Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère : l’heure de vérité ?

MH Thoraval Romans

Alors que certains ne parlent que de l’incursion ratée de militants identitaires dans le quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère, le soir du samedi 25 novembre, d’autres gardent en tête la mort de Thomas. Invitée d’Apolline de Malherbe sur BFM TV-RMC, le maire divers droite (DVD) de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval, a « parlé vrai ». En fonction depuis avril 2014, elle connaît bien le quartier de la Monnaie d'où les principaux suspects impliqués dans la mort de Thomas sont originaires. Se faisant le porte-voix des familles des victimes, Marie-Hélène Thoraval a tenu à rétablir les faits, trop longtemps déformés par ceux qui qualifiaient de « rixe » l’attaque du bal de Crépol. « On a entendu parler de rixe, l’ensemble des jeunes et des adultes qui étaient présents parlent tous d’attaque. Lorsque l’on regarde et que l’on écoute les différents témoignages, ils sont tous concordants pour aller dans le sens de l’attaque », a insisté l'édile, avant d’ajouter : « Les familles demandent deux choses : une fermeté sans appel de la justice et que le caractère raciste qui a été manifesté par ces attaquants soit pris en compte, c’est extrêmement important. » En effet, plusieurs témoins rapportent avoir entendu « on est là pour planter les Blancs, on est là pour tuer les Blancs ».

« Ne pas communiquer les prénoms plus tôt, c’était indécent »

La divulgation des prénoms des agresseurs a fait l’objet de tous les procès en racisme. Mais voilà, ils sont sortis. Parmi les prévenus majeurs, on retrouve, sans surprise, Ilyes, Chaïd, Yasir, Mathys, Fayçal, Kouider et Yanis. Pourquoi ce manque de transparence ? « Je pense que ne pas avoir communiqué les prénoms plus tôt, c’était indécent », juge l'élue. « Par respect pour les familles, je ne vois pas pourquoi, lorsqu’il s’agit d’un autre drame, on communique le nom et le prénom tout de suite. Là, les prénoms ont circulé sur les réseaux avant d’être confirmés par les autorités. Ça ne va pas », continue-t-elle de s’indigner, avant de conclure : « Pourquoi on n’a pas cette notion de transparence dès le départ ? » Avait-on peur de la vérité ? Donner les prénoms serait discriminant et raciste. L’inverse est vrai et contribue à « la stigmatisation », signale l’élue.

Un quartier difficile pris en otage par « une centaine de jeunes »

Le maire de Romans-sur-Isère le reconnaît, le quartier de la Monnaie n’est pas un quartier facile. Avec « un noyau dur particulièrement violent » d’une « centaine de jeunes » irrécupérables malgré l’encadrement, Marie-Hélène Thoraval redoute d’autres drames dans une ville où les gens « aspirent à la tranquillité ». Défrayant régulièrement la presse locale, le quartier de la Monnaie s’était embrasé au moment de la mort de Nahel, en juin dernier, nécessitant l’intervention de plus de quatre-vingts policiers. Cité tenue par des caïds de la drogue, les policiers sont loin d’être les bienvenus et sont souvent victimes de caillassages en règle de la part de ceux qui occupent les points de deal. Consciente de ce chaos permanent, le premier magistrat de Romans a également tenu à rappeler la nécessité de « se mettre autour de la table et à travailler autrement. Face à un niveau de délinquance qui appelle d'autres formes de réponses et qui trouve ses racines dans la radicalisation et le trafic de drogue. » Espérons que la justice sera aussi ferme que pour la bande jeunes militants identitaires, lourdement condamnés, venus chahuter le quartier de la Monnaie dans la nuit de samedi à dimanche derniers, alors même que les cheveux d’aucun habitant n’avaient été effleurés.

Julien Tellier
Julien Tellier
Etudiant en Master 2 d'Histoire politique contemporaine, journaliste stagiaire à la rédaction de BV

Vos commentaires

34 commentaires

  1. Pour la justice, celle de Macron , ce sera  » pas de vagues, pas de vagues « circulez, il n’y a rien à voir .

  2. Il était urgent en effet d’ignorer les témoignages concordants accablants pour les assassins dès lors qu’ils n’allaient pas dans le sens de la thèse officielle : les agresseurs sont des Français… POINT.

  3. Le maire de Romans a osé de telles paroles, certains devaient être rouge de colère chez Bfm. Et ses propos ont guère
    été repris.

  4. Une personne politique qui parle « Vrai » c’est rassurant car je croyais que cela n’existait plus !! Bravo Madame et MERCI

  5. Rien ne sera fait dans ce pays tant que nous aurons en place des gouvernants aussi trouillards que ceux qui nous gouvernent en ce moment. Ils ont « goutté » aux émeutes de juin et ont le trouillomètre à zéro. Voilà le triste constat que l’on peut faire. Résultat les razzias telles que celle de Crépol vont, hélas se reproduire et on fera à nouveau des marches blanches, et les manifestations de réprobation seront sévèrement réprimées. La routine …. !! Ainsi va la vie en France.

    • Sont ils trouillards ou sont ils mandatés pour semer le chaos sur tout le territoire national et tenter de faire comprendre à ces français éveillés que désormais la France doit perdre la partie et s’agenouiller devant une poignée d’envahisseurs violents.

  6. Rétention des prénoms, minimiser les faits, excuser les assassins, interdire les manifestations de soutient aux victimes; tous les ingrédients pour attiser la haine. Comment se fait-il qu’aucune plainte ne soit déposée contre les acteurs de ces faits?

  7. Oui, en effet, Madame Marie-Hélène Thoraval a « parlé vrai ».
    En effet, elle connaît bien le quartier de la Monaie, et est tout-à-fait au fait que 150 millions d’euros (« un pognon de dingue », comme dirait celui qui squatte illégalement l’Élysée) ont été dépensés, que dis-je « dépensés », ont été jetés par pure perte.
    Mais ça, Patrick Cohen et l’historienne Isabelle Veyrat-Masson n’en parlent pas eux, ni leurs confrères journalistes majoritairement gauchistes.
    Un gâchis pour des racailles qui ne peut et qui ne doit pas cacher le drame de l’assassinat de Thomas.

  8. Qui ce ressemble s’assemble, il y a la délinquance des quartiers et celle qui la chérisse ceux qui vendent et ceux qui consomment très souvent pas ceux que l’ont voudrait nous faire croire comme certaines personnalités en vue, humoristes, sénateur, moralistes de tout bord politiques et médiatique confondus

  9. La réalité est tellement éclatante que Monsieur Cohen et consorts auront de plus en plus de mal à empêcher le couvercle de la cocotte minute de se soulever brusquement.

  10. La preuve, par quatre! Ne protester plus, ne parlez plus, surtout ne pas se défendre, la police est là, même handicapé ou mort ça sera de votre faute car vous, blanc comme neige, vous serez suspect et aussi condamné, avec la justice d*aujourd*hui.

    • Comment nomme t’on déjà un pays ou une minorité gouverne une majorité ou l’avis du peuple comme en février 2007 est bafoué où cette minorité spolie à outrance sa population ou les médias dit publique sont aux ordres du pouvoir ou les lois ne s’appliquent que pour les faibles ou l’ont fait taire ceux qui ne pensent pas bien ou l’ont emprisonne des personnes pour leurs appartenance a un groupe ou le simple fait de d’exprimer ce que beaucoup subissent dans leurs chaires et répréhensible ou bientôt comme a Paris pour nous déplacer il nous faudra procéder un QR code et probablement demain pour consommer ce que l’ont veut et quand nous le souhaitons ? Alors une petite idée sur comment ont nomme ce genre de pays ?

      • Allez encore un petit effort messieurs nos dirigeants pour la cause pour la paix surtout a notre détriment bientôt la France ce beau pays des droits de l’homme et des lumières n’aura plus rien à envier aux pires totalitarisme ou dictature Poutine ou Kim Jong-un pour ne citer qu’eux peuvent dormir tranquille nos chefs sont a œuvre

  11. Constatons qu’en juin dernier, le quartier de la Monnaie s’était embrasé au moment de la mort de Nahel nécessitant l’intervention de plus de quatre-vingts policiers, tel qu’expliqué dans cet article. Samedi soir une compagnie de CRS pour stopper une centaine d’individus qui, d’après certains témoins n’étaient venus que pour réclamer justice. Combien de délinquants ont été arrêtés et emprisonnés en juin dans ce quartier alors que des dégâts ont été constatés que l’on pourrait comparer à la dizaine de jeunes emprisonnés pour leur participation à leur venue dans ce territoire perdu de la République où aucune dégradation n’a pour l’instant été divulguée? Et comme le disait Thomas Jefferson: « Quand l’injustice devient loi, la résistance est un devoir. » Résistons et faisons plier ce gouvernement d’irresponsables qui ne cherche qu’à enflammer la France pour disqualifier tout mouvement voulant seulement demander justice.

  12. et surtout que le seul blessé est un identitaire tabassé et sa voiture brulée, mais là les délinquants courent toujours

  13. Merci madame votre courage devrait servir d’exemple à nos chiffes molles au gouvernement . oui nous attendons tous le verdict et souhaitons qu’il soit rendu rapidement comme pour les simples manifestants « d’extrême droite  » , que la justice qui a eu le temps de s’occuper rapidement de ceux là soit aussi prompte à punir les assassins de Thomas , pas dans 2 ou 3 ans mais très vite . Et bien sur ces petits anges avaient déjà été très actifs à la mort de Nahel sans aucunes sanctions , si la justice avit fait ce qu’il fallait Thomas serait peut être encore en vie . Honte à ces élus et cette justice à deux vitesses . Et les attaques contre les français continuent .

    • En d’autres termes, on pourrait avancer que « la justice tue » par son laxisme, son idéologie et son absence de sens moral.

      • Lire (ou relire) l’ouvrage de Xavier BEBIN « Quand la Justice crée l’insécurité » (Fayard), vous vous sentirez conforté dans vos idées, qui sont celles d’une grande majorité de citoyens.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois