Editoriaux - International - Politique - 22 octobre 2019

Justin Trudeau : le « Nouveau Monde » aurait-il pris un coup de vieux ?

Comme l’affirmait Jean Cocteau, « la mode, c’est ce qui se démode ». À ce titre, Justin Trudeau, Premier ministre canadien sortant, serait-il en voie de ringardisation, après avoir incarné une certaine forme de hype, à la fois politico-correcte et canadienne ? Les résultats des dernières élections législatives tendraient à le laisser penser.

En effet, si le parti de Justin Trudeau sort en tête du chapeau, il lui faudra composer avec d’autres partis pour espérer entamer un second mandat, fort d’une majorité toute relative. En la circonstance, deux formations pointent en tête : le Bloc québécois du très inodore Yves-François Blanchet, et le Nouveau Parti démocratique de Jagmeet Singh, ressortissant indien de confession sikhe, dont le pedigree montre que son combat politique relève d’un ordre plus communautaire que rassembleur. Si l’on résume, pour tenir de guingois une maison déjà bringuebalante, l’unijambiste devra venir au secours du manchot.

Qu’il est lointain, le temps du « Québec libre » gaullien et de celui de la police montée, avec leurs jolis chapeaux, vareuses rouges assorties et chevaux racés…

Plus sérieusement, avec le succès en demi-teinte de Justin Trudeau, demi-teinte encore assombrie par deux vilaines affaires de corruption présumée et un scandale relatif à de récentes photos de « black face », crime imprescriptible en ces contrées de bonne gouvernance et de progressisme éclairé, c’est peut-être aussi une page en train de se tourner en un Occident si vieillissant qu’il ne sait même plus où il est censé habiter. Alzheimer ne frappe pas seulement les personnes ; les nations, aussi.

Pis, un Occident qui sait encore moins « qui » il « est », le mirliflore en question n’en finissant plus d’officiellement s’excuser. Pour les insultes faites aux Indiens locaux – là, il y a de quoi et de simples contritions ne sauraient suffire à réparer les maux causés –, mais aussi aux LGBTQ+ et autres minorités faisant profession d’oppressions plus ou moins fantasmées pour financer leurs dingueries sociétales aux frais des contribuables. Un jou, peut-être, Trudeau finira par se repentir de s’être trop souvent repenti…

Car ailleurs, sur notre Terre commune, d’autres voix s’élèvent, qui nous disent aussi que des milliards d’autres Terriens ne pensent pas exactement comme ces Occidentaux fatigués. Bernard-Henri Lévy, par exemple, à qui il peut arriver d’être pris en flagrant délit de lucidité, faisait remarquer à Éric Zemmour, à l’occasion de l’émission « Face à l’info » sur CNews, ce lundi 21 octobre : « L’Histoire s’écrit sans l’Europe. On est en train de devenir une sorte de Suisse continentale sortant de l’Histoire en laissant la place à ces grands empires en résurrection que sont les Ottomans, les Perses, les Russes, les Chinois et la version radicale du sunnisme. » Ce qui est plutôt bien vu.

Ce à quoi Érix le Gaulois répond, tout aussi lucide : « L’Europe faible décrite par Bernard-Henri Lévy, c’est l’Europe qu’il a voulue. C’est l’Europe des droits de l’homme, du droit et du commerce, contre les États-nations. Je remarque une fois de plus que vous appelez les peuples et les nations à être libres partout, sauf les peuples européens, et en particulier le peuple français. Là, vous redevenez impérialiste et vous défendez un empire, et un empire mou, en plus. » […] « Les seuls qui défendent vraiment l’Europe, ce sont la Hongrie, la Pologne, l’Italie de Salvini. Tous ceux que vous détestez et que vous appelez “populistes”, ce sont eux qui défendent la civilisation européenne. » Dans son énumération, il en oublie Marine Le Pen. Il est vrai que, jadis, le Front national était trop à droite pour les gens de droite ; tandis que, maintenant, il camperait trop à gauche pour les gens de gauche. Faudrait voir à vous mettre d’accord, les gars !

On remarquera qu’à propos de la sauvegarde de cette même civilisation, ce n’est pas forcément sur Justin Trudeau qu’il faut compter ; pas plus, d’ailleurs, que sur Bernard-Henri Lévy, vigie humaniste à peine moins démonétisée que son confrère d’Ottawa.

À lire aussi

L’OTAN en état de « mort cérébrale », à en croire Emmanuel Macron…

Il est donc à mettre au crédit d’Emmanuel Macron d’avoir enfin pris acte de la fin de cett…