Le magistère de la parole fait certes partie des privilèges régaliens. Jupitériens, en l’occurrence. À condition, toutefois, de ne pas en abuser, si l’on en croit la conférence de presse d’Emmanuel Macron de Bornes-les Mimosas (Var), vendredi dernier.

Mettant ses pas dans ceux de son auguste prédécesseur (le Président François Hollande et non point le clown éponyme), qui assurait que nous étions « en contre le terrorisme », le résident de l’Élysée affirme désormais : « Je pense à notre peuple auquel il faudra de la force d’âme pour regarder en face le temps qui vient, résister aux incertitudes, parfois à la facilité et à l’adversité et, unis, accepter de payer le prix de nos libertés et de nos valeurs. »

Mais quelle autre évoque-t-il ? Celle récemment menée par ses soins contre le/la Covid-19 ? Pas du tout, il s’agit de celle que mène la Russie en Ukraine. Et de poursuivre : « Depuis l’attaque brutale lancée par Vladimir Poutine, le 24 février, la est revenue à quelques heures de nos frontières sur le sol européen. »

D’un point de vue factuel, voilà qui n’est pas faux, même si les « attaques » militaires ont, depuis des siècles, la fâcheuse tendance à se montrer plus « brutales » que câlines. Mais on pourra aussi ajouter que, depuis la chute de l’URSS, ce n’est pas la première fois que survient une telle guerre intereuropéenne, à moins de passer en pertes et profits le conflit ayant déchiré l’ancienne Yougoslavie, au siècle dernier. Là, il y eut les bombardements massifs de l’OTAN – et de la France – sur Belgrade, capitale serbe autrement plus proche de nos frontières que Kiev, son homologue ukrainienne… Étions-nous « en guerre » pour autant, la survie de la France était-elle en jeu ? Ce ne fut pas l’avis des Présidents Chirac et Mitterrand, malgré une implication autrement plus forte de nos armées.

D’où cette interrogation d’Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et candidat à la présidence de LR, à propos de cette sortie présidentielle : « Je ne comprends pas cette formule […] Le président de la République doit s’expliquer : est-ce que c’est sur le terrain militaire qu’il y aura engagement plus fort ? Je le conteste et ne souhaite pas qu’on aille dans cette direction, car la France n’a pas à être cobelligérante de ce conflit. »

Remarquons que la parole dissidente de Ciotti est d’autant plus légitime qu’il n’a pas appelé à voter pour au second tour de la dernière élection présidentielle, lorsque le Président fut une seconde fois opposé à Marine Le Pen.

Dans cette affaire, la seule position honorable de la France consisterait, évidemment, à tout mettre en œuvre pour qu’enfin cesse ce conflit fratricide. Mais pour ce faire, encore faudrait-il disposer d’une digne de ce nom. en est loin. D’autant qu’après avoir diagnostiqué «  la mort cérébrale de l’OTAN », il fait désormais siennes les décisions de l’état-major de cette instance sous autorité américaine.

On objectera qu’en même temps, il persiste à ne pas perdre contact avec Vladimir Poutine, ce qui est à mettre à son crédit. Mais l’homme du Kremlin écoute-t-il encore la parole de la France ? Là est toute la question.

Il est vrai que, la veille de cette déclaration pour le moins sibylline, le président de la République convoquait une cellule interministérielle destinée à affronter les orages ayant ravagé la Corse. Une nouvelle guerre à venir contre le dérèglement climatique ? « Que d’eau, que d’eau… », s’exclamait le maréchal Mac Mahon, devant les inondations ayant frappé Toulouse, le 26 juin 1875. « Que de guerres, que de guerres… », serions-nous tenté d’ajouter. Lesquelles pourraient tôt servir d’excuses à ses probables échecs à venir sur un terrain plus proche : la France.

11270 vues

23 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Que d’eau ! que d’eau ! et l’interlocuteur paraît-il a répondu : « Et encore, on ne voit que le dessus ! »

  2. Macron est ravi de cette guerre russo-ukrainienne. Elle lui est bien utile pour masquer sa propre incompétence. Elle lui sert d’excuse pour nous appauvrir et nous asservir, nous qui n’avons rien demandé.

  3. Fin du confort et de l’insouciance, nous aurons plutôt « du sang et des larmes », ainsi peut-on résumer les récents propos de Big-Chief. Malheureusement, ce dernier n’est pas Churchill, alors que, heureusement, Poutine n’est pas Hitler! La politique d’amateur incohérente et contradictoire du président nous promet un hiver historique dont ce petit monsieur et ses acolytes porteront en majeure partie la responsabilité.

  4. Au risque de choquer certains personnellement j en ai rien a foutre de l Ukraine : ils se sont assis sur les accords de Minsk et ont massacré 14000 civils russophones dans le Donbass (ce que nos me(r)dias occidentaux a la botte de l Europe/Otan/Etats Unis y compris les pseudo experts militaires /geo-politiciens et autre philosophes grands penseurs ont une légére tendance a oublier ).
    Il est des faits qu il vaut mieux occulter si l’on veut donner raison a son point de vue mais seuls les benets sont duppes !
    On regretetra un jour d’avoir déifié un despote comme Zelenski et diabolisé un Poutine qui s’il n est pas un ange tombé du ciel défends les interets de son pays comme l aurait fait tout dirigeant (et comme le fera Xi Jinping tres prochainement) au grand dam de l occident (ou du moins ce qu il en reste)

  5.  Le disque dur idéologique de Macron, c’est : l’Europe, le progressisme, la désindustrialisation, le vert qui est censé lui apporter des voix. Rien ne peut lui faire changer d’idée, sauf… la réalité cruelle. Ainsi les éoliennes sont un fiasco, l’arrêt des centrales nucléaires aussi ; la guerre contre l’Ukraine se retourne contre nous, comme si la Russie n’allait pas réagir contre les sanctions européennes ! Il y a là de la part de cet homme irréfléchi une imprévoyance, un manque de vision de l’avenir qui amène la France dans le cercle vicieux de la crise sanitaire, économique, énergétique.
    D’ici qu’il ne nous entraîne pas plus avant dans une guerre contre la Russie pour masquer ses erreurs, son impuissance à aimer la France et à se battre pour elle.

    1. Oui Macron peut avoir la tentation de faire de la surenchère guerrière pour ne pas parler de ce qui nous concerne directement . Il a bien mis tout sous le tapis pendant la crise sanitaire . La perte de notre identité , la perte de nos valeurs de nos repères de notre système hérité du Gaullisme et il ne faut pas l’oublier d’un communisme qui était paradoxalement patriote et a fait aussi beaucoup pour créer cet équilibre entre social et capitalisme ! Aujourd’hui les équilibres sont rompus et la gauche actuelle n’est plus qu’un supplétif de l’ultra libéralisme !

    2. Sa politique est désastreuse,alors il cherche des moyens.Mais bon si 18 millions de personnes l’ont élu.Peut etre a t-il voulu faire « un mélodrame »lui si bien a l’abri.Tout a fait en accord avec vous.

  6. Si Macron n’avait pas pris la décision stupide de suivre à la lettre les instructions de Bident et de sa chère Madame Von der lyden nous n’en serions pas là ;
    Il nous demande maintenant de nous serrer la ceinture pour pallier à ses erreurs de jugement .
    Je ne suis pas persuadé que tous les français sont prêts à le suivre .
    C’est à celui qui commet les erreurs de les payer .

  7. Les accords de Minsk n’ont jamais été respectés et les Ukrainiens n’ont cessé d’agresser les habitants de langue russe des régions se voulant « séparatistes ». Personne n’est intervenu. Où étaient les « défenseurs des droits de l’homme » et les US toujours prompts à « sauver » les peuples opprimés? Tout le monde a mis la tête dans le sable comme des autruches. Les habitants du Donbass ont alors appelé la Russie à leur secours…Tant que nous seront des pantins dont les US tirent les ficelles, nous continueront notre chute et notre décadence. La guerre froide n’a jamais cessé!

      1. Entièrement d’accord avec votre analyse. Malheureusement, personne n’ose taper du poing sur la table pour arrêter ce conflit en relançant ces accords, si toutefois les deux bélligérants étaient d’accord sur ce principe. Toute l’Europe se range comme un seul homme derrière les décisions de Biden qui, en fait, profite bien de ce conflit tant sur le plan intérieur pour les élections de mi-mandat que sur plan économique. Il nous vends son gaz de schiste qui est un désastre écologique et les écologistes européens ne trouvent rien à redire.

    1. La France et l’allemagne étaient garants du respect des accords de Minsk et devaient obliger Kiev à les respecter hors ça été silence complet pour la simple raison , que les américains ont tout fait pour ce soit ainsi pour arriver à ce que nous voyons aujourd’hui , obliger la Russie à intervenir .

    2. Bien sûr! Mais combien de français connaissent-ils ce contexte, la plupart ne situant même pas l’Ukraine sur une carte!

  8. Ce qui me choque le plus sur ce sujet, c’est que Macron prenne ses grands airs avec « les valeurs » de la France concernant « la très méchante Russie », et impose donc des sanctions (qui ne sanctionnent guère que les Français) mais que par contre, il ne ressente aucun problème existentiel majeur à papoter avec Mohammed Ben Salmane, dont les qualités démocratiques restent très largement à démontrer……

  9. La France a commencé par envoyer des casques, des pneus, puis des puissants canons, aux armées du clown, à en croire un des généraux en recyclage sur une chaîne télé, elle devrait envoyer des hommes ….
    On a rien à faire dans ce bourbier, Macron et Ciotti, même combat, des GG tout simplement.

  10. A l’évidence, l’hiver qui arrive va piquer !
    Macron a prévenu, c’est bien la moindre des choses. Mais au fait, pourrait-il s’épancher un peu sur la teneur des « accords de Minsk » dans lesquels tant la France que l’Allemagne étaient tenus pour garants ? A aucun moment Van Der Layen et notre caporal aux commandes de la France n’en disent mots !
    Certes Poutine tel un ours est entré dans le magasin de porcelaine et sème la zizanie en Europe, mais la faute à qui ? Pour moi qui suis du Peuple ouvrier, une parole donnée, un accord, çà se respecte ; si une des Parties est défaillante , le diil est rompu.
    Rien de bien compliqué dans cette affaire.
    Rappelons simplement que les pauvres gens du Dombas s’en prenaient sur la tête depuis 2014 sans que l’UE daigne lever le petit doigt.
    Alors .. nous avons mérité d’avoir froid l’hiver prochain et sans doute plus.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter