Economie - Editoriaux - 12 janvier 2020

La crise aura bien lieu…

Au cours de la semaine écoulée, le CAC 40 s’est finalement replié de 0,12 %. La guerre semble s’éloigner dans l’immédiat, mais Trump est bel et bien englué dans les pièges du Levant et de l’Afghanistan. Des attentats, des assassinats, des attaques de bases américaines ne sont pas à exclure en 2020, au Moyen-Orient, tandis que l’Iran relance son programme nucléaire. La Bourse de New York, elle, a terminé en légère baisse vendredi, après un rapport sur l’emploi très décevant.

Nous vivons dans le monde merveilleux de l’argent gratuit en quantité illimitée, ce qui rend les crises, les cycles économiques et les krachs impossibles dans l’immédiat. L’activité économique a, cependant, toujours connu d’une façon naturelle, jusqu’à présent, des cycles courts (Juglar) ou longs (Kondratieff) qui entraînaient des hausses de taux d’intérêt par les banques centrales, d’où des crises et des krachs passagers, avec des variations de masse monétaire très limitées par les banques centrales (politique de l’« open market » ou de l’escompte sur des titres à moins de 90 jours).

L’élément nouveau, c’est que les marchés financiers qui relevaient des investissements, des obligations, des actions, de l’épargne et les marchés monétaires qui relevaient des banques centrales et des crédits à court terme ne sont plus séparés. La politique du « QE » mélange les torchons et les serviettes. Nos dirigeants actuels croient avoir découvert la pierre philosophale avec une croissance économique obligée, sans cycles et mécanismes d’ajustements naturels, en créant de la monnaie en quantité illimitée, avec des taux zéro ou négatifs et impossibilité de retour en arrière, jusqu’au jour où il y aura perte de confiance, refus de la monnaie et écroulement du Système hyper-endetté.

Certains républicains ont qualifié en 2019 l’économie américaine, qui affiche une croissance de moins de 2 % et un ratio dette/PIB de plus de 100 %, d’économie la plus puissante du monde, mais vu le montant de la dette, du déficit commercial et de la dédollarisation en cours, ils se font de douces illusions. L’automobile et l’industrie allemandes, face à la concurrence chinoise et des pays émergents, sont au plus bas : en 2019, seuls 5,9 % de toutes les voitures vendues dans le monde étaient issues d’Allemagne, contre 11,8 % en 1998. La croissance dans le monde, selon la Banque mondiale, sera de 2,5 %, en 2020, au lieu de 2,4 %, en 2019, en raison de l’augmentation de la croissance des pays émergents de 3,5 % à 4,1 %, mais au prix du bondissement de la dette totale des pays émergents de 115 % du PIB, en 2010, à 170 %, en 2018. Selon l’assureur-crédit Euler Hermes, les défaillances d’entreprises ont augmenté de 9 % en 2019, plus particulièrement en Asie. On assiste, de plus, à une décorrélation entre une quasi-récession industrielle dans de nombreux pays et les seuls services, qui continuent à croître, ce qui est une source de fragilisation des économies.

Avec la campagne présidentielle aux États-Unis et l’élection de Lagarde à la BCE, le laxisme monétaire et les taux négatifs vont perdurer en 2020, mais il est clair que les effets négatifs sur les banques, les compagnies d’assurance et les épargnants sont de plus en plus insupportables. Selon Stéphane Boujnah, président d’Euronext, « les effets de la chute des taux sont dévastateurs ». Cette situation lui rappelle L’Apprenti sorcier, de Disney : comme dans le dessin animé, l’excès de liquidités finit par créer un dégât des eaux monstrueux. Ce n’est pas pour des prunes que l’or, au plus haut cette semaine, jusqu’à 1.600 dollars l’once, en augmentation de 25 % depuis juin 2019, devient une valeur refuge.

Le système ne fait que repousser les dates d’échéance, au prix d’une très violente catastrophe à venir car, selon Joseph Stigliz, prix Nobel d’économie, les banques centrales ne pourront plus baisser les taux en cas de crise, tout comme les gouvernements ne pourront plus relancer l’activité par une politique de dépenses publiques et de stimulus fiscal.

Les facteurs de crise sont trop nombreux dans un monde interconnecté avec tous les agents économiques et la plupart des États hyper-endettés. Une récession en 2021 pourrait bien sonner l’hallali.

À lire aussi

Ce sera 1929, puis l’hyperinflation et l’effondrement du Système

Il est probable que nous assistions au début de la pire dépression économique mondiale jam…