Jean-Luc Mélenchon et ont un point commun : le grand changement de peuple, c'est pour demain. Inéluctable car conséquence des grandes catastrophes climatiques à venir, c'est l'Apocalypse selon Mélenchon, réversible et choix civilisationnel à faire, c'est la crainte de « la France africaine » pour Marion. Deux approches différentes pour deux personnalités politiques que tout oppose.

À entendre Jean-Luc Mélenchon, dimanche, à Paris, devant ses militants, le cataclysme écologique aura une issue heureuse, l'effacement des frontières : « L'ordre du monde va changer. Dans dix ans, ce que vous avez sous les yeux sera profondément remodelé. Le changement climatique aura frappé. Des dévastations face auxquelles il faudra intervenir en masse [...] Par centaines de millions, peut-être par milliards, des êtres humains dont les îles auront disparu sous les eaux confrontés à des sécheresses qui rendra impossible leur maintien sur place et qui se mettront en route, réalisant à ce moment que les n'existent que sur le tracé de papier, bousculeront la géopolitique, les États, les nations, c'est à tout cela que nous allons être confrontés. » Un programme réjouissant pour le candidat de La France insoumise qui y voit l'occasion d'une « refondation complète » pour « ce peuple fier et heureux d'être déjà créolisé », « qui a tant changé depuis 1958, époque où chaque Français avait un de ses ancêtres sur dix qui était étranger et qui, aujourd'hui, en compte un pour quatre ».

Moins optimiste, Marion Maréchal, qui elle aussi s'exprimait « cash » au micro d'Europe 1, étrillant au passage Emmanuel Macron « Président de l'immigration massive », s'inquiète de « ce remplacement de peuple historique qui deviendra minoritaire sur le territoire français d'ici 2060 » si on n'inverse pas la courbe migratoire. Des propos que ne démentent pas les prédictions des économistes. Comme Bruno Parmentier (toujours sur Europe 1) qui explique : la guerre entre ces premiers exportateurs de blé que sont l'Ukraine et la Russie (elles fournissent à elles seules 15 % du blé mondial, soit 40 % des exportations) devrait avoir des conséquences géopolitiques effroyables. Passés les quelque cinq mois de réserve mondiale, l'Égypte (155 millions d'habitants, 4 % de terres exploitables), l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, le Yémen, le Liban ou la se retrouveront complètement à court, incapables de se fournir en céréales. On imagine les émeutes de la faim et la submersion migratoire des pays du Sud à venir...

Un futur bien plus proche et certain que les réchauffement climatique, montée des océans, fonte des glaces ou autres plaies d'Égypte serinés par les rapports du GIEC (et régulièrement remis en cause par d'autres scientifiques). « Le monde avance les yeux fermés vers la catastrophe climatique », nous rappelle encore Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU. C'est en tout cas la raison d'être de ces mouvements écologistes responsables de l'éco-anxiété qui mine une génération au point de la faire renoncer à se reproduire, car « un enfant de moins, c'est 40 tonnes de carbone par an de gagné », et lui préfère « la voiture électrique, parce que c'est 2 tonnes économisées ». La même idéologie qui pousse des militants déjantés à attaquer un train de blé sous prétexte de « dénoncer l'agro-industrie qui va droit dans le mur ».

Le pire n'est jamais sûr, même en matière de désordre climatique. Mais le changement civilisationnel, lui, annoncé par depuis quarante ans, se précise. Si même Mélenchon le dit...

6874 vues

22 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. « serinés par les rapports du GIEC (et régulièrement remis en cause par d’autres scientifiques). » régulièrement remis en cause par la réalité des faits.

  2. L’immigration a été planifiée. R. Coudenhove Kalergi, penseur du projet Paneuropa (1923), a publié en 1925 « Praktischer Idealismus ». Il voit un avenir où les Européens ne seraient plus majoritairement originaires d’Europe, mais issus de mélanges raciaux avec des populations issues d’Afrique et d’Asie, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer. Les famines, le climat ne sont que faux prétextes pour nous y faire consentir à ce que les élites ont prévu

  3. N’en déplaise à Mélenchon et aux prosélytes du climato-fanatisme le niveau de océans ne cesse de BAISSER depuis 2000 ans. Les ports antiques aujourd’hui à plusieurs centaines de mètres de la mer le prouvent.
    L’érosion de certains littoraux est le fait de la dérivation des courants par des constructions de ports ou de digues.

  4. Quand on pense qu’un « Mélenchon » est à un tel niveau dans les sondages ! ! !…illustration de l’ échec total d’une dangeureuse politique migratoire.
    La France aux français.
    L’Afrique aux africains.
    Ce qu’exprimait ma grand mère en termes beaucoup plus pragmatiques « chacun chez soi et les vaches seront bien gardées », un adage volontairement banni depuis fort longtemps.

  5. le changement climatique … mais quand va-t-on arrêter de prendre les gens pour des cons ? quand va-t-on dire la vérité ? il n’y a pas besoin de sortir de l’ena ou de polytechnique pour réfléchir et dire que c’est l’évolution normale de notre planète qui au cours de son existence n’a jamais cessé de se transformer ! Notre planète a ses propres critères d’évolution , de transformation , et dépend aussi de l’univers dont elle fait partie ! Qui aura le courage de le dire haut et fort ???

  6. Mais bien sûr, Al Gore disait que Londres serait sous la mer avant 2008, je crois !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter