Culture - Editoriaux - Histoire - 2 septembre 2019

Lecture de l’été : Les Mouchoirs rouges de Cholet, de Michel Ragon, 1984

« Il était une fois un chêne, un gros vieux chêne, et, dans le tronc de ce chêne, se tenait mussé un homme. Si parfaitement intégré à l’arbre, dont il avait d’ailleurs pris la couleur grise, si incrusté dans le creux du bois, souvenir d’une déchirure d’orage, que personne n’eût imaginé que ses membres, qui parfois se détachaient du tronc pour se désengourdir, eussent pu appartenir à une autre espèce que végétale. »

Ainsi débute cet étonnant roman qui, de 1793 à 1820, nous conte l’histoire d’un village vendéen.

L’homme caché sera appelé Duchêne, bien sûr, ou plutôt Dôchagne, avec l’accent. Pendant qu’il vit ainsi camouflé, les colonnes infernales de Turreau, « l’Ogre-Turreau », comme les Vendéens l’appelleront, tuent, violent, pillent. Lorsque le silence se fait et que le génocide semble accompli, il sort. Il va errer, de charnier en charnier, avant de trouver quelques survivants, terrés dans la forêt, encadrés par un prêtre, appelé le curé-Noé, car ils sont les rares rescapés.

Le danger semble enfin écarté et la misérable troupe quitte les bois. Elle va reconstruire ce village sous l’impulsion du curé-Noé et des chouans Dôchagne et Chante-en-Hiver.

Avec eux, nous voyons revenir les notables républicains, s’achever la révolution et arriver Bonaparte. Il sera « l’Antéchrist » malgré le concordat qui divisera le village et entraînera la création de la Petite Église. Un projet d’assassinat se monte lorsqu’il traverse la Vendée en revenant d’Espagne.

Enfin, le roi revient et envoie son neveu saluer ceux qui ont tout perdu pour lui. Mais Turreau fait partie de sa suite. « Vive le roi quand même », dira tristement un officier chouan aux paysans incrédules.

Ce beau récit mérite d’être lu et nous apprend beaucoup sur ces chouans courageux, pieux mais incroyablement superstitieux et obtus.

Michel Ragon, ancien bouquiniste des quais de Seine, est un autodidacte aux idées très contrastées. Libertaire, spécialiste d’architecture, d’art moderne et de littérature prolétarienne, il est aussi l’auteur de romans de facture très classique comme son cycle vendéen par lequel il voulait saluer « la mémoire des vaincus ».

Retrouvez ce livre, et bien d’autres sur Leslivresdantoine.com.

À lire aussi

En limogeant le faucon Bolton, Trump met fin à la doctrine du changement de régime hostile et c’est heureux !

Trump crie, menace, mais préfère finalement négocier que frapper. Heureuse évolution dont …