Les Verts, toujours à la pointe lorsqu’il s’agit de proposer des remaniements de première nécessité, ont émis, ces derniers jours, une nouvelle idée pour la ville de Lyon : un plan est en cours pour y installer des pistes cyclables non genrées. C’est ce qu’a annoncé, le 6 juin dernier, l'un des vice-présidents de la métropole de Lyon, Fabien Bagnon. L’écologiste s’est fendu d’un tweet fleurant bon l’autosatisfaction, mentionnant l’air de rien : « C'est d'ailleurs la communauté de femmes à vélo @beyondmybike qui participe aux réunions techniques avec les équipes des #VoiesLyonnaises pour concevoir des pistes non genrées et donc inclusives. » Tous les éléments sont présents pour que la phrase soit irréprochable : ce sont des femmes qui mènent le projet, ce dernier est bien sûr inclusif et, pour parfaire le tout, un peu d’anglais. Ça fait plus pro. Avec une telle syntaxe, qui ne serait séduit par ce plan merveilleux ?

https://.com/Fabien_Bagnon/status/1533505934617632769?s=20&t=Zl0iFknXcFM58Ps1NrqgKA

Oui mais voilà, une question de taille demeure, freinant l’enthousiasme des plus fervents soutiens de M. Bagnon : qu’est-ce qu’une piste cyclable non genrée ? Le vice-président, par son tweet, a fait d’une pierre deux coups : il a fait connaître au public l’existence de pistes cyclables genrées, le rassurant heureusement au plus vite : le problème ne saurait être laissé de côté par les valeureux défenseurs de la diversité. Rapides comme l’éclair, ils règlent les problèmes avant même que ceux-ci n’aient eu le temps d’éclore. Chapeau, l’artiste. La nouvelle n’a pas manqué d’interpeller un certain nombre de twittos, comme Emmanuelle Ducros, journaliste à L'Opinion : « La piste cyclable “non genrée” vous est offerte par le vice-président du @grandlyon. Ne me demandez pas ce que c'est, je cherche comment une route peut être sexiste. Mais il semble primordial de faire en sorte que LA bicyclette soit aussi bienvenue que LE vélo ou iel biclou. » Encore un esprit étriqué à qui Fabien Bagnon, pourtant si occupé à dégenrer les pistes réservées au patriarcat, condescend à répondre en cinq points – plutôt obscurs, il faut bien l’admettre.

Des esprits chagrins pourraient toutefois faire remarquer que certaines difficultés ont, pour leur part, déjà vu le jour depuis un certain temps, sans pour autant alerter outre mesure l’attention de ces politiciens attentifs. En témoigne ce reportage diffusé, début avril, par la ZDF, Zweites Deutsches Fernsehen, littéralement « Deuxième chaîne de allemande ». Y est mentionnée l’insécurité critique qui règne dans certains quartiers, comme dans le tristement célèbre quartier de la Guillotière. Les habitants de la capitale des Gaules, des vieux jeux bloqués au siècle dernier, font part de leurs triviales préoccupations : couler des jours sereins sans être inquiétés par les dealers et voleurs, souvent détenteurs d’armes à feu. Pendant que certains s’occupent à régler des non-problèmes, d’autres se demandent s’ils ne vont pas devoir déménager pour éviter de devenir la prochaine cible de ces voyous qui sèment la terreur, dans un climat d’impunité proprement incompréhensible. Agnès Marion, ancienne élue municipale de Lyon, évoquait déjà un climat de terreur en novembre dernier, dans nos colonnes : « Les trafics, les agressions, le harcèlement de rue, le marché sauvage de la place Gabriel-Péri, la saleté et les dégradations, la prostitution parfois adolescente au moment où la ville faisait face à des installations de camps roms, les rixes et les combat de free fight en pleine rue, l’ de ce quartier au point qu’il ait pu être surnommé “le Molenbeeck français”. »

Difficile de sonder l’aveuglement de ces politiciens qui semblent avoir renoncé depuis longtemps à s’attaquer aux vrais problèmes, laissant une majorité d’habitants à l’abandon, pour faire en sorte que des « minorités discriminées » puissent faire du vélo. Le fossé entre l’idéologie et le réel ne cesse de s’approfondir, de manière si grossière qu’on serait tenté d’en rire. Et pourtant…

5181 vues

8 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

34 commentaires

  1. Je n’ai toujours pas compris ce qu’est une piste cyclable genrée et la différence avec une non genrée… Quelqu’un pourrait-il m’éclairer ?

  2. Sacrés « Pastèques »; dommage que le ridicule ne tue pas, ils n’existeraient plus.

    Encore plus nuisibles que les gauchos. C’est dire !

  3. Sur les pistes cyclables non genrées les cyclistes devront sans doute s’habiller tous sexes confondus de la même façon, pantalon et T-shirt, pas de voile intégral ni de burka ni bien sûr de qamis qui de toutes façons risquent de se prendre dans la chaîne du vélo.

  4. Et oui, voilà ce qui arrive quand on vote pour n’importe qui…Ou qu’on ne vote pas !
    Grand fervent de la bicyclette je me demande si je dois pédaler nu afin de prouver mon identité de genre et pratiquer sur la piste dûment dédiée. Attentat à la pudeur moins grave que pédaler sur une piste non autorisée ? Pas simple. Je vais reprendre mon diesel…

  5. Ces Khmers Verts sont devenus pathétiques. Ils n’ont vraiment rien d’autre a faire ? Honte a eux … et a ceux qui ont voté pour eux, car ils n’ont pas atterri la par hasard (quoi que …)

  6. Mais non tout va bien… hier j’ai discuté avec un chef de groupe de la police (je ne comprend pas leur malaise), il m’expliquait que 90% des affaire remonté par les médias était des mensonges… plus grave que 99% des affaires de (viol abus sexuel) étaient bidons… Melenchon a t’il raison? La police a pour ordre de soigner les stats mais ne supporte d’assumer les conséquence…. Regardez enquête d’urgence, vous comprendrez…..

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Twitter