Ils savaient. Ils savent. Ils savent même très bien. Ils ? Les « celles et ceux » qui nous gouvernent. Qui nous gouvernent depuis plus de quarante ans, aux doux accents de la social-démocratie ou de la démocratie libérale, interchangeables qu’ils et qu'elles sont. C’est la première réflexion qui nous vient à l’esprit, lorsqu’on lit ceci : « Ils sont français, mais pas un seul n’a un nom à consonance française, confie, après coup, ce ministre, en soupirant. Vous verrez ce que ça suscitera dans le pays… Cette affaire traumatise légitimement nos compatriotes. Il faut remettre des règles et de l’ordre, sinon le pays partira à vau-l’eau. » Cela est tiré du Figaro : des propos rapportés par le journaliste Louis Haushalter. « Ils » ? Pour le coup, pas les « celles et ceux » qui nous gouvernent mais les suspects de la razzia meurtrière de Crépol. En marge du Conseil des ministres, nous raconte le quotidien, le ministre de l’Intérieur montre cette liste à l’un de ses collègues qui aurait donc eu cette réaction. Une réaction qui dit tout, révèle tout, résume tout.

Une réaction qui dit la réalité que l’on devine depuis des jours à travers les non-dits, les mal-dits, les trop-dits. Un procureur, aux ordres de la Chancellerie, rappelons-le, obligé de préciser que le principal suspect serait de nationalité française, né de mère française. Pourquoi, aujourd’hui, en France, est-il nécessaire d’apporter d’emblée cette précision ? Du reste, une précision bien maladroite : et le père, du coup, de quelle nationalité est-il ? Des non-dits, mal-dits ou trop-dits qui en disent long. Parce que les Français savent très bien lire entre les lignes : ils ont le décodeur. Si ces suspects avaient été des jeunes issus de la mouvance d’extrême droite, comme on dit, si l’un d’eux avait été le cousin issu de germain par alliance d’un candidat FN en 1985 à une élection cantonale dans la Creuse, pas de doute qu’on ne se serait pas gêné pour nous révéler ce scoop avec, en sus, son prénom et, pourquoi pas, sa généalogie depuis Louis XIV.

La prédiction de Gérard Collomb

Une réaction qui révèle que le pouvoir sait et qu’il a peur. Qu’il a peur que la prédiction de Gérard Collomb se réalise. Ou, plutôt, que cela aille bien au-delà de la prédiction. Jusqu’à maintenant, cette « France des territoires » n’a pas provoqué d’émeutes, n’a pas trouvé son Assa Traoré. Il y a bien eu les gilets jaunes, dont on « fêtait », la semaine dernière, le cinquième anniversaire. Les gueux s’étaient levés contre le coût du carburant et cette dîme des temps modernes qui consiste à payer, à travers des taxes, le droit d’aller travailler à une demi-heure, voire plus, de chez soi. Le sinistre Castaner avait réprimé tout ça comme il se devait et Macron avait terminé le travail à travers une grande séance d’anesthésie collective baptisée « Grand débat national ». Mais cette France ne brûle pas de bagnoles, ne se victimise pas et rentre sagement chez elle après la marche blanche. Jusqu’à quand ? C’est bien là, la grande peur du gouvernement : « Vous verrez ce que ça suscitera dans le pays… », confesse ce ministre. Et puis, en juin prochain, il y a les élections européennes. Si vous voyez ce que je veux dire…

Une réaction qui résume tout. L’échec, le gâchis, le désastre, après des décennies de politiques de la ville, de plans ci, de plans ça, de lutte contre un racisme plus ou moins fantasmé, de politique de l’excuse. Tout ça résumé dans la pitoyable intervention d’Élisabeth Borne, ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal, mercredi au Sénat, nous resservant l’éternelle rengaine que l’on connaît par cœur : « Ce moment appelle à la retenue et à la décence. Utiliser ce drame pour jouer sur les peurs, c’est manquer de dignité et de respect pour les victimes. » L’idée, on l’a bien compris : tout finit par se savoir et « cela » va donc se savoir. Alors, gagnons du temps. Glissons sur l’émotion du moment. Demain sera un autre jour et les Français, vous savez, ont la mémoire courte. Regardez comment ils ont été « résilients » (le grand mot à la mode, depuis une décennie) face aux attentats islamistes. Alors, une « rixe » en marge d’un bal de village, vous pensez-bien… Jusqu'à quand ?

39205 vues

24 novembre 2023 à 22:00

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

141 commentaires

  1. Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère a eu les mots courageux qu’il fallait. Qu’elle en soit remerciée, honorée.

  2. C’est le Qatar, les imans islamistes et toutes les diasporas musulmanes qui dirigent officiellement notre pays en sous main.. Hélas on ne peut que le déplorer. Nous avons été sciemment donné à leur merci depuis des dizaines d’années par nos gouvernants Depuis Rien ne nous est épargné…! Pas même l’humiliation d’être traité comme des idiots analphabètes, de serviles esclaves des faces de craie. Notre gouvernement LGBTQI+ incapable de lutter sans volonté autre que celle de son bien, s’est lâchement soumis pour de cupides raisons. Le pire mal pour nous, vient de nos élus corrompus.

    1. Même si le procureur ne la retient pas, le juge a la possibilité de requalifier l’acte incriminé. Tout ceci demande un minimum de courage. À suivre…

  3. Pourquoi viennent-ils en France tous ces jeunes plein de vigueur?
    Qu’ils restent dans leur pays et retroussent leurs manches pour le relever !
    Qu’ils se débarrassent de toute cette clique corrompue qui s’enrichissent laissant la population dans la misère!
    Le continent africain a d’ énormes ressources et peut faire vivre son peuple.

  4. Pourquoi nos compatriotes, qui sont aux mains des barbares islamistes, des descendants directs des nazis, des vrais nazis ceux-là, pas ceux phantasmés par la gauche; pourquoi leur photo ne sont pas aux fronton des mairies de France ?
    Le gouvernement est-il lâche à ce point ?
    Nous sommes au seuil, Monsieur Macron de ce que vous et vos semblables précédents avez concoctés depuis quarante ans, la guerre civile. Ou plutôt la guerre contre une invasion lente et progressive qui veut la fin de notre civilisation.
    Le Préfet de l’Isère n’était pas aux funérailles de Thomas, l’état n’était donc pas représenté , honte à ceux qui le composent. Honte à ceux qui composent l’état actuel qui préfère les étrangers, en particulier magrébins, aux Français.
    Les vérités vont bientôt éclater, celles du passé et celles d’aujourd’hui. Les coupables, ce sont vous, l’actuel président, l’actuel gouvernement, l’actuelle gauche menteuse et falsificatrice des faits récents et des faits réels de l’histoire. Hitler et Mussolini étaient des hommes politiques de gauche, comme vous. Et les palestiniens, un bon tiers selon l’histoire réelle, avec le grand mufti de Jérusalem, étaient liés avec les nazis pour détruire les juifs. Les vérités, je vous dit, vont surgir et vous submerger car vous êtes des traitres à votre petite république, des traitres à la démocratie et des traites impardonnables à la France.
    A vouloir composer avec l’ennemi on trahi les siens !

  5. Je crois que les français « étaient » traumatisés…Maintenant ils sont en colère ! Ils savent clairement qu’ils sont dirigés par des pleutres, des lâches, et des pervers qui ne savent plus que manier une dialectique immorale et hypocrite comme celle de Mme Borne dont les propos pitoyables relèvent d’un revers de main cinglant!

Les commentaires sont fermés.