Monsieur le Ministre,

Vous avez eu l’honneur d’être appelé par le président de la République à l’une des fonctions les plus prestigieuses de son gouvernement : ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

C’est la récompense de votre brillante carrière universitaire et sans doute aussi de vos engagements comme directeur général du musée de la Porte dorée, à Paris, devenu musée de l’Histoire de l’immigration.

Né à Antony d’un père sénégalais, vous êtes un modèle de réussite, un pur produit de la méritocratie française, tout comme votre sœur Marie Ndiaye, brillante romancière régulièrement récompensée par de prestigieux prix littéraires.

Vous avez poursuivi vos études de l’autre côté de l’Atlantique, êtes devenu là-bas le grand spécialiste de l’histoire sociale et des minorités aux États-Unis. Une cause que vous avez épousée au point de vous persuader que la France est une autre déchirée par les tensions raciales.

En voyage dans ce pays – alors que les difficultés de la rentrée scolaire devraient peut-être vous attacher ici –, vous avez prononcé un discours émaillé de propos scandaleux, eu égard à votre fonction, laquelle suppose une certaine réserve en terre étrangère.

Ce discours, vous l’avez tenu devant « une prestigieuse université historiquement noire (sic) de Washington », rapporte l’AFP. Je ne sache pas que la France ait des établissements de ce type, c’est-à-dire ouvertement racialistes.

« L’État français est officiellement indifférent à la couleur de peau. C’est une belle idée, bien sûr […] mais la réalité impose une approche plus concrète », avez-vous dit. Et d’exposer : « Le concept de race, comme vous le savez, est encore très sensible en France. Nous sommes actuellement dans un contexte politique où les organisations d’extrême droite sont puissantes, comme aux États-Unis d’ailleurs, et il est difficile d’aborder les questions ethno-raciales de manière nuancée et complexe. Et je peux vous parler du prix à payer si vous osez parler de ces inégalités ethno-raciales (sic). » Enfin, vous avez ajouté : « Cela ne nous empêchera pas de travailler activement pour développer une culture plus inclusive dans nos écoles, pour que personne ne s’y sente exclu à cause de son ou de sa couleur de peau. »

Vos propos sont scandaleux, je le redis, car il faut être bien aveugle pour oser prétendre que les difficultés et la décadence dramatique de l’école française ont un quelconque rapport avec ce que vous nommez « l’extrême droite ». Quant à établir un parallèle avec la situation raciale aux États-Unis, c’est cette fois profondément malhonnête.

Puisque vous ne semblez pas voir ce qu’est la réalité quotidienne dans notre pauvre France, je vous « forwarde », comme on dit dans vos milieux, le contenu d’un mél que m’a adressé une jeune institutrice. Elle sert son pays dans une ville de 18.000 habitants, au centre de la France. Voici sa rentrée :

« J’ai une classe très dure [...]. Ils ne comprennent rien, sont dissipés, chantent, sifflent, font des bruits d'animaux pendant la classe. Dans le lot, cinq ou six origines différentes, des enfants qui parlent à peine le français et des parents qui ne se donnent pas la peine de venir quand ils sont convoqués par le directeur. »

« La plupart, des Turcs [très nombreux localement], ont rempli les papiers mais refusent de signer la charte de la et le règlement intérieur. » Etc.

Dans cette ville, conduite depuis 37 ans par le même maire socialiste, le RN est arrivé largement en tête aux dernières élections, présidentielles comme législatives. Un complot de l’extrême droite, sans doute ?

Monsieur le Ministre, je vous en prie, épargnez ce qui nous reste de culture française et retournez vivre dans ces États-Unis que vous chérissez.

Avec mes respectueuses salutations.

18428 vues

23 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

35 commentaires

  1. Merci pour cette lettre ouverte qui parle en nos noms. Quand ont voit le commentaire laissé sur You tube par cette adolescente montrant comment bafouer les règles vestimentaires de l’école républicaine, je me dis qu’est-ce que le ministre de l’éducation fait en Amérique. Pour servir ces « minorités » si chères à ses yeux, ne vaudrait-il pas mieux rester en France et se pencher sur les niveaux désastreux de l’éducation française comme le témoigne l’orthographe de ce commentaire ? Ce serait la meilleure façon de remédier aux inégalités si inégalités il y a monsieur le ministre.

  2. Cet homme n’est pas à sa place dans ce ministère .il est comme tout ce gouvernement ..et à dégager au. Plus vite .

  3. Encore un ministre à l’image de Macron, tout comme ce dernier il n’aime pas la France et les Français, sorti du pays, il n’hésite pas à le critiquer
    Tout brillant intellectuel il apparaît comme plus bête que ses pieds’, ma petite fille professeur dans les collèges a 88 nationalités différentes d’élèves pour ses 360 élèves et elle constate le même refus d’apprendre car très peu d’entre eux ne parlent pas le français.
    Est-ce normal pour des classes de la 6eme à la troisième. Voilà l’état de notre pays en ce moment et qu’en sera t il dans les années et décennies à venir
    C’est ce que vous-même voulez tout comme votre mentor Macron, une France où plus personne ne peut se parler, bravo bravo

  4. A l’image de notre président, il dénigre la FRance depuis l’étranger, c’est plus courageux ! il est peut-être et sans doute brillant, mais ce personnage n’a rien à faire chez nous et encore moins dans un gouvernement qui encourage le déclin de la FRance par le biais de l’Education Nationale.

  5. Monsieur Pap Ndiaye, travaille pour Monsieur MACRON et visiblement pas pour la France et les français.Déconstruire la France fait partie de cette tendance américaine, le wokisme. Les USA n’ont pas la même culture, ni la même histoire que nous. Les USA se construisent dans un melting pot d’origine. Respectons sa façon de voir. Laissons aux français le droite rester français. Le nouveau monde de Monsieur MACRON ne répond pas à nos attentes.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter