Un homme de 25 ans, interpellé par le GIGN, le mardi 14 octobre, a reconnu son implication dans la mort de la jeune étudiante de 18 ans, retrouvée morte le 28 septembre à Villefontaine (Isère), noyée dans un ruisseau.

Un homme de 25 ans a avoué les faits

Placé en garde à vue par la gendarmerie « dans le cadre de la procédure d’instruction pour enlèvement/séquestration et meurtre », il a avoué les faits, selon une information de BFM TV confirmée par une source proche du dossier.

Une perquisition a également été menée à son domicile et une analyse ADN est en cours afin de comparer avec celui recueilli sur le corps de la victime.
Le parquet de Grenoble n’en dit pas plus afin de préserver « le secret de l’instruction et l’efficacité de l’enquête ».

Selon Le Parisien, « l’homme aurait été aperçu sur les lieux du drame par un tiers qui a prévenu un gendarme du groupement de l’Isère ». Le suspect et la victime n’étaient pas proches.

Mise à jour à 14h30
Domicilié dans le quartier de
L’hypothèse locale semble se confirmer. Selon les informations du Dauphiné Libéré, le suspect interpellé était domicilié dans le quartier des Fougères, la même où vit la famille de Victorine. Cet homme de 25 ans est par ailleurs connu des services de police. Les voisins du meurtrier présumé de Victorine confirment que les gendarmes ont mené une vaste opération mardi après-midi.
Les enquêteurs sont également retournés sur les lieux de la découverte du corps de Victorine, tôt ce mercredi matin, en présence du suspect  afin de “confronter les premiers éléments délivrés par le jeune homme durant les premières heures de sa garde à vue aux enquêteurs et la réalité constatée par les techniciens en identification criminelle” selon le quotidien régional.
40 gendarmes mobilisés pour l’enquête
Depuis la disparition de Victorine, le 26 septembre au soir, un vaste dispositif avait été mis en place : 40 enquêteurs mobilisés quotidiennement, 130 auditions de terrain et 662 personnes contactées par les enquêteurs. Les gendarmes  avaient également procédé au contrôle de 1 100 véhicules et de 130 piétons, d’après les informations du colonel Lionel James, commandant de la Section de recherches de Grenoble.
Mise à jour le 15 octobre à 8h30
L’identité du suspect révélée

Connu de la justice notamment pour des affaires de stupéfiants, Ludovic Bertin, né dans le Rhône, est un « petit délinquant local » d’après une source proche de l’enquête. Père d’un enfant de 6 mois, marié depuis plus de trois ans, il vivait à moins d’un kilomètre de la famille de Victorine. Sur son profil Facebook, avec pour pseudonyme Neg Benz, il pose sur un scooter grosse cylindrée, dans une piscine avec vue sur mer ou encore assis sur le capot d’une voiture de luxe. Un ancien ami évoque aussi les relations tumultueuses de Ludovic Bertin avec sa belle-famille et avec sa femme. « Il y avait souvent des engueulades chez lui. On entendait des cris », selon le témoignage d’un voisin. Un autre évoque aussi la consommation de cocaïne du meurtrier présumé.

 

Capture d’écran ©Facebook

Mise à jour à 18h30

Le procureur de Grenoble, Eric Vaillant, lors d’une conférence de presse ce jeudi 15 octobre informe que le suspect reconnaît avoir étranglé Victorine. Ludovic Bertin a été mis en examen “pour enlèvement, séquestration et meurtre précédé d’une tentative de viol”.

À lire aussi

Attentat de Conflans : l’assaillant aurait contacté Abdelhakim Sefrioui et le père d’une élève leur annonçant vouloir « venger le prophète »

Selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ces derniers ont « manifestement lancé u…