José Maria Ballester fait le point sur les arrestations et les mandats d’arrêt lancés par la espagnole.

Les leaders sont tout d’abord M. Puigdemont, l’ancien président de la generalitat et qui a été destitué vendredi dernier, ensuite les membres de son gouvernement, madame Forcadell, ancienne membre du Parlement, et enfin les membres du bureau du Parlement régional catalan.
Monsieur Puigdemont se trouve en ce moment à Bruxelles avec quatre de ses anciens ministres régionaux. Un mandat d’arrêt européen a été lancé contre eux. Le reste des membres du gouvernement restés en a été placé en détention provisoire. Parmi eux, il y a monsieur Junqueras, le vice-président de monsieur Puigdemont.

A votre avis, monsieur Puigdemont va-t-il être condamné ?

En tout cas, il va être jugé. Il faudra voir son attitude dans les prochaines heures. Il est désormais engagé dans une guerre d’usure et médiatique avec les autorités espagnoles. Il est en train de jouer au chat et à la souris. L’image qu’il donne en ce moment est pitoyable. S’il ne rejoint pas ses cinq anciens ministres désormais en prison, et qu’il reste à Bruxelles, cela ne sert pas sa cause. C’est une stratégie très risquée.

Après l’indépendance de la , joue-t-il désormais plutôt sa propre liberté ?

Oui et non.
Oui, dans la mesure où les autorités espagnoles ont repris la main avec la mise sous tutelle de la Catalogne vendredi dernier, la loi est appliquée et les juges ont commencé leur travail.
Cependant, la capacité de mobilisation du mouvement indépendantiste reste extrêmement puissante. De plus, il y a des dans un mois et demi. Nous sommes le 2 novembre, des ont lieu en Catalogne le 21 décembre.
Dans les madrilènes, il y a une certaine euphorie parfaitement perceptible.

Le climat social en Catalogne est-il encore tendu ?

Il n’y a pas eu d’agitations dans les rues ces derniers jours, mais je ne vous garantis rien pour les jours à venir.
Si je peux me permettre une opinion personnelle concernant le traitement judiciaire, je n’aurais pas mis la quasi-totalité des anciens ministres en prison. On ne peut pas dire que ce soit un traitement en douceur. J’aurais plutôt fait comme pour l’ancien ministre de Puigdemont le plus modéré, monsieur Santi Vila. Il a obtenu une mise en liberté contre une caution de 50.000 euros.
M. Santi Vila était le dernier contact qu’il restait à Madrid dans l’ancien gouvernement Puigdemont. Il est le favori pour être tête de liste pour le parti démocratique catalan, le parti qui était au pouvoir jusqu’à la semaine dernière, lors des élections du 21 décembre.

Les indépendantistes catalans ont-ils l’intention de mettre un modéré à leur tête pour calmer le jeu ?

Ils ont jusqu’au 11 novembre pour présenter une candidature. S’il ne va pas en prison, il sera probablement tête de liste. Les 9 jours qui restent vont être déterminants.
Il faudra regarder avec attention l’attitude de la . Cette affaire est en train d’avoir des répercussions là-bas. La Nouvelle alliance flamande est en train de faire pression sur le Premier ministre Gerard Michel pour que le mandat d’arrêt à l’encontre de monsieur Puigdemont ne soit pas mis à exécution.

3 novembre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

José Maria Ballester : « La violence de Podemos et la violence verbale de Pablo Iglesias se sont retournées contre eux »

La droite du PP (Parti populaire) a remporté les élections régionales dans la région de Ma…