Le maire des Sables-d’Olonnes impose sa statue d’Ulysse aux wokistes

©Ville des Sables d'Olonne
©Ville des Sables d'Olonne

Au lendemain des cérémonies du Débarquement sur les plages de Normandie, le maire divers droite des Sables-d’Olonne Yannick Moreau, ancien député UMP et LR, annonce qu’une statue du héros légendaire s’installera dans les jours qui viennent dans la baie de la cité vendéenne.

L'édile, qui s’était battu déjà pour que demeure dans l’espace public la statue de saint Michel, entend prouver que la culture constitue un combat. « Aux Sables-d’Olonne, on aime les statues », assume l’élu. Pourtant, la statue d'Ulysse aura pris les détours d’une... odyssée, entre démarches administratives et l’habituelle contestation d’une poignée d’opposants décidés à enterrer le projet à coups de pétition et de saisine des tribunaux, finalement vite abandonnée.

Avant même qu’elle ne soit installée, les opposants cherchaient à la déboulonner ! Yannick Moreau, rompu à la défense bec et ongles de ses sculptures, fustige, dans une tribune, les « ennemis de la culture, ayatollahs du laïcisme qui déboulonnent les statues ; Khmers verts qui éclaboussent de soupe l’imperturbable Joconde ; déménageurs des paysages qui n’ont rien à envier aux talibans ».

Les traces d’une civilisation qui refuse de disparaître

L’œuvre qui devait être installée dans la baie des Sables-d’Olonne, juste à temps pour accueillir l’arrivée de la flamme olympique dans la cité balnéaire le 4 juin dernier, sera finalement érigée début juillet, comme si la flamme venue d’Olympie avait décidé de laisser derrière elle une trace durable.

Figurative, à l’antique, universelle, évocation d’une civilisation qui célèbre ses racines, cette statue aurait rencontré moins d’embûches et le fervent soutien de Libé ou du Nouvel Obs, de la matinale de France Inter ou de Télérama si elle avait été plus conceptuelle, plus abstraite, dans les canons du nouvel art contemporain officiel déconstruit… mais il reste encore des artistes contemporains, comme Christophe Charbonnel, pour créer, avec l’inspiration d’aujourd’hui, des œuvres intemporelles ; il reste encore des figures mythologiques rescapées de l’idéologie woke pour les inspirer ; des œuvres en mer qui ne soient pas que des champs éoliennes ; et des élus mécènes pour laisser aux générations d’aujourd’hui et de demain les traces d’une civilisation qui refuse de disparaître.

Pour Dostoïevski, « la beauté sauvera le monde ». Moreau, veut par cette œuvre figurative, rendre « hommage à ceux qui ont ouvert des sillages » et laisser un message aux générations futures. « Afin qu’ils se souviennent que quelque part, au premier quart du premier siècle du troisième millénaire, alors qu’autour d’eux un monde s’effondrait et ne voulait plus durer, quelques-uns croyaient encore que pour le sauver, ne restait que la beauté. » Bien vu !

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

26 commentaires

  1. « Les naïfs ( restons courtois ) qui ont élu des pitres écolo-gauchistes dans trop de nos cités commencent à le regretter semble-t-il… »
    Ce ne sont pas ceux qui ont élu ces pitres ecolo-gauchistes qui regrettent mais tout ceux qui n’ont pas été votés et qui ont permis aux écolos de prendre la main sur cette ville comme beaucoup de villes passées à l’ecologie pure et dure.

  2. La Vendée que je connais depuis longtemps est depuis plus de deux siècles une terre de résistance . J’espère que MR MOREAU restera longtemps encore maire des Sables d’ Olonne, il est tout à fait à sa place là-bas.
    Aux yeux d’ Alexandre Soljenitsyne, la Vendée fut le laboratoire de la première Terreur idéologique. En se rendant (en 1993) sur la terre des martyrs de la Révolution française, le grand écrivain tenait à rendre justice à la double résistance opposée par la Vendée et par la Russie au « processus intrinsèquement destructeur » des totalitarismes modernes.
    Au moment d’être banni d’ URSS en 1973, le célèbre dissident soviétique fit un discours avec notamment ces mots, de plus en plus d’actualité, au sein des instances européennes non élues et de la politique d’Emmanuel MACRON :
     » La violence trouve son seul refuge dans le mensonge et le mensonge son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle « .

  3. Un grand merci à Yannick MOREAU, un homme sur lequel on pouvait compter à l’Assemblée nationale pour défendre les valeurs traditionnelles chrétiennes qui ont fait beaucoup de bien à l’histoire de France, en particulier quand elles inspiraient un roi ou un président. Il est un des derniers contre-révolutionnaire, les révolutionnaires d’aujourd’hui héritiers des communistes et des anarchistes sont LFI, Lutte Ouvrière, les mouvements LGBTetc.certains militants CGT et des mouvements agressifs et oppressifs comme la Libre pensée et les Antifas dont les appellations sont aussi mensongères que l’ ex République démocratique Allemande et l’actuelle république populaire de Chine.
    J’aimerais bien connaitre l’argument que nous opposerait le ministre de l’intérieur pour ne pas avoir encore dissous ces 2 mouvements, lui qui en a déjà éliminé près de 40.

  4. Un très grand bravo à monsieur Moreau Monsieur le Maire des Sables d’Olonne.
    Il faut que nous arrêtions de nous soumettre à toutes ces bandes de comiques qui se prennent pour des gens importants , et qui ne font rire qu’eux-même .

  5. Île de Ré : la Vierge de La Flotte réinstallée après avoir failli être déboulonnée
    La Vierge de La Flotte de l’île de Ré a été réinstallée vendredi 7 juin sur un terrain privé appartenant à une association qui défend le patrimoine. Une victoire face à la Libre pensée qui voulait faire respecter une stricte laïcité.
    Qui veut déboulonner les statues : Monsieur le Président de l’Institut de recherche et d’étude de la libre-pensée Jean-Marc Schiappa Né en 1956 à Rabat père de Marlène Schiappa

  6. Les naïfs ( restons courtois ) qui ont élu des pitres écolo-gauchistes dans trop de nos cités commencent à le regretter semble-t-il…Qu’ils prennent à l’avenir exemple sur les Sablais. La Vendée nous encourage, une fois de plus, à restaurer notre culture et notre dignité nationale, merci Monsieur le maire.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois