« Aucune cause ne justifie les agissements particulièrement nombreux et violents auxquels appelle et provoque ce groupement. » Voilà résumé l’essentiel du décret présenté ce mercredi matin en Conseil des ministres par Gérald Darmanin, dissolvant officiellement Les Soulèvements de la Terre . Cette association écologiste tristement connue pour les déferlements de violence à l’encontre des forces de l’ordre et des actions illégales flirtant avec l’écoterrorisme. En réponse, l’organisation a appelé ses soutiens à manifester devant les préfectures à partir de 19 heures ce mercredi. À gauche, les voix se sont unanimement fait entendre pour soutenir l’association. « L’annonce de la dissolution des Soulèvements de la Terre démontre une fois de plus les dérives de la loi Séparatisme, instrumentalisée par le gouvernement pour faire peur et dissuader les actions environnementales », a notamment dénoncé Greenpeace.

Les différents groupes qui composent la NUPES ont aussi fait part de leur soutien. À l’Assemblée nationale, ce mercredi après-midi, dans le cadre d’une conférence de presse, La France insoumise a trouvé son angle. Derrière la dissolution de ce groupe se cache le spectre de la loi Séparatisme, vieille lune de l’extrême gauche qui y voit l’expression d’un autoritarisme d’État. « Il faut abroger ces dispositions présentes dans la loi Séparatisme », a annoncé Mathilde Panot, faisant référence à celles facilitant la dissolution d’associations mettant en péril la République. Car derrière le cas emblématique des Soulèvements de la Terre se cache la crainte, pour l’ultra-gauche, de voir s’ouvrir une porte jamais refermable. « Il y a un message politique d’intimidation visant les autres associations », a affirmé la députée Danièle Obono. « Pour la première fois de son Histoire, la France dissout un mouvement écologiste. Le gouvernement instrumentalise la police et la justice pour faire taire ses opposants politiques », a dénoncé, de son côté, l’insoumise Clémence Guetté.

En bref, la gauche se redécouvre du côté de la liberté d’expression, fût-elle teintée de violence. Car les affrontements à Sainte-Soline ont dévoilé des images proches d’une bataille rangée. Une violence qui, bizarrement, lorsqu’il s’agit de la gauche, prend le nom fleuri de « radicalité ». Pas radicalisme, ni terroriste. « Radicalité ». C’est, en tout cas, l’intitulé de l’émission « C ce soir », qui se pose la question « La radicalité écolo est-elle légitime ? » Imaginons une seule seconde ce même titre pour parler de la désormais dissoute Génération identitaire ?

La dissolution : l’art de la mauvaise réponse !

« La dissolution du mouvement Les Soulèvements de la Terre est une aberration. On n’interdit pas les idées, on les combat, on ne dissout pas des délinquants, on les sanctionne. La dissolution, c’est l’arme des faibles ! » Cette position d’Élisabeth Lévy chez Sud Radio en a surpris plus d’un. Mais elle interroge. Dissoudre une association ne fait pas disparaître ses membres. Bâillonner les décroissants ne fera pas décroître la violence, bien au contraire. Si les membres de cette association se sont rendus coupables d’actes délictueux ou criminels, ils doivent être jugés.


« À part mener ces actions massives de démantèlement d'infrastructures, je ne vois honnêtement pas ce que je pourrais faire d'autre pour lutter. » La militante des Soulèvements Léna Lazare était très claire. Les actions violentes continueront hors du cadre associatif des Soulèvements. « On ne dissout toujours pas un soulèvement », rétorquent les militants associatifs. La formule est belle et elle dénonce une réalité. Ce n’est pas une réponse administrative mais judiciaire qui doit, dès à présent, entrer en action. En les dissolvant, les services de l’Intérieur délivrent à ces apprentis écoterroristes un brevet en martyrologie et ne feront pas cesser les actions violentes. C’est l’éternel drame de la politique instantanée. Les communiqués remplacent l’action. Ceux qui ont le pouvoir condamnent mais laissent faire. Pendant ce temps, la planète brûle peut-être, la France sûrement.

7689 vues

21 juin 2023 à 20:40

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. La dissolution n’est pas LA solution puisque les membres de l’association dissoute pourront continuer à « œuvrer » et peut-être même en créer une nouvelle. Darmanin a voulu donner une image de force, mais c’est du pipeau. Il faut juger les auteurs de vandalisme et exécuter les jugements. De toute façon le changement climatique a toujours existé — fonte des glaces, dérive des continents. C’est inéluctable et dans l’ordre des choses, même si l’activité humaine accélère le changement actuel. On nous rebat les oreilles avec la voiture électrique, l’éolien, l’énergie photovoltaïque, alors que ces solutions sont aussi polluantes, sinon plus, que le pétrole et le nucléaire.

  2. absolument d accord avec mme lévy …. pour ma part je pense que.les amendes pénales prononcées ainsi que les dommages et intérets aux parties civiles devraient , si elles ne sont pas réglées entrainer la suppression de tout avantage social ( rsa, chomage , scolarité , sécu -hors évidement cas mettant en jeu la vie-)

  3. la violence de nos jours vient de l’islam (plus de 300 morts et de 800 blessés dans des attentats islamistes en France depuis janvier 2015) et des mouvements politiques de gauche et écologistes .
    Et on nie cette réalité , et non nie ces faits , au non de l’idéologie politique dominante.
    « La vérité d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie , et si ce ne sont les faits eux mêmes qui font l’objet du débat » Hannah Arendt – Vérité et politique –

  4. Je pense que ce n’est qu’un coup de com, M. Darmanin parle beaucoup, s’agite énormément, mais le résultat ne sera qu’une goutte d’eau de plus dans la mer, il faut aller plus loin, là ! je crains fort que M. Darmanin ne soit la personne qu’il faut. C’est une tâche réservée à une main de fer dans un gant de velours, avec pour priorité l’amour de son pays et de son peuple. Le travail est énorme, la France est dans la décadence et le chaos. Le pire c’est qu’il ne reste plus beaucoup de temps avant sa disparition.

  5. Il faut dissoudre mais aussi et surtout sanctionner sévèrement ces terroristes ultra violents pseudo écolos !
    Seulement dissoudre c’est la frime habituelle de la macronie faible et incapable.
    Et si on les mettait à l’hôpital psychiatrique, comme de nombreux délinquants ou criminels que l’on refuse de juger par peur de la réaction barbare des copains de ces hors la loi ?!

  6. Dissoudre une association, qui n’en est pas une, c’est comme distribuer des OQTF à des individus qui s’en fichent complètement. C’est faire semblant de faire son job, et s’en laver les mains. Elisabeth Lévy a raison, les terroristes coupables de violences doivent être sévèrement punis dans un Etat de droit ( enfin ce qu’il en reste).

  7. La place des délinquants est en prison. Que font les juges? Ils publient des contre circulaires à l’usage des terroristes. Quant au CO2 il n’est pas la cause du réchauffement actuel mais la conséquence car les océans dégazent. Par ailleurs le rayonnement infrarouge réémis lpar la Terre est piégé par la vapeur d’eau. C’est le GIEC qui doit être dissout pour propagande de théorie fausse en vue d’extorsion de fonds et spoliation.

    1. La France vit dans le mensonge, la trahison, la soumission, depuis plusieurs décennies. Le résultat : c’est La NUPES et toutes ces associations de gauche et d’extrême gauche, qui détruisent notre pays. Il faut mettre fin à tous ces parasites, il est urgent ! Le réchauffement climatique, ce mensonge qui fait vivre toutes ces associations et certains partis politiques de gauche. Vous pouvez prendre toutes les restrictions possibles, cela ne changera rien. Notre système solaire à son cycle de vie, pour la terre, il en est de même. Lorsque l’on s’intéresse à l’histoire de notre planète depuis le big-bang. On comprend mieux ce que nous vivons aujourd’hui. L’homme est un parasite pour l’homme, là ! il y a un vrai problème.

  8. Il n’y a eu absolument personne devant la préfecture chez moi.
    Nada!
    Il faut croire que ces excités ont très peu de soutien dans la population.

Les commentaires sont fermés.