Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère : l’heure de vérité ?

MH Thoraval Romans

Alors que certains ne parlent que de l’incursion ratée de militants identitaires dans le quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère, le soir du samedi 25 novembre, d’autres gardent en tête la mort de Thomas. Invitée d’Apolline de Malherbe sur BFM TV-RMC, le maire divers droite (DVD) de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval, a « parlé vrai ». En fonction depuis avril 2014, elle connaît bien le quartier de la Monnaie d'où les principaux suspects impliqués dans la mort de Thomas sont originaires. Se faisant le porte-voix des familles des victimes, Marie-Hélène Thoraval a tenu à rétablir les faits, trop longtemps déformés par ceux qui qualifiaient de « rixe » l’attaque du bal de Crépol. « On a entendu parler de rixe, l’ensemble des jeunes et des adultes qui étaient présents parlent tous d’attaque. Lorsque l’on regarde et que l’on écoute les différents témoignages, ils sont tous concordants pour aller dans le sens de l’attaque », a insisté l'édile, avant d’ajouter : « Les familles demandent deux choses : une fermeté sans appel de la justice et que le caractère raciste qui a été manifesté par ces attaquants soit pris en compte, c’est extrêmement important. » En effet, plusieurs témoins rapportent avoir entendu « on est là pour planter les Blancs, on est là pour tuer les Blancs ».

« Ne pas communiquer les prénoms plus tôt, c’était indécent »

La divulgation des prénoms des agresseurs a fait l’objet de tous les procès en racisme. Mais voilà, ils sont sortis. Parmi les prévenus majeurs, on retrouve, sans surprise, Ilyes, Chaïd, Yasir, Mathys, Fayçal, Kouider et Yanis. Pourquoi ce manque de transparence ? « Je pense que ne pas avoir communiqué les prénoms plus tôt, c’était indécent », juge l'élue. « Par respect pour les familles, je ne vois pas pourquoi, lorsqu’il s’agit d’un autre drame, on communique le nom et le prénom tout de suite. Là, les prénoms ont circulé sur les réseaux avant d’être confirmés par les autorités. Ça ne va pas », continue-t-elle de s’indigner, avant de conclure : « Pourquoi on n’a pas cette notion de transparence dès le départ ? » Avait-on peur de la vérité ? Donner les prénoms serait discriminant et raciste. L’inverse est vrai et contribue à « la stigmatisation », signale l’élue.

Un quartier difficile pris en otage par « une centaine de jeunes »

Le maire de Romans-sur-Isère le reconnaît, le quartier de la Monnaie n’est pas un quartier facile. Avec « un noyau dur particulièrement violent » d’une « centaine de jeunes » irrécupérables malgré l’encadrement, Marie-Hélène Thoraval redoute d’autres drames dans une ville où les gens « aspirent à la tranquillité ». Défrayant régulièrement la presse locale, le quartier de la Monnaie s’était embrasé au moment de la mort de Nahel, en juin dernier, nécessitant l’intervention de plus de quatre-vingts policiers. Cité tenue par des caïds de la drogue, les policiers sont loin d’être les bienvenus et sont souvent victimes de caillassages en règle de la part de ceux qui occupent les points de deal. Consciente de ce chaos permanent, le premier magistrat de Romans a également tenu à rappeler la nécessité de « se mettre autour de la table et à travailler autrement. Face à un niveau de délinquance qui appelle d'autres formes de réponses et qui trouve ses racines dans la radicalisation et le trafic de drogue. » Espérons que la justice sera aussi ferme que pour la bande jeunes militants identitaires, lourdement condamnés, venus chahuter le quartier de la Monnaie dans la nuit de samedi à dimanche derniers, alors même que les cheveux d’aucun habitant n’avaient été effleurés.

Julien Tellier
Julien Tellier
Journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

34 commentaires

  1. Enfin, un élu qui dit tout haut ce tous pensent tout bas. Malgré cela, les politiques-décideurs restent et maintiennent le déni. Il font tout pour cacher le problème. La situation se compresse chaque jour. Bientôt, elle va exploser. Le « noyau dur particulièrement violent » n’est apparu comme cela. Il est une pustule sur le pays. Il faut opérer. Il sont tous bi-nationaux. Regroupement familial, déchéance et expulsion. La bande jeunes militants identitaires sont des patriotes et les victimes d’une répression politique. Ils sont traités d' »ultra-droite » afin de faire peur et de les dénigrer. Ils sont du bois des combattants de la liberté comme ceux de 1940-45.

  2. Fin du commentaire ci dessous :  » sera t elle finalement entendue par les Juges ?
    Ceux ci auront ils assez de sang froid pour prononcer des sentences suffisamment dissuasives ? Prions le Ciel pour que l’attachement à la Patrie leur permette de passer outre les dénis de la bien pensance qui aveuglent le monde politique. !!!

      • Certains avaient apprécié la suppression de la taxe d’habitation, en oubliant que les maires sont maintenant soumis au bon plaisir du « roi ». Idem pour la suppression de la taxe audiovisuelle,…. sui a asservi (encore plus) le media d’état au pouvoir

  3. Si cela crée la suspicion voire l’aveuglement auprès d’une certaine classe politique et des chroniqueurs de médias bien pensants , ce triste évènement ne fait aucun doute possible pour l’immense majorité de la population quant au récit établi par les présents à cette barbarie. Que ceux qui veulent détourner les faits se gardent bien de ne plus masquer la vérité , car ils seront les artisans de potentiels actes de ce genre pour le futur.

  4. Les manifestants de l’ultra droite sont maintenant en prison , ce sont donc des  » prisonniers politiques  » je ne pensais pas qu’en France cela aurait été possible en 2023 .Notre liberté d’expression vient d’en prendre un vrai coup .

  5. Si tous les Maires qui ont un quartier dit difficile dans leurs villes avaient le même courage et la même liberté de parole que la Maire de Romans sur Isère , nous serions plus que rassurés, mais voila trop de Maires se taisent ou défendent même ces racailles par peur de perdre des bulletins de vote… Désolant de voir ces gens élus de la République se comporter en irresponsables en fermant les yeux sur ce qui aveugle la grande majorité des Français. Pourvu qu’elle ne soit pas sanctionnée par son parti politique, ce qui ne m’étonnerait même pas!

  6. On se croirait dans un mauvais western où une poignée de délinquants tient en otage la population.
    L’heure du pouvoir aux caïds à sonné et la maire de Romans se doit d’expliquer la vérité au shérif qui regarde ailleurs…

  7. Une maire courageuse Bravo mais dans le même temps attention car « celui qui dit la vérité ..il doit être exécuté »
    Les faits ne cessent pas d’exister parce qu’on les ignore.
    Aldous Huxley

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois