Quotidien accusé de racisme : Hanouna relance sa querelle avec Yann Barthès

Capture d'écran TPMP
Capture d'écran TPMP

« Le racisme qu’on a subi, j’ai jamais vécu ça de ma vie. Une honte. » Ce coup de colère, c'est celui d'une choriste invitée sur le plateau de Quotidien pour accompagner le chanteur Pierre Garnier. Vainqueur de la Star Academy, Pierre Garnier s'est produit sur le plateau de la chaîne TMC (propriété du groupe TF1), accompagné d’une chorale de gospel. Mais voilà, l’accueil reservé à cette chorale a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux : plusieurs heures d’attente avec seulement une bouteille d’eau, des choristes contraints de manger dans les escaliers et des chanteurs noirs qui se plaignent d’avoir été distingués par un bracelet... noir. Suite à ces témoignages, l’émission de Yann Barthès est accusée de racisme ! Pourtant, lors de la fameuse commission parlementaire sur l’audiovisuel qui avait auditionné Vincent Bolloré en mars dernier, Laurent Bon, le producteur de l’émission Quotidien, avait assuré sans hésiter : « Les valeurs antiracistes, on les incarne à la télévision. »

Hanouna monte au front, Barthès bat en retraite

Il n’en fallait pas plus à Cyril Hanouna, producteur et animateur de l’émission Touche pas à mon poste !, sur CNews (groupe Canal+/Bolloré), pour relancer la guerre entre sa chaîne C8 et TMC. Dans l'émission du lendemain, Hanouna met cette affaire de racisme au menu. « Oui, on leur souhaite du mal, on ne peut pas les blairer », assume-t-il franchement. L’accusation est très grave, ajoute-t-il. Pour lui, le rideau devrait tomber sur l’émission concurrente. Si Cyril Hanouna prend le parti de critiquer aussi violemment son adversaire, Yann Barthès, de son côté, choisit de quitter le ring. Pour l'animateur de TMC, Cyril Hanouna a besoin d’un ennemi pour exister. Barthès promet qu'il ne mentionnera plus Hanouna ni son émission.

De fait, Touche pas à mon poste ! et Quotidien sont en concurrence directe : les deux émissions sont diffusées à la même heure et les deux programmes sont au coude-à-coude en audience, en tête de la catégorie talk-show. Pour le mardi 4 juin, par exemple, Cyril Hanouna prend la tête du classement, cumulant 1,9 million de téléspectateurs. À la même heure, 1,8 million de personnes regardent Quotidien de Yann Bathès. Et le rapport de force s'inverse régulièrement.

Une guerre télévisuelle sur fond de querelle politique

Cette guerre télévisuelle s’est déplacée sur le terrain politique, notamment lors de la commission d’enquête parlementaire. Cette commission, après avoir interrogé les grands responsables de l’audiovisuel en France, dont Vincent Bolloré et de nombreux présentateurs de CNews tels que Pascal Praud et Laurence Ferrari, a également reçu Yann Barthès. Les travaux à peine clos, Cyril Hanouna n'a pas hésité à inviter sur son plateau Quentin Bataillon, député de la majorité présidentielle et rapporteur général de la commission. Face à Hanouna, l'élu donne son avis sur l'audition de Barthès : « Je crois que c’est la première fois que je me suis énervé, il avait une attitude assez arrogante dès le début, il refusait de répondre à nos questions », explique Bataillon.

Les deux émissions ont une portée politique en raison de leurs choix éditoriaux et des opinions de leurs téléspectateurs. Selon une étude de la chercheuse au CNRS Claire Sécail, contestée par Hanouna, TPMP surreprésente les partis de droite et d’extrême droite dans ses émissions - 52 % du temps d’antenne sur la période présidentielle de 2022 - tandis que Quotidien, tout en respectant la pluralité via des extraits vidéo, refuse catégoriquement d'inviter sur son plateau la moindre personnalité politique encartée au Rassemblement national. Après la performance inédite de Cnews, qui s'est hissée en tête des chaînes d’information en continu en mai, la chaîne sœur de CNews, C8, et son émission Touche pas à mon poste ! emporteront-elles la bataille des audiences contre TMC et Quotidien ? Le feuilleton est en tous cas très suivi dans le milieu de l'audiovisuel et parmi le fan-club des deux bretteurs télévisuels.

Raphaelle Claisse
Raphaelle Claisse
Journaliste stagiaire à BV. Etudiante école de journalisme.

Vos commentaires

12 commentaires

  1. Bien que je déteste Barthes et son émission, je ne crois pas à l’histoire des bracelets noirs pour distinguer des personnes de couleur noire. A part une forme de victimisation très à la mode, avec certaines catégories qui se prétendent ostracisées et font évocation à l’étoile jaune.

  2. Pas de doute : si on veut apprendre plein de choses dont on ne parle nulle part ailleurs dans les médias, si l’on veut baigner dans un climat de respect, de convivialité, d’humour, il faut regarder Christine Kelly et ses 4 mousquetaires sur CNews. On s’instruit en s’amusant. Mais ce qui est bien connu c’est que ce sont les plus grands antiracistes qui ont toujours prouvé qu’ils étaient, en fait, les pires des racistes. Ce n’est pas nouveau, c’est comme pour l’esclavage : les arabo musulmans ont été les premiers, les plus cruels des esclavagistes, mais on n’en parle jamais de ceux-là. Taubira ne voulait pas culpabiliser nos pauvres musulmans…

  3. Franchement absurde cette histoire… Comment nous faire croire qu’il aurait été nécessaire d’un bracelet de couleur noire pour différencier des participants à la peau noire des autres ? (à la peau blanche ???)

  4. « Pourtant, lors de la fameuse commission parlementaire sur l’audiovisuel qui avait auditionné Vincent Bolloré en mars dernier, Laurent Bon, le producteur de l’émission Quotidien, avait assuré sans hésiter : « Les valeurs antiracistes, on les incarne à la télévision. »

    Quand on étudie les cultures d’entreprise, on apprend vite que les valeurs que prône une entreprise sont celles qu’elle n’a pas. En réalité, ce sont celles qui lui manquent, celles qu’elle voudrait avoir. Par exemple, si une grande entreprise met en avant l’esprit d’équipe, c’est parce qu’elle souffre de dissension et d’un esprit de chapelles… Donc si Quotidien met en avant l’antiracisme, c’est précisément parce qu’elle en manque. Ceux qui vous font la leçon sont généralement les plus concernés par le sujet dont ils parlent…

    • Oui, la vie m’a montré qu’il faut se méfier de celui qui vous dit « Faites moi confiance » ou « Honnêtement… »
      Ou bien le parti fascisant LFI qui traite ces adversaires de « fascistes ». Un parti d’extrême gauche, avec un duce arrogant, violent, intolérant, avec ses chemises noires qui agressent physiquement ceux qui ont une autre opinion, historiquement c’est le fascisme de B. Mussolini. Aujourd’hui, quel est le parti qui en coche toutes les cases ? Je suis sûr que vous avez deviné.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois