Les Soulèvements de la Terre manifestent contre « le monde du béton »

Brève breve

À Paris, à Nantes, Marseille ou Bordeaux, le collectif écologiste radical a mené une série d’actions contre le groupe Lafarge-Holcim à qui il reproche une dégradation de l’environnement, informe 20 Minutes.

Les actions ont débuté le 9 décembre sur plusieurs sites du cimentier franco-suisse à qui les militants reprochent de participer activement à « l’artificialisation des terres », à « l’extension de carrières » et aux « pollutions de l’air et de l’eau » par le biais de ses cimenteries et centrales à béton. Le collectif d’extrême gauche est soutenu par une dizaine d’associations, parmi lesquelles Extinction Rebellion et Youth for Climate.

« Pour que cesse l’intoxication de ce monde »

« Le règne de Lafarge-Holcim et des autres conglomérats du béton n’est plus une fatalité. Leurs exactions doivent cesser pour que cesse l’intoxication de ce monde. Les gouvernements actuels doivent enfin arrêter de les couvrir. D’autres manières de construire et d’habiter le monde sont possibles », expliquent Les Soulèvements de la Terre.

L’action collective s’est manifestée par des messages peints, intrusions, sit-in, blocages ou occupations comme à Péronnas (Ain) et Lormont (Gironde). Dans le Tarn, des personnes ont défilé contre l’autoroute A69, certaines entrant sur le chantier d’une centrale d’enrobés bitumineux qui composeront le revêtement de ce projet. Des manifestations ont aussi eu lieu devant une centrale à béton du groupe Lafarge (Holcim) à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire)

Ils « se trompent de cible »

« Chez Lafarge, nous estimons que les organisateurs de ces actions sur nos sites industriels se trompent de cible », a réagi le géant du secteur, assurant que l’« entreprise est entièrement mobilisée dans la décarbonation de ses activités et de ses produits ».

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois