Enfin. Enfin, il est officiellement candidat. Enfin, sa cote s'est déscotchée de son inaltérable 24-25 %. Pour faire un bond de 4 points à 28-29 %. Et, pour le coup, cela correspond à une réalité : le chef de l'État bénéficie de l'effet Ukraine, l'opinion éprouvant une forme de sidération, avec le retour de la guerre en Europe, et même du risque nucléaire. Une sidération du même type que celle qui avait valu à François Hollande, après les attentats de 2015, de connaître une envolée spectaculaire malgré son impopularité.

On imagine que cette situation représente pour la Macronie, même si elle ne l'avouera pas, « une divine surprise ». Au contraire, les éléments de langage distillés abondent dans l'humilité, la nécessité de faire campagne, d'avoir un vrai débat démocratique. Voir l'épisode 1 de la vidéo « Le Candidat » : deux fois le mot « humilité », une fois le mot « humble » en 4 mn 35... Et, comme dans la com' macronienne, on en fait toujours un peu trop, un article du Point s'est fait l'écho des inquiétudes du camp Macron en cas de « réélection fragile sur fond de crises » : « Macron et le spectre de la reconduction ». Un langage d'opposant complotiste.

Certes, le procès préventif en illégitimité a été lancé par Gérard Larcher, mercredi. Le président LR du sénat craint « un risque de légitimité au cours du mandat » s'il y a escamotage du débat démocratique. Mais les macronistes seraient nombreux à faire leur cette analyse. Et leurs mots sont clairs. L'un confie au Point : « Le 55-45 face à Le Pen me glace. Ce résultat obère toute capacité d'action. Il peut ressortir de cette élection un champ de ruines. » Surtout si l'on se souvient de la promesse du Louvre. Un autre : « Le Président va être réélu, mais le plus dur est devant nous. L'état de grâce sera de courte durée. Reconduit par défaut, il ne pourra rien faire, le contexte sera très dur. » Un pas de plus ? Pour un autre macroniste, « le chef de l'État peut se retrouver avec les puissance dix ». Ou encore : « Une fois réélu, Macron ne sera plus rien. » Et puis cette phrase de Jacques Mézard, ancien ministre d' nommé par Emmanuel Macron au Conseil constitutionnel : « La Ve République peut finir dans un bain de sang. » Intéressante, surtout de la part d'un membre dudit Conseil. Un conseiller du Président va même plus loin dans l'imagerie révolutionnaire : « S'il ne veut pas finir avec la tête au bout d'une pique, il devra rassembler. »

Comme toujours avec la Macronie, leur communication un peu exacerbée est à prendre avec circonspection, et en même temps très au sérieux. Ils pensent qu'il leur suffit de prononcer les mots terribles de « bain de sang » et de « tête au bout d'une pique » pour en conjurer les réalités : fonction cathartique. Ils pensent aussi montrer leur lucidité et leur connaissance du pays profond. Et ajouter de la dramatisation au drame leur semble mobilisateur. Malheureusement, ils se trompent et nous trompent, et ils n'ont rien appris, comme Emmanuel Macron lui-même nous l'a systématiquement prouvé en cinq ans de mépris. Une fois de plus, Emmanuel Macron et son monde, en s'enivrant de ce verbiage révolutionnaire, jouent avec le feu et ne font qu'exacerber des passions dont ils pensent être les bénéficiaires. Mais cela n'a qu'un temps et constitue une grosse prise de risque. Et pas que pour eux, mais pour la nation.

Donc, pour résumer : oui, les choses peuvent très mal finir si nous reconduisons Emmanuel Macron ; et non, il ne sera pas plus soucieux d'unité nationale dans cinquante jours qu'il ne l'a été en cinq ans. Son « j'ai bien envie d'em...» qui, faut-il le rappeler, date d'il y a deux mois à peine, refera vite surface.

Mais surtout : s'ils redoutent tant son illégitimité, c'est qu'il y a peut-être de bonnes raisons qu'il ne soit pas réélu.

20496 vues

5 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

143 commentaires

  1. Qui fait les sondages ? Ceux qui les faussent pour faire peur. La macronie fonctionne avec la peur mais la vérité finit par jaillir. Mais supposons… réélu, il n’aura aucune majorité à l’assemblée et au sénat et sera (enfin) fini politiquement. Non réélu il devra disparaître où il voudra… alors bon débarras et on peut l’avoir sans attednre 5 an de plus.

  2. Macron ne fait que mettre de l’huile sur le feu dans cette guerre. Il n’y a que lui, avec son ego démesuré, à penser qu’il maîtrise la situation. Il nous envoie droit dans le mur. Pourquoi serait-il réélu ?

  3. Comment peuvent ils parler de  » rassembler  » les français quand ils n’ont fait que les diviser en les « emmerdant  » , mais peut être savent ils que c’est plié et qu’ils le souhaitent .

  4. La démocratie ce sont des élection loyales, avec une opinion éclairée par des médiats d’opinions diverses. Or ce n’est pas le cas. On voit les fraudes électorales pour Biden, le coup d’Etat judiciaire avec l’affaire Fillon pour Macron, une réélection de Macron sans débats. Avec une presse politisée en faveur du mondialisme, et hyper subventionnée. Quand Poutine parle de l’Occident et de ses procédures électorales décoratives, il serait honnête de lui donner raison.

  5. Certes, sondages flatteurs, mais vraisemblablement il peut ne pas passer le 1er tour. La France ne peut plus prendre le risque de reconduire ce malfaisant de Macron qui aura gravement nuit au pays, bien plus que ses prédécesseurs qui l’auront pas mal écorné. Il nous faut , en priorité , nous guérir du cancer islamique et là à part le Z, je ne vois pas.

  6. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire…..mais malheureusement si MACRON est réélu dans un fauteuil , comme les sondages l’indiquent…..attention aux élections législatives , car les partis d’opposition vont se mobiliser , et seront majoritaire à l’assemblée nationale , MACRON court droit à une cohabitation et ce sera terrible pour lui , car il sera combattu sur toutes les décisions qu’il prendra…..PRESIDENT peut-être….mais surtout POTICHE….sans aucun pouvoir de décision

  7. Comment les Français pourraient ils réélire un homme qui a fait tant de mal à la France, je n’arrive pas à comprendre, pour moi c’est une énigme, il n’a rien fait d’utile, il n’a réglé aucun problème, bien au contraire il a affaibli de façon considérable la France. Il a menti sans cesse et continue lors de sa déclaration de candidature en présentant un bilan positif alors qu’il est plus que négatif pour les Français qu’il méprise au plus haut point.

  8. Macron sera réélu c’est certain. Les français aiment bien les déclarations, les coups de menton et le sentiment qu’il y a un chef. Macron joue sur la crise ukrainienne, il n’a pas été meilleur que dans la conduite des affaires internes.Il va falloir qu’il parle vrai sur la crise du pouvoir d’achat, l’immigration et la sécurité, s’il esquive le débat ce dernier aura lieu sur les carrefours.

  9. Si Macron est Réélu ce sera la révolution. Comment peut on être aussi stupide pour ne pas voir que cet homme est capable de nous entrainer dans la guerre uniquement pour assurer sa réélection. Si vous voulez la disparition de nos libertés du droit d’expression et que vive la France ne votez pas pour ce destructeur de toutes nos valeurs.

  10. N’oublions pas que « les Français sont des veaux » – comme le prétendait le Grand Homme auquel tout le monde se réfère. De plus nous oublions que parmi les votants nous avons aujourd’hui quelque 20 % d’étrangers naturalisés, immigrés et fils d’immigrés non assimilés, et bi nationaux. Donc ce pourcentage de 29% est malheureusement plausible.

  11. Ce n’est pas un pseudo président incapable de gérer son pays qui pourra faire faiblir Poutine. Il faut faire preuve d’amateurisme ou pire pour plaisanter avec Poutine et surtout ne pas lui présenter une porte de sortie . Poutine est démoniaque, Macron est juste incapable .

  12. Oui, la ficelle est très grosse. Il y a encore 10 jours, on nous enfonçait dans le crâne que le Covid n’était toujours pas vaincu, qu’on craignait un nouveau variant. que les non vaccinés étaient des salauds, etc, etc… Et puis, depuis 10 jours, plus rien ! Covid ? Disparu ! Variant ? Connais pas ! Normal. Macron a ´´ sa ´´ guerre d’Ukraine, donc, plus besoin de Covid pour stériliser la campagne électorale, et éviter de rendre des comptes. Message de Manu à Wladimir : Merci beaucoup, camarade !

  13. S’il semble acquis que le président actuel sera reconduit dans ses fonctions, par contre, il est évident qu’il devra faire face aux législatives qui suivront, et là, c’est une autre histoire…

  14. Il faut absolument que ce type dégage de la circulation, c’est un magouilleur de première avec la complicité de pas mal de sondeurs et de médias à sa botte et bien sur avec l’appui aussi de ses amis banquiers

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter