Un homme a été arrêté, jeudi 1er avril, dans l’enquête menée par la judiciaire de Montpellier après l’agression sauvage, à Montpellier, du metteur en scène Alain Françon, a-t-on appris, vendredi 2 avril, de source proche du dossier relayée par Le Midi libre. Aucun autre détail sur cette arrestation n’a été donné dans l’immédiat.

« Un Algérien d’une trentaine d’années, connu pour de très nombreux faits de »

Deux semaines après l’agression violente qui avait failli coûter la vie au dramaturge, les enquêteurs ont interpellé à son domicile « un Algérien d’une trentaine d’années, connu pour de très nombreux faits de délinquance et de violence », détaille le quotidien régional.

Une attaque « abominable »

Le metteur en scène Alain Françon, l’un des plus prolifiques du français, avait été grièvement blessé à l’arme blanche au niveau du cou, le mercredi 17 mars dernier, à Montpellier, dans des circonstances floues. Âgé de 76 ans, il s’était effondré dans une rue du centre près de l’église Saint-Roch.

Survenue en plein jour en zone piétonne, cette attaque avait choqué les Montpelliérains et avait eu un retentissement national en raison de l’ de la victime, le maire de Montpellier Michaël Delafosse la jugeant « abominable » et le ministre de la « terrible ».

2 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Dix fois plus d’actes antichrétiens que d’actes antimusulmans en France !

Ce week-end, des tags sur la mosquée de Rennes ont provoqué les réactions des médias et po…