Le crépuscule du macronisme

2aca268a034866676ea3ea73c1b2-1443745

La sentence est tombée : plus de 85 % des Français qui sont allés voter ce 9 juin 2024 ont rejeté le macronisme. Une déroute. Les Français ne veulent plus de Macron : c’est ainsi que l’on peut interpréter ces résultats implacables, si l'on observe avec un peu de hauteur le champ de bataille. Oui mais, me direz-vous, c’était des élections européennes, pas nationales. Bah si, justement ! Sinon, le président de la République ne se serait pas adressé aux Français à trois jours du scrutin, histoire de leur fiche la pétoche, et il ne se serait pas empressé de dissoudre l’Assemblée nationale, à peine tombés les résultats, en prenant des accents crépusculaires.

85 % des Français ont donc rejeté Macron. La pauvre Valérie Hayer, qui aura fait ce qu’elle pouvait, c’est-à-dire pas grand-chose, fait moins de 15 % (14,7 à l’heure où nous écrivons ces lignes). Certes, elle pourrait se consoler en se souvenant du score de la liste socialiste aux européennes de 2014 : 13,98 % après deux ans de hollandisme. Mais ce serait vite oublier qu'à l'époque, le FN de Marine Le Pen, arrivé en tête du scrutin, ne l’avait emporté « qu’avec » 24,86 % des suffrages, alors qu’il avoisine les 32 % aujourd’hui ! Que l’UMP - la fameuse « droite républicaine » - tirait encore son épingle du jeu, avec presque 21 % des suffrages. Après sept ans de Macron à l'Élysée, alors que, souvenons-nous, le macronisme devait bazarder l’ancien monde (exit le PS et les LR !) tout en faisant reculer le FN, depuis devenu RN, ce dernier est désormais le premier, caracolant en tête à 32,6 % des suffrages. Cerise sur le gâteau : le RN fait plus du double de la liste de la majorité présidentielle (c’est comme ça que s’intitulait la liste de Hayer, preuve que c’était bien un suffrage national et non européen !). Sans oublier le petit plus, on va dire le petit geste commercial : une extrême gauche qui ne faiblit pas (avec 9,2 %, LFI fait trois points de plus que Mélenchon aux européennes de 2014), malgré (ou à cause de ?) la bordélisation de l'Assemblée nationale, avec pourtant (ou à cause de ?) un discours qui s’est radicalisé, pour ne pas dire islamo-gauchisé. On a envie de dire à Macron : « chapeau, l’artiste ! » Il se rêvait Giscard rassemblant deux Français sur trois. Il s'est mis à dos 85 % des Français !

Donc, on aura beau tourner et retourner la feuille des résultats de cette élection comme on veut, en long, en large ou en travers : c’est une défaite cuisante pour Emmanuel Macron. Le macronisme de la « période bleue » se voulait comme une sorte de fin du politique, de la politique, comme d'autres, après la chute du mur, voyaient venir la fin de l'Histoire. La politique lui revient comme un boomerang en pleine figure. Et l'Histoire en plus, avec la guerre à l'horizon, alors qu'à l'évidence il n'est pas taillé pour ça, malgré ses coups de menton et ses rodomontades. Oui mais, me direz-vous encore, c’est loin d’être gagné pour Le Pen et Bardella. Peut-être. Mais de toute façon, et quels que soient les résultats des élections législatives des 30 juin et 7 juillet, ce sera le crépuscule du macronisme. Première hypothèse : le RN l’emporte. Macron, celui qui était le jeune homme fringant de 2017, fera du Mitterrand. Pas du Macron. Il se voulait Bonaparte au pont d’Arcole, il terminera en père Queuille. Deuxième hypothèse : il réussit à sauver les meubles en s’aidant des LR (déjà, la Macronie a annoncé qu’elle ne présenterait pas de candidat contre des députés sortants « faisant partie du champ républicain » (on parlait de « l’arc », voici venu le temps du « champ républicain »…). Rien ne dit, à ce jour, qu’il obtiendra une majorité absolue à l'Assemblée, étant donné le rapport des forces en présence. Donc, on reprendrait le cabotage institutionnel que l’on connaît depuis deux ans ? Une longue et lamentable agonie jusqu’en 2027 ? Macron et le macronisme auront donc épuisé la France : socialement, sociétalement, économiquement, politiquement, institutionnellement, nerveusement, moralement.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

65 commentaires

  1. Les LR peuvent dormir tranquilles !
    Les RN ont dit qu’ils ne présenteront pas de candidats RN contre les candidats LR
    Les Macroniens ont dit la même chose !

  2. « Etre en mesure de détruire une chose, revient à la contrôler de manière absolue » (Frank Herber – Dune) C’est ce qu’est en train de faire Macron avec la France. Il préférera saborder le pays plutôt que de se déclarer battu.

  3. L’incompétence à son paroxysme, l’échelle de Peters vient de prendre encore quelques échelons…

  4. Cet homme n’aime pas la France pour l’avoir si consciencieusement détruite « socialement, sociétalement, économiquement, politiquement, institutionnellement, nerveusement, moralement. »

  5. Je me trompe ou l’occupant de l’Elysée a promis de prendre un bain dans la Seine avant l’ouverture des JO ?
    Après tout un bain dans les eaux usées cela ne doit pas être plus terrible que de prendre une énorme gamelle lors d’importantes élections…et puis on se réjouit à l’avance de voir Doña Hidalgo-Castafiore dans le même exercice…en burkini peut-être.

  6. Je pense au contraire que Macron a DÉJÀ gagné, car avant cette « défaite », il a réussi d’une main de maître à endetter le pays comme jamais, lui retirant ainsi toute possibilité de souveraineté, imposer une impensable et inutile tyrannie sanitaire que 80% de la population a accepté, favoriser une immigration musulmane comme jamais sans possible retour en arrière, nous préparer à une guerre absurde qui finira de nous ruiner etc…
    Mission accomplie donc pour EM et les félicitations de ses donneurs d’ordres que sont les milliardaires mondialistes.
    La prochaine étape pour lui ?
    Prendre le relai d’UVDL et sa carrière sera accomplie…

  7. Les mêmes causes , produisent partout les mêmes effets en politique .
    Depuis des années , les trois “i” , immigration , islam (apporté par l’immigration) , et insécurité (qui provient des deux – vols – viols – terrorisme islamiste) , minent les sociétés occidentales.
    Les politiciens de gauche et du centre ont refusé de voir et de traiter ce problème .
    Et voilà le résultat , visible dans les élections européennes , mais aussi ailleurs en Occident , voir la Grande Bretagne .
    Déplorer les effets et chérir les causes , ils persistent , il suffit d’écouter les déclarations des partis de gauche et du centre ce matin.
    Curiosité , des pays du Nord , on voté social-démocrate , il faut dire que leur social-démocratie applique en matière d’immigration et de sécurité une politique que chez nous on qualifie d’extrême droite . Au niveau européen ils vont siéger avec qui ?

    • Exactement. Organiser le chaos à quelques jours des JO était la meilleure manière de mettre le pays en danger. Sa manière à lui de se venger et de montrer sa haine envers la France et les Français.

  8. Comme Maître des Cérémonies, aux frais du contribuable évidemment, l’occupant de l’Elysée est un virtuose ! Les cérémonies du débarquement avaient de la gueule, non ? A ceci près qu’il n’était pas du tout obligé de faire aussi la fête à l’Union Européenne, c’était plutôt déplacé, et qu’il aurait bien fait de rendre hommage à un certain Charles de Gaulle au moins à Omaha ! Une grave lacune. Mais enfin, on sent que le Monsieur sait commémorer…d’ailleurs après les très prochaines élections, ce serait bien s’il se contentait de cultiver ce don.

  9. Le plus triste, c’est que même si le RN remporte une majorité absolue aux législatives, Macron n’aura même pas besoin de leur savonner la planche. Le Conseil Constitutionnel et le Conseil d’Etat s’en chargeront avec zèle et plaisir…

    • Sans oublier la quasi-totalité du pouvoir judiciaire (ils vont en trouver, des mises en examen, faisons-leur confiance!), du pouvoir médiatique ivre et abruti de subventions, des syndicats accros aux défilés, des chevau-légers casseurs et incendiaires estampillés Darmanin. Un seul espoir : tous ces beaux esprits cultivent la soumission à l’autorité, quelle qu’elle soit, car c’est elle qui paye.

  10. Il organise le chaos après sa déroute. A 5 jours des JO, il précipite les législatives après avoir affirmé qu’il ne dissoudrait pas l’assemblée il y a quelques jours. Cela justifiera l’adoption à la hussarde de la loi sur la fin de vie, et tout ce qui ne sera pas prêt pour les JO. Il va s’appuyer sur la gauche, la droite la plus bête du monde étant trop bête pour s’unir enfin.

    • J’adhère ! la droite la plus bête qui ne veut pas s’unir. Alors que Mittrand avec fait l’union de la gauche avec les … communistes, alors qu’il était anti-communiste, mais avec perfidie il l’a fait pour le renier qq mois après !
      Rappelez vous le :  » »Liliane, fait les valises ….. on rentre à Paris ! » »’ il s’était fait piéger !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois