La polémique déclenchée par le prince Harry et son épouse Meghan pourrait bien connaître un prochain coup de théâtre. En effet, le palais de Buckingham vient de faire appel à un cabinet d’avocats afin d’en savoir plus quant aux révélations de certains médias britanniques selon lesquels la turbulente princesse se serait rendue coupable d’« intimidations » vis-à-vis de deux hauts du même palais, après en avoir « humilié » un troisième.

Le couple a aussitôt qualifié ces informations de « diffamatoires ». Visiblement pas plus impressionné que ça, le porte-parole de Buckingham affirme : « Notre engagement à examiner les circonstances entourant les allégations d’anciens membres du personnel du duc et de la duchesse de Sussex se concrétise, mais nous ne ferons pas de commentaire public à ce sujet. »

Bref, la guerre, quoique pour l’instant feutrée, est déclarée. Au cœur de cette histoire, l’entretien récemment accordé à Oprah Winfrey sur la chaîne CBS à l’occasion duquel Meghan Markle stigmatise le racisme de l’entourage de la reine Élisabeth II, lequel se serait inquiété de savoir si la peau de son fils n’allait pas être trop « foncée ». Et la même de se plaindre, au passage, de n’avoir pas été assez considérée par la famille royale.

Rappelons que, dans la foulée, la Maison-Blanche s’est immédiatement rangée du côté du couple ducal, emboîtant ainsi le pas aux actrices Kate Hudson et Natalie Portman, sans oublier la joueuse de tennis milliardaire Serena Williams, qui s’insurge en ces termes : « Je connais bien le sexisme et le racisme que les institutions et les médias utilisent pour calomnier les femmes et les personnes de couleur afin de nous minimiser, de nous briser et de nous diaboliser […] Les conséquences de l’oppression systémique sur la santé mentale sont dévastatrices, isolantes et trop souvent mortelles. » Tout dans la nuance.

Histoire d’en rajouter, c’est maintenant au tour de Charlie Hebdo d’entrer dans le bal, avec sa dernière une qui est en train de causer un assez joli scandale outre-Manche. Qu’y voit-on ? La reine d’Angleterre, assise sur l’infortunée duchesse, un genou lui écrasant la nuque ; le tout assorti de ce titre : « Pourquoi Meghan Markle a quitté Buckingham Palace ? Parce que je ne pouvais plus respirer ! » -Meghan Markle, même combat ? Tout dans la nuance, on vous dit…

Si l’hebdomadaire satirique ne relève guère le niveau, il y en tout même un qui sauve l’honneur : notre Stéphane Bern national, par ailleurs décoré de l’ordre de l’Empire britannique par Sa Très Gracieuse Majesté : « J’ai du mal avec l’idée de faire des confessions à la télévision, tout en attaquant les journaux anglais sous prétexte qu’ils parlent de votre vie privée. »

Sur la duchesse : « Elle n’en a fait qu’à sa tête et vient maintenant pleurnicher, c’est un peu gênant. Elle se plaint d’avoir été laissée seule dans son coin et de ne pas avoir eu le premier rôle, alors qu’elle a refusé tout ce qu’on lui a proposé. » Sur le duc : « Quel est son métier, aujourd’hui ? […] Ce n’est pas une profession, de donner des interviews. Il a déjà accordé trois entretiens depuis son arrivée aux États-Unis, ce qui fait beaucoup pour quelqu’un qui a fui l’Angleterre à cause des médias. »

En attendant, la cote de popularité du couple dégringole au Royaume-Uni, tandis que celle de la reine atteint des sommets. Assisterions-nous à la fin de ce conte de fées, avec Carabosse qui se prendrait pour Cendrillon ? C’est à croire.

Pour la fin de l’hypocrisie, il faudra sûrement attendre encore un peu…

16 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.