en dit ? Euh… ils sont occupés ailleurs. Et puis le temps est moche. C’est pas comme l’été dernier, quand Jean Messiha a lancé une cagnotte en soutien à la famille du policier accusé d’avoir volontairement tué le jeune Nahel. Un policier qui a passé près de six mois en détention provisoire, n’en est sorti que « placé sous contrôle judiciaire, assorti notamment de l’obligation de verser un cautionnement, d’une interdiction de contact avec les témoins et les parties civiles, de paraître à Nanterre, ainsi que de détenir une arme ». Les réactions contre cette cagnotte ont alors fusé. LFI a hurlé au « scandale » et à la « provocation », qualifié même l’opération d’« indécence et d’horreur absolue ». Il faut dire que les soutiens à la famille du policier avaient atteint 1,6 million d’euros quand ceux à la famille de Nahel plafonnaient à 350.000 euros.

Les avocats de la famille de Nahel ont alors porté plainte pour « escroquerie en bande organisée, recel d'escroquerie en bande organisée, détournement de finalité d'un traitement de données à caractère personnel et recel de détournement de finalité d'un traitement de données à caractère personnel ». Plainte aussitôt instruite par le parquet, qui ne transige pas avec la morale. Reste à savoir laquelle.

Le policier et sa famille vivent aujourd’hui cachés quelque part. Bertrand Cantat, lui, coule des jours heureux et s’apprête à remonter sur scène. On ne connaît pas son adresse. En revanche, celle de la famille du policier avait été jetée sur les réseaux sociaux, obligeant femme et enfant à errer d’hôtel en hôtel. Cela, alors que le traitement du policier avait été suspendu, les privant de revenus. Au nom de la bonne morale, bien sûr.

8144 vues

09 février 2024 à 18:00

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Si on a bien compris, ce Cantat va revivre des jours heureux comme si de rien n’était alors que les enfants de Marie Trintignant, ses parents, sa famille et tous ceux qui l’aimaient sont dans la chagrin pour l’éternité. Cet individu devrait croupir au fond d’une prison jusqu’à ses derniers jours comme c’est le cas de tous les assassins dans d’autres pays. Malheureusement en France, la Justice depuis l’abolition de la peine capitale, est devenue clémente pour les criminels et la racaille et, l’injustice est systématiquement pour les victimes, pour les personnes en légitime défense ou pour ceux qui accomplissent leur devoir pour nous protéger comme les Policiers par exemple etc..etc…

  2. Il ne faut guère s’étonner que ce genre de choses existe en FRANCE ,entre le traitement médiatique -politique- l’idéologie
    judiciaire qui règne dans notre Pays ,ou justement triomphe chaque jours que les Dieux font ,l’inversion des valeurs Humaines les plus essentielles .Un Policier qui risque sa vie et réagit de façons normale voit sa vie bousiller par tous les adorateurs des raclures .Quand à Bertrand que dire qui n’a pas était dit ? Il se trouve que je connais un peu (De loin) ce milieu de la bien pensance de Gauche .L’attitude est de regarder ailleurs ,ou de minimiser .Si ce chanteur avait avoué voté Front National il serait encore en prison .Vous voyez l’idée? Il faut se revendiquer d’un sois disant camp du bien ,sois disant progressiste alors que ce n’est juste qu’une régression de notre société .Donc ,il va revenir sur scène ,après tout il est chanteur .Nous ne sommes pas forcés à aller l’écouter ,par contre nous pouvons nous interroger sur cette attitude.A sa place j’aurais quitté la FRANCE et essayer de me faire oublier.Vu les royalties qu’il possède cela n’aurait pas était impossible.

  3. Je ne suis pas du tout d’accord. Il a été condamné il a fait sa peine (trop courte trop ceci pas assez cela peut-être mais c’est ainsi ! ) a présent il a droit a reprendre une vie normale comme tout le monde. Ensuite chacun est libre d’acheter ses disques ou pas et d’aller le voir en concert ou de le boycotter.
    ce n’est pas au media de décider laissez les gens et le public agir selon ses désirs.
    NB je ne suis pas fan absolu de Noir Désir même si j’aime bien certaines de leurs chansons

  4. Arrêtez, s’il vous plaît, de parler de cet assassin !
    L’assassin d’une amie….
    L’assassin qui a démoli Jean Louis Trintignant…
    Un assassin qui devrait être en Prison, anonyme.

  5. Il va lancer une cagnotte pour le meurtre de Marie Trintignant ? J’en connais un, là haut, qui l’attend, mais pas pour la guitare.

  6. que cet homme écrive des textes de chansons et vive de ses droits d’auteur soit, mais de grâce qu’il cesse de vouloir se mettre dans la lumière, un chanteur assassin, reste un assassin point ! Son crime odieux autant que gratuit ne peut pas être effacé, peine de prison ( minime) accomplie ou non, Marie Trintignant avait des enfants, qui en parle ? qui pense à eux ? qui pense à sa mère ? Cet individu ne devrait même plus être nommé.

Les commentaires sont fermés.