Mai 1968. La révolte gronde dans les amphis. Le pouvoir tangue sous les assauts d’une jeunesse frondeuse. Fraîchement revenu de Baden-Baden, le général a décidé d’une stratégie de rupture.

Alors, ce soir-là, juste après le générique de l’ORTF, on voit apparaître le Général, en slip et maillot de corps, charentaises aux pieds, calé dans un fauteuil Louis XV, face caméra. Il fixe la caméra d’un œil décidé.

« Françaises, Français,

Depuis quelques semaines, j’entends beaucoup de fausses informations qui circulent, beaucoup de fausses rumeurs – et parfois, même, n’importe quoi, il faut bien le dire. J’ai donc décidé de répondre à vos questions dans les prochains jours. Posez-les-moi. »

Ensuite, lentement, le général se lève, approche sa longue carcasse de la caméra et, tandis que son visage tavelé par la vieillesse apparaît en gros plan, il appuie lui-même sur le bouton qui arrête l’enregistrement.

Vous imaginez ça ?

Tout le monde a vu Macron, en train de s’enregistrer en tee-shirt sur TikTok, se livrant aux questions de la foule, en mode « qu’ils viennent me chercher ». Devant un drapeau tricolore, le long d’un mur (tricolore également), se filmant lui-même avec son portable, notre Président, l’air encore plus jeune que de coutume, creuse encore plus profondément la fosse septique des institutions républicaines. On imagine que ce geste ne doit rien au hasard. Qu’il doit y avoir une stratégie derrière, comme avec McFly et Carlito. Mais on ne voit pas bien laquelle. On ne voit pas bien, non plus, quel plaisir il peut y avoir à abaisser ainsi sa propre charge. Ce que l’on voit bien, en revanche, c’est que si la pandémie avait été la peste noire, n’aurait pas eu besoin de faire la danse du ventre sur les réseaux sociaux. Les gens auraient eu peur de mourir et se seraient tous fait vacciner. En revanche, pour forcer le peuple à se faire injecter un expérimental, il faut bien aller au charbon. Fût-ce au prix de la dignité.

4 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
86 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires