Lorsque Alain Duhamel, peu suspect de soutenir Zemmour, critique la manière dont Gilles Bouleau a conduit l’interview du candidat au 20 heures de puis salue le meeting de Villepinte comme une réussite, on peut s’appuyer sur cet effort d’objectivité pour percevoir le degré de partialité qui règne dans le paysage médiatique français, où la est monnaie courante. Les grands médias de la presse écrite et audiovisuelle, les journaux sans lecteurs mais largement subventionnés, le scandaleux service dit « public » financé par nos impôts, investis par les plumitifs et perroquets adoubés par Libération dans les écoles de journalisme, déversent une eau tiède qui se met à bouillir de rage dès qu’une personnalité tient un discours cohérent, conservateur ou patriote.

Dieu merci, des îlots de résistance et de reconquête se manifestent car la subvention n’est pas tout, l’Audimat attire la publicité qui n’est pas rien. Si n’avait pas fait un carton sur CNews, les autres chaînes ne se seraient pas bousculées pour l’inviter. Mais une fois le nombre de spectateurs assuré, l’émission tourne au traquenard ou au procès stalinien, de Salamé et Ruquier réunis à Bourdin en passant par Bouleau. n’est pas un candidat à l’élection présidentielle mais une cible à pourfendre.

Ce déséquilibre est une plaie ouverte dans le fonctionnement de notre démocratie en danger. Comme l’analyse Onfray, dans sa Théorie de la dictature, le monde orwellien de 1984, que le roman situe dans un État sinistre et implacable, peut parfaitement s’épanouir dans nos sociétés soucieuses de « paix et de contentement ». Simplement, au lieu d’une surveillance tyrannique, constante et implacable, d’une terreur absolue de Big Brother, le contrôle des citoyens s’insinue plus subtilement par des peurs entretenues dans le souci d’une bienveillance collective, contre les risques de la pandémie, contre la menace du changement climatique, contre les fantômes de l’extrême droite et des heures sombres de l’Histoire.

Le meeting de a été une superbe réussite. La foule était présente et enthousiaste. L’écrivain brillant, mais moins bon à l’oral, a mué : il est devenu un orateur capable d’exalter ses auditeurs. Le contempteur du « Grand Remplacement » s’est hissé sans difficulté en chantre de la reconquête industrielle avec des propositions solides à l’appui. C’en était trop. Un commando de SOS Racisme est venu provoquer un public chauffé à blanc et a obtenu ce qu’il cherchait : une riposte musclée de militants.

Mission réussie : la victime de la provocation devient le coupable et les « violences » prennent le pas dans de nombreux médias, des journaux de province, par exemple, en plus, bien sûr, de la presse nationale de gauche largement majoritaire. Le succès de la manifestation, la transfiguration du candidat, la densité du discours et sa cohérence disparaissent derrière les violences marginales qui témoignent de son extrémisme. On oublie l’agression qu’il a subie, on tait l’intolérance systématique de la gauche qui veut faire taire Zemmour, qui veut interdire ses réunions et qui vient manifester là même où il parle quand aucun militant de droite ne va perturber les manifestations de gauche. Lorsque les « antifas » agressent les « identitaires » et que ceux-ci se défendent, c’est bien sûr ces derniers que l’on dissout !

Éric Zemmour est un écrivain conservateur, qui se réfère au gaullisme, qui fait revivre le RPR tel qui était à ses débuts, avec les mêmes idées et la même ferveur. Pour la meute médiocratique, il est un polémiste d’extrême droite, condamné pour des propos racistes. Ce glissement sémantique signe la malhonnêteté intellectuelle de ceux qui l’utilisent.

D’abord, quel respect peut-on avoir pour un journaliste qui se félicite des lois liberticides qui ont altéré la liberté de la presse ? Une meilleure connaissance du fonctionnement de la Justice leur apprendrait que la jurisprudence est favorable à cette liberté. Zemmour a simplement eu le tort de ne pas faire appel ou de ne pas se pourvoir en cassation pour une ou deux affaires. Il a gagné dans les autres. On peut souhaiter que son succès dans cette campagne soit salutaire pour la France, mais aussi pour le rétablissement de la démocratie dans notre pays !

8 décembre 2021

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
41 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires