Le navire humanitaire Ocean Viking est accueilli, ce vendredi matin 11 novembre, dans le port de Toulon. À son bord, 234 migrants. Les Français sont largement concernés, non seulement parce que le navire accoste en France, mais aussi parce que l’ONG SOS Méditerranée est financée pour une bonne part par les impôts… des Français. Selon le rapport financier de l’association, en 2021, 11 % de ses ressources viennent de collectivités territoriales françaises, soit un million d’euros au total sur 10 millions de revenus. En tête, le département de Loire-Atlantique présidé par Michel Ménard (PS) a versé 200.000 euros, la région Bretagne présidée par Loïg Chesnais-Girard (ex-PS) 105.000 euros, le département de la Haute-Garonne présidé par Georges Méric (PS) 103.500 euros, la ville de Paris administrée par Anne Hidalgo (PS) 100.000 euros et la région Occitanie présidée par Carole Delga (PS-PRG) 90.000 euros). L’association est aussi financée par des entreprises, comme Agnès B ou les laboratoires BioMerieux, et par des fondations comme la Fondation de France ou le CCFD Terre solidaire. Lire aussi l’article de Clémence de Longraye. Ces ONG ne sont pourtant pas vraiment au-dessus de tout soupçon.

Des États, des députés européens, des fonctionnaires liés à l’Agence de protection européenne des frontières Frontex leur reprochent leur ambiguïté. « Il y a une coopération objective entre les passeurs et trafiquants d’une part et les ONG de l’autre », constate un haut fonctionnaire européen proche du dossier, contacté par BV. Frontex a publié un rapport en ce sens en 2021, qui n’a pas été rendu public : l’Agence européenne des frontières constatait qu’en s’approchant des côtes libyennes, parfois jusqu’à entrer dans les eaux territoriales, les navires des associations humanitaires suscitaient des départs de migrants, assurés d’obtenir ainsi la sécurité du voyage dans un navire important plutôt que dans des barques fragiles. Lire aussi Marie d'Armagnac. Pour se signaler auprès des passeurs, les navires de certaines ONG publient leurs coordonnées maritimes précises ou éclairent leur nef, assure ce fonctionnaire. Pour documenter ces dérives, Frontex a diligenté des surveillances par avion et par drone entre la Sicile et la Libye qui ont donné des résultats saisissants. Comme ce film du chargement d’un canot de migrants à partir d’un bateau plus important, révélant une filière et une stratégie d’immigration élaborée.

https://twitter.com/SandrinMarc/status/1590243670875602945?s=20&t=bqoxRe2ZacKlvCMp4remmA

Quoi qu’il en soit, les navires des ONG ne devraient pas arriver sur les côtes européennes. Lorsqu’une barque de migrants est en détresse dans les eaux libyennes, c’est le centre de secours de Tripoli qui doit la prendre en charge. Un centre financé par la Communauté européenne moyennant un investissement de 46 millions d’euros. Il est accompagné d’une expertise technique italienne. Objectif : aider, justement, la Libye à surveiller ses côtes. Cette politique est claire et légalement définie, mais elle est attaquée par SOS Méditerranée. « L’Union européenne, dans le cadre de sa politique de gestion de ses frontières extérieures, continue de financer les garde-côtes libyens, de les équiper et de les former », accuse l’ONG dans son rapport annuel.

Si la Libye ne peut pas secourir vite les bateaux de migrants, les secours venus de Malte, d’Italie ou de Tunisie doivent prendre le relais. Et ramener les migrants en Libye, non en Europe. Une obligation légale, contestée elle aussi par SOS Méditerranée : « Selon le droit maritime, un sauvetage n’est considéré comme terminé que lorsque les personnes secourues en mer sont débarquées dans un "lieu sûr" », écrit l’association, toujours dans son dernier rapport annuel. « Un lieu sûr est défini comme un lieu où les besoins vitaux sont satisfaits (nourriture, eau, soins médicaux) et où les droits fondamentaux sont respectés. La Libye ne peut donc pas être considérée comme un lieu sûr, comme le rappelle régulièrement l’ONU. »

« L’objectif est clair, explique notre fonctionnaire de l’Europe : ramener ces migrants économiques, généralement partis d’Afrique subsaharienne, jusqu’en Europe, s’appuyer sur les quelques femmes et enfants présents parmi eux pour généraliser l'accueil et organiser une pression politique et morale et médiatique maximum pour culpabiliser les États européens. »

Pas de vraie volonté, pour Macron comme pour l'Europe, d'enrayer ce triple drame, pour les pays occidentaux, pour les pays d’origine et pour les migrants qui paient parfois l'aventure de leur vie. Ce serait pourtant la seule voie humainement acceptable. « De nombreux éléments existent pourtant démontrant les liens et collusions entre ces ONG et les filières criminelles de passeurs dont l'action s'apparente à du trafic d'êtres humains », affirme le Rassemblement national, dans un communiqué publié le 10 novembre. Jordan Bardella, président du Rassemblement national, demande au Parlement européen la mise en place d'une commission spéciale d'enquête sur les liens entre ONG et filières criminelles de passeurs. Plus qu'utile, indispensable.

7292 vues

11 novembre 2022 à 10:46

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. Le pire et la honte , c’est que les dirigeants français et européistes camouflent ces magouilles infectes pour le bonheur des multinationales milliardaires qui se gavent avec les millions d’immigrés devenus consommateurs, avec notre argent et nos impôts, alors qu’en Afrique ils ne gagneraient pas un copec ! STOP et Vite.

  2. Si ces collectivités territoriales françaises, avec les département de Loire-Atlantique , la région Bretagne , le département de la Haute-Garonne, la ville de Paris, etc….ont vraiment besoin de main d’oeuvre, de personnels, qu’elle ne trouve pas en faisant des annonces, eh bien qu’elle fasse la demande ouvertement, interviennent par la Loi…..Mais avant il faudrait faire travailler les 45 ou même 55 % d’immigrés sans emploi et qui touchent plein d’aides sociales…
    Le P.S. à la dérive aux élections présidentielles et législatives, installé dans les Régions depuis bien trop de temps, est en train de faire crever la France.
    Quels rapports les Régions avec les Migrants illégaux ! !! Ils sont complices.

  3. Rien que le titre est honteux pour tout ce que « représente » le venin de ces migrants économiques qui déferlent par milliers depuis des décennies en France et en Europe … Comment encore parler du « rôle trouble de SOS Méditerranée » ? ? ? … Qui peut nier les interactions entre ces pseudos OGN et le trafic d’humains ? ! …
    macron et ses gouverne-et-ments successifs ont détruit méthodiquement la FRANCE en accélérant le désastre enclenché depuis Pompidou … La FRANCE n’a plus aucune « souveraineté » de son sol; Elle n’a plus non plus de capacité « souveraine » dans tous les domaines régaliens. l’auto proclamé « premier de cordée » fracasse tout ce qu’il touche depuis qu’il est dans la sphère du pouvoir avec sarkozy …
    Si les députés étaient là POUR LA FRANCE, ils feraient toutes les démarches « démocratiques » pour le destituer ! … Il n’y a plus rien à attendre de cette caste de politicards …

Les commentaires sont fermés.