Le Président Macron, très inquiet (à ce que l’on dit) pour les trois ans et demi qui lui restent à tirer, cherche dans l’inauguration des chrysanthèmes matière à sortir des tracas quotidiens. L’occasion s’est offerte à lui ce mardi 7 novembre avec la sortie du nouveau timbre-poste à l’effigie de Marianne : Emmanuel Macron est allé faire un petit tour en Dordogne pour nous le présenter depuis l’imprimerie de Boulazac.

Une longue et belle histoire française, que celle du timbre-poste. En effet, comme on peut le lire sur le site de l’Assemblée nationale, « le timbre-poste est une représentation officielle du pays qui l'émet ». Ainsi, le motif de la jeune femme coiffée du bonnet phrygien permet aux différents présidents de la République de « traduire les valeurs sous lesquelles ils placent leur mandat ».

La première, en 1849, représente Cérès, déesse grecque de l’agriculture et des moissons. La IIIe République lui préfère l’allégorie « Paix et Commerce », soit Mercure donnant la main à une déesse au rameau d’olivier. Les suivantes seront des symboles de paix, même si la Marianne du Président Lebrun « tient dans sa main gauche un rameau d'olivier et maintient de la droite son épée au fourreau ».

C’est la France libérée qui, en 1945, inscrit dans l’angle supérieur gauche du timbre le monogramme « RF » et, à droite, la croix de Lorraine, l'emblème de la France libre. Le général de Gaulle la choisit : elle a le visage de l’épouse du sculpteur.

Le premier sacrifice à la modernité date de 1961 : à la demande d’André Malraux, la Marianne est dessinée par Cocteau. Retour au classicisme en 1976 : Valéry Giscard d’Estaing choisit une Sabine empruntée au peintre David, puis François Mitterrand opte pour La Liberté guidant le peuple de Delacroix. C’est le visage de « la forte "femme aux puissantes mamelles" brandissant le drapeau national sur les barricades ». En 1989, pour son second mandat et les festivités du bicentenaire de la Révolution, le Président socialiste innove : conception de la Marianne par ordinateur pour un visage de face, cocarde dans les cheveux.

En 1995, Jacques Chirac fait inscrire sur le timbre la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » et… les étoiles de l’Union européenne en arrière-plan. On franchit un pas de plus avec la Marianne de Nicolas Sarkozy, lancée le 1er juillet 2008, soit au premier jour de la présidence française de l’Union européenne. Le visage classique est auréolé d’étoiles, la République française a disparu. Trois ans plus tôt, les Français ont voté non au référendum sur Maastricht. Tant pis, on va leur repasser le plat et le leur faire avaler de force.

Curieusement, l’Assemblée nationale ne pousse pas plus loin l’historique de notre timbre. La recension s’arrête là. La honte de ce qui suit, peut-être ? Car François Hollande dévoilait, en juillet 2013, la nouvelle héroïne, « illustration de la jeunesse, priorité de [s]on mandat ». Son nom : l'Ukrainienne Inna Chevtchenko, l’une des fondatrices des Femen. Olivier Ciappa, l’artiste auteur du portrait, explique alors à l’AFP : « Pour moi, Marianne, qui est représentée seins nus, aurait certainement été en 1789 une Femen car elle se battait pour les valeurs de la République, la liberté, l'égalité, la fraternité. »

On mesure la dégringolade, et ce n’est pas la Marianne choisie par Emmanuel et Brigitte Macron qui va relever le niveau. À l’issue de ce concours, on a certes échappé à la femme en nikab et à la coiffure afro d’Assa Traoré – pour combien de temps ?

La nouvelle effigie se veut « ancrée dans le monde et dans la transition écologique ». Va, donc, pour la verdure stylisée… Quant à la cocarde, il paraît qu’elle est britannique ! « Choose France » oblige, comme on dit à Villers-Cotterêts …

11924 vues

08 novembre 2023 à 20:12

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. Une qualité à ce timbre, il ne fait pas mention de la République mais uniquement de la France.
    « Et surtout, surtout, vive la France ! »

  2. Manquons-nous tant de personnages valorisant la France pour toujours représenter l’effigie de marianne ,un pur symbole sans consistance !

  3. Mme Delarue, d’ordinaire je suis d’accord avec vous, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas. Je trouve que ce timbre est une belle création, le jeu des tons vert est une réussite, quant au profil fin et délicat, il est celui d’une jolie fille… Je suis surprise que l’artiste que vous êtes n’apprécie pas. Pourquoi toujours être dans la critique systématique ? Par ailleurs, par les temps qui courent, je suis rassurée de ne pas trouver un timbre dont la représentante serait une native d’Afrique ou du Moyen Orient, à l’instar de toutes les publicités qui nous inondent !

  4. A l’image de la France actuelle …. de nos politiques et pseudo (ir.)responsables . Aucune culture , goût , rien…..! Finalement on a de la chance , il aurai pu y avoir une allusion à l’europe , voire une voilée ou africaine ………!!!

  5. J’aurais choisi quelque chose de tout différent: un loup dans une bergerie, les pauvres Francais étant dévorés par qui est à la tête de l’Etat.

  6. Je vais vous faire hurler, mais je la trouve très belle, cette Marianne. Sauf le vert. Quant à la cocarde, il faut être inculte pour ignorer que chez nous, c’est le bleu qui est au centre.

Les commentaires sont fermés.