Emmanuel Macron, en décidant d’emmerder les , les considérant comme des citoyens irresponsables et les désignant aux yeux de la population comme coupables de propager l'épidémie, confirme son désir d'imposer un point de vue unique détenteur, selon lui, de la seule vérité possible. Hélas, les vérités sont multiples et varient avec les sociétés, les époques et les individus.

Dans le cadre de cette épidémie, à défaut de détenir la vérité, on peut essayer de s'en tenir à des faits objectifs pour éviter de dériver vers la stigmatisation de certains citoyens et, au-delà, vers une atteinte au libre arbitre de chacun.

Début 2020, nous avons eu à faire face à une maladie que nous ne connaissions pas, que nous ne savions pas traiter et qui a rapidement saturé les possibilités déjà restreintes de notre système hospitalier public, car plutôt qu'encourager la population à consulter son médecin traitant (ce qui aurait sans doute grandement diminué le nombre d'hospitalisations), les autorités ont préféré conseiller aux malades de rester chez eux et d'attendre de s'étouffer pour être hospitalisés.

Les autorités ont aussi pris le parti de confiner la population pour freiner la progression de l’épidémie. Ces mesures n'ont pas suffi à éradiquer l'épidémie ; les premiers vaccins arrivant sur le marché, il fut alors décidé de vacciner en masse la population afin de nous débarrasser du virus. Maintenant que la population est très majoritairement vaccinée, on peut commencer à dresser un bilan.

Le vaccin s'est révélé relativement peu efficace pour nous protéger totalement, mais sa protection même partielle semble pouvoir souvent éviter les formes graves, ce qui est à porter à son crédit. Cependant, il semble maintenant établi qu'il n'empêche pas la contamination et que les personnes vaccinées peuvent également transmettre le virus et se révéler contagieuses. On comprend alors mal cette volonté de désigner à la vindicte publique les sujets non vaccinés qui, en réalité, ne représentent pas un réel danger pour les autres et ne prennent de risques que pour eux-mêmes. La décision de se vacciner ou non relève alors du libre arbitre de chacun. Pourtant, certains affirment (sans raison) qu’il faudrait les vacciner de force, sans doute pour se venger d’avoir été eux même contraints de se vacciner.

On les accuse aussi d'être en partie responsables de l'encombrement des services d'urgences, mais plutôt que désigner les comme coupables de tous nos maux, ne vaudrait-il pas mieux rechercher les responsabilités de ceux qui, depuis des années, détruisent régulièrement les capacités d'accueil du service public hospitalier.

En mélangeant volontairement les antivax et les non-vaccinés, on crée une catégorie de sous-citoyens qu'il faut bannir et ne plus les faire bénéficier des avantages de la société qui les héberge, puisque ils sont volontairement passés dans le « camp du mal ». Certains médecins se sont même demandé publiquement si on devait leur accorder les mêmes soins qu'aux personnes vaccinées, ce qui va à l'encontre de toute éthique médicale. On croit rêver ! Hélas, cette crise ne fait que révéler certains travers de l’âme humaine auxquels les médecins n’échappent pas et que les récentes déclarations du Président ne peuvent qu’encourager.

Notre société ne sortira pas sans séquelles de cette crise sanitaire, et plutôt que serrer les rangs pour faire face, on préfère désigner de faux coupables, pseudo-responsables de la poursuite de l'épidémie, ce qui évite d'avoir à changer de stratégie thérapeutique et reconnaître ses erreurs.

5893 vues

7 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

97 commentaires

  1. Refuser le vaccin, quand on peut le faire, est un action militante qui pousse ce pouvoir dans ces retranchements. En réalité nous emmerdons Macron au nom de notre liberté et de tous ces « malgré nous » qui n’ont d’autre choix que de se soumettre. Comment a t on pu détruire notre économie, les petites entreprises surtout, par crainte d’un virus qui après traitements connus, interdits !!! tue à 0,03 % !!

  2. on a compris que vaccinés ou pas le virus peut nous rattraper. a partir de là chacun est libre de prendre son risque le camp du mal n »existe plus St michel a fait le job

  3. Les ARNm qu’on nous présente comme vaccins n’en sont pas. Ce sont des thérapies géniques. Rappelons qu’un vaccin est fait avec du virus atténué. Personne n’est fondamentalement contre la vaccination. Au fait, et les traitements préventifs, les traitements simples ? Quand vont-ils arrêter de nous prendre pour des imbéciles ?

  4. Et si on se demandait pourquoi un grand nombre de personnes non-vaccinées n’ont toujours pas attrapé ce virus hyper-contagieux depuis deux ans ?

  5. L’Etat a interdit les médicaments qui sauvent, y compris certains antibiotiques, dont désormais l’Azithromycine qui a contribué à me guérir du Variant Delta. Le scandale réside dans le fait que l’Etat a interdit aux médecins de « prescrire » ! Le Serment d’Hippocrate a été trahi. Les médecins ont été soumis à l’Inquisition de l’Etat, via l’Ordre des Médecins. Quand cette crise sera passée, il faudra remonter aux coupables.

  6. Ayant contracté le Variant Delta en août dernier, je suis en droit d’affirmer qu’il existe d’autres mesures que le vaccin pour sortir du Covid ! En étant soignée, précocement, comme le préconise le Prof. Raoût, la guérison s’opère. Je n’ai aucune séquelle. Le crime est d’avoir préconisé du Doliprane ou du Paracétamol aux covidés. Au bout de 10 js de ce traitement inadapté à une maladie infectieuse, ils se retrouvent en détresse respiratoire : des antidouleurs n’ont jamais soigné une infection !

  7. Consentement libre et éclairé : au médecin qui voulait m’injecter pour mon bien, j’ai demandé; pouvez vous me citer les composants de ce produit (obligatoire pour tous les médicaments), réponse NON; Pouvez vous m’assurer qu’il n’y à pas de nano particules dans ce produit, réponse NON; Etes vous prêt à me signer personnellement une reconnaissance d’entière responsabilité en cas d’effets secondaires graves, réponse NON; Alors je suis reparti comme j’étais venu libre et non éclairé, logique non?

  8. Si oui, les députés, les sénateurs, et l’ensemble de nos dirigeants appartiennent également au camp du mal et je n’évoque pas les gendarmes, la police ainsi que nos militaires. Cherchez l’erreur !

  9. « Le non-vacciné est un danger pour la Société » (Voir S. Ravier à 10 m d’Elkrief…)
    Testé, il est Sain ! Sinon Saint…
    Les vaccinés, Eux, sont dangereux car possiblement contagieux.
    Ou est la Logique ?

Les commentaires sont fermés.