À moins de n’être installé que depuis peu, tous les médecins libéraux se souviennent du Dr Gérard Maudrux, qu’ils ont maintenu vingt ans à la tête de leur caisse de , toujours gérée sous sa houlette au mieux de leurs intérêts.

Hélas vint, et avec lui , tous deux désireux de priver cet organisme professionnel de son autonomie, et d’imposer aux fourmis d’entretenir les cigales dans le vain espoir de surmonter les déséquilibres à venir des retraites gérées par des incapables. Dans ce but, grâce à la complicité de deux syndicats félons, et malgré un vote largement majoritaire du conseil d’administration en sa faveur en 2015, les arnaqueurs socialistes éjectèrent Gérard Maudrux de sa présidence.

Depuis, sur son blog très instructif, il analyse avec une précision d’entomologiste les chiffres de morbi-mortalité du Covid des pays étrangers, leurs mesures sanitaires, et leurs études des divers traitements, loin de la France qui n’en a connu qu’un, “prenez du paracétamol, et si ça ne s’arrange pas appelez le SAMU”.

Cette molécule on le sait, n’a aucun effet sur le virus. Tout comme, selon la doxa officielle, l’Ivermectine, que beaucoup de pays estiment pourtant à même de réduire la charge virale en début de maladie. Dès lors, tant qu’à donner un médicament “qui ne sert à rien”, autant prescrire le moins toxique, non ?

C’est ici que le confrère chirurgien-urologue pointe les effets indésirables relevés par les agences de Pharmacovigilance des 130 pays (dont la France) adhérant à l’OMS depuis 30 ans :

– Paracétamol : 161.147 effets indésirables, avec 3.695  ;

– Ivermectine : 4.700 effets indésirables (34 fois moins), avec 16 décès (230 fois moins), sur plus de 4 milliards de doses prescrites sur cette période, cela fait 0,0001%.

Ce sont les chiffres que le Dr Maudrux vient d’adresser dans une lettre au président de la , lui conseillant même de consulter ses experts habituels : “ils vous le confirmeront, ce médicament [l’Ivermetine] ne guérira personne, donc soyez rassuré.

Et il conclut en toute logique : “Quitte à donner aux Français un traitement qui ne fait rien, autant donner le moins méchant. Cela pourrait faire quelques morts de moins.

Voilà qui semble frappé au coin du bon sens, une des deux qualités (avec le courage) dont estimait qu’elles manquaient le plus aux Français, contrairement à l’intelligence dont il les estimait abondamment dotés.

échappera-t-il au jugement de son éminent prédécesseur ?

2 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le Chili, pourtant bon élève de la vaccination, replonge…

Vacciner, c’est bien. Avec un vaccin qui marche, c’est encore mieux ! …