a prononcé des paroles fortes dans son discours contre le séparatisme : « Plus nos ennemis chercheront à nous opposer, plus nous serons rassemblés, plus ils chercheront à nous détruire, plus nous ferons bloc ; plus ils chercheront à faire vaciller nos valeurs, plus nous serons intransigeants. » Ce discours guerrier vise notamment le séparatisme islamiste. Emmanuel Macron propose d’imposer la neutralité aux salariés du service public. Il veut contrôler les associations culturelles et libérer l’islam des influences étrangères, notamment concernant le financement et la gestion des mosquées. De plus, l’instruction à l’école sera obligatoire dès trois ans et les écoles hors contrat subiront un contrôle renforcé. La langue arabe devra être davantage enseignée à l’école. Enfin, une partie du plan de relance sera investie dans les quartiers d’immigration afin de mener des projets entrepreneuriaux.

Il peut paraître surprenant de renforcer l’enseignement de l’arabe à l’école pour contrer le séparatisme. En réalité, Emmanuel Macron promeut une République cosmopolite. Pour lui, toutes les cultures se valent et le multiculturalisme est un idéal à atteindre. Il veut que tous les enfants soient sensibilisés aux valeurs de sa République : le vivre ensemble et le respect envers certaines minorités. Tous les enfants devront adhérer à l’universel républicain « politiquement correct ».

Emmanuel Macron a décidé, récemment, de combattre l’islamisme. L’immigration est une bonne chose quand elle permet de faire pression à la baisse sur les salaires mais le communautarisme musulman contrevient au vivre ensemble. La République cosmopolite doit triompher de la République islamique. Celle-ci est une théocratie qui proclame la supériorité de la loi coranique sur les lois de la République. Cette prétention est inacceptable pour la Macronie. La République cosmopolite doit s’imposer dans tous les pays. Toutes les nations doivent devenir des territoires administrés par les « premiers de cordée », qui ont fait leurs preuves en gagnant de l’argent. Cette République est une ploutocratie. Elle obéit aux gagnants, aux bobos et aux grandes entreprises. Elle méprise la France profonde accusée d’être rance et moisie.

Il fut un temps où la République française prévalait en France, mais ce temps est révolu. Avec la soumission à des instances supranationales, les idéaux de la République cosmopolite prévalent : vouloir conserver ses traditions et son identité est devenu un crime contre la République cosmopolite. Les valeurs de la République française sont foulées aux pieds. La liberté n’existe plus quand le Président obéit à des puissances étrangères. L’égalité est supprimée quand des discriminations favorisent certaines minorités. Enfin, la fraternité a été remplacée par un mépris condescendant des « élites » envers le peuple français. Emmanuel Macron ne parle jamais de la République française. C’est pourtant la seule qui soit démocratique. Les Français ont perdu leur souveraineté car c’est le peuple qui est souverain dans une démocratie.

Ainsi, trois Républiques s’affrontent pour la prééminence en France. Cette situation rappelle un western avec un duel opposant le bon, la brute et le truand.

À lire aussi

Le laxisme migratoire de la Commission de Bruxelles

La Commission est hors-sol et elle se moque bien des aspirations des peuples. …