Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales, réagit après l’allocution d’Emmanuel Macron.

 

Ce qui ressort essentiellement du discours d’Emmanuel Macron est la sortie progressive du confinement à partir du 11 mai. Qu’avez-vous pensé de la prestation de notre président ?

Il aurait pu aller droit au but. Il a tenté de rassurer pour permettre à chaque Français de se projeter dans le mois à venir. Remettre les enfants à l’école est un signe qu’il y a urgence à relancer la machine économique et voir semaine après semaine comment évolue la situation, avec des adaptations nécessaires à la reprise du monde économique par secteur et peut-être même par région.

Ce discours intervient-il trop tard proportionnellement aux annonces ?

Beaucoup de monde attendait un discours avec davantage de choses. Le déconfinement progressif à partir du 11 mai est la chose essentielle qui est ressortie du discours d’Emmanuel Macron. Tout un pan n’a pas été abordé, je pense notamment à l’aide des entreprises, à la manière dont vont se jouer la reprise des écoles et les examens de fin d’année. Il n’a pas abordé la question des élections.
Concernant les traitements, j’ai l’impression qu’il n’a pas de religion particulière. Il fait confiance à tous ceux qui sont en recherche comme le docteur Raoult qui a déjà proposé des traitements. Il compte très certainement sur les progrès des traitements pour permettre d’alléger la charge du déconfinement.

Le Sud-Ouest a été globalement épargné par l’épidémie. Toutefois à Perpignan, un enfant de deux ans est mort à l’hôpital à la suite de symptômes qui ressemblaient au Covid-19. Comment est la situation à Perpignan ?

La situation a très mal démarré avec beaucoup de cas, notamment chez la communauté gitane. Les choses se sont stabilisées. On peut dire que le confinement est respecté sauf sur les zones que l’on connaît. Aujourd’hui, Perpignan n’est pas plus atteint que la Haute-Garonne, que l’Hérault ou le Gard. Au départ, on a cru à une flambée de l’épidémie dans certains milieux, mais aujourd’hui, elle est stabilisée grâce aux mesures de précautions mises en place.

13 avril 2020

Partager

À lire aussi

Louis Aliot, sur le 2e tour des municipales : « Nous sommes dans les starting-blocks pour repartir au combat ! »

Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ont…