« En ce moment, on a l'impression de n'être bons qu'à fournir des QR codes, alors qu'on a autre chose à faire », déclarait, à franceinfo, Jean-Paul Hamon, président d'honneur de la Fédération des médecins de France. Et le syndicaliste excédé d’ajouter : « Les généralistes en ont marre de faire de la paperasse, au détriment de leur travail de médecin. »

Très présent sur les plateaux télé en qualité d’expert, Jean-Paul Hamon fait parler de lui, cette semaine, pour son acte de dissidence : il a réalisé de faux passes sanitaires, les 6 et 7 août, et s’en est confessé publiquement sur BFM TV. « Obtenir un est compliqué pour certaines personnes. […] Ces systèmes défaillants, que ce soit SI-DEP ou le portail de l'assurance maladie, obligent les médecins traitants à prendre leurs responsabilités, uniquement parce que les sites ne sont pas fluides. En plus des problèmes informatiques, il y a un réel problème logistique. »

Face à des patients qui n’arrivaient pas à télécharger leur passe, et après avoir passé une demi-heure à essayer de régler le problème, le médecin a finalement repris à son compte la vaccination « et fait comme si je les avais vaccinées moi-même, en reprenant les numéros de lot du vaccin, les dates exactes de vaccination... Toutes les informations étaient correctes », explique-t-il.

Mais l’acte de résistance s’arrête là. Pas un mot pour dénoncer l’ineptie, l'injustice ou l’inutilité de ce passe. Le médecin cible uniquement les défaillances de l'administration et de l'informatique gouvernementale, mais pas le tri des personnes selon leur état de santé. Il déclare à la presse ne craindre aucune répercussion. « Laisser les gens bloqués chez eux, sans alors qu'ils y ont droit ? Évidemment que je ne vais pas m'amuser à faire de faux certificats de vaccination si quelqu'un d'inconnu se présente à moi sans preuve. » Comme pour les chasseurs, il y aurait donc les bons et les mauvais tricheurs. Reste à savoir comment les autorités réagiront à cette faute avouée.

 

7995 vues

13 août 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.