Insécurité : le fléau français ne prend pas de vacances

Cet été, alors que la majorité des Français cherchent à se détendre et à profiter de leurs vacances, l'insécurité prospère. De Marseille à Nantes, les faits divers tragiques se multiplient.

Des agressions en série dans l'Hexagone

Dans la nuit du 5 au 6 août, à Grenoble, deux ressortissants algériens prennent pour cible plusieurs personnes rentrant de soirée, dont une jeune femme. Un homme de 60 ans a particulièrement souffert de cette attaque, recevant de multiples coups au visage alors qu'il était déjà au sol.

Dans la même soirée, à Limoges, un jeune homme de 27 ans est poignardé en plein centre-ville. Constatant qu'il était suivi, il avait prévenu ses amis par message - en vain.

Le 5 août, à Nantes, un homme de 22 ans est, lui aussi, poignardé à la sortie d'une discothèque. Le coup est si violent que la lame a atteint la jugulaire de la victime.

Le 1er août, Lucienne, une octogénaire de Saint-Sébastien, est également victime d'une agression en plein jour. Un jeune homme lui a arraché son collier, la faisant chuter. L'agresseur, un Marocain de 19 ans, venait tout juste de sortir de prison.

Les festivités bayonnaises n’ont pas échappé à cette violence généralisée. Après avoir demandé à un groupe de jeune d’arrêter d’uriner sur la porte de son immeuble, Patrice Lanies, un homme âgé de 46 ans a été violemment agressé puis est tombé dans le coma. Selon les dernières informations, il a succombé à ses blessures mortelles. Il est décédé ce 3 août.

Le domicile des Français n'est plus un sanctuaire. À Paris, boulevard de Charonne, dans la nuit du 7 au 8 août, un homme s’est infiltré par la fenêtre d’un appartement et a violé une femme sous la menace d’un couteau. À Agen, au début du mois, ce sont deux retraités qui ont été victimes d'une agression à main armée chez eux. Le mari, octogénaire, a confié au Petit Bleu : « Nous avons été repérés comme des proies faciles. Je revois encore le couteau sous ma gorge, je n'en dors plus… »

Les policiers ciblés

Des actes de violence qui touchent aussi les forces de l'ordre. Ce 7 août, Mathieu Valet, porte-parole du SICP Commissaire, a partagé une information alarmante : un policier aurait été violemment agressé à Marseille après avoir simplement rappelé à deux individus les règles de priorité sur la route. Malgré l'annonce de sa profession, les agresseurs n'auraient pas hésité à le passer à tabac.

Ce matin, à 11H40, à "Marseille, un policier en service fait une réflexion à 2 individus qui lui refusaient la priorité.
Malgré sa qualité de #policier annoncée, les assaillants ont étranglé et fracassé notre…

— Matthieu Valet (@mvalet_officiel) August 7, 2023

À Audincourt, une policière de 31 ans a été renversée par un automobiliste lors d'un contrôle routier, dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 août. Grièvement blessée, elle a été transportée d'urgence à l'hôpital de Besançon. L'individu responsable de cet acte a pris la fuite et est actuellement recherché.

À Montpellier, dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 août, un jeune de 27 ans a blessé pas moins de sept policiers lors d'un refus d'obtempérer et d'une course-poursuite.

L'insécurité s'infiltre derrière les barreaux

Les prisons ne sont pas épargnées. La prison de Beauvais a été le théâtre de plusieurs agressions, ces dernières semaines. La dernière remonte au 4 août, sur une jeune agente qui est, à ce jour, toujours en arrêt maladie. Les surveillants pénitentiaires ont réclamé plus de personnel et de meilleures conditions de sécurité.

De la côte méditerranéenne aux rues animées de Nantes, l'insécurité danse avec une arrogance débridée, se moquant de nos illusions de paix. Et les vacances ne sont pas finies...

Félix Perrollaz
Félix Perrollaz
Licence de Science politique à l'Université de Lille, étudiant en journalisme, journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

66 commentaires

  1. Tout ce que je retiens est que ces cloportes sont systématiquement en fuite, activement recherchés mais jamais appréhendés.

    Pourquoi cela cesserait-il, le pays entier est devenu une cour de récré pour ces crevures ? Sans un policier sur leur chemin.

    Un jour devra arriver où nous nous substituerons à ces forces absentes. Avec les réponses appropriées.

  2. Au moment où un virage ferme à la façon de Duterte ou Bukele deviendrait salutaire, la haute administration française compte bien rester sur son inertie somnolente.
    L’insécurité va bientôt dépasser son seuil de tolérance et c’est tout l’état qui va vaciller.
    Le contrat social est déjà en mort cérébrale et avec lui le consentement à l’impôt, le respect des institutions, l’état de droit…
    Tout le monde a déjà la chanson au bord des lèvres, il ne manque que la fanfare et la situation sera impossible à maîtriser.
    Macron n’a que quelques mois pour s’inspirer des vrais durs qui ont relevé leurs pays, mais il ne fera rien et partira se cacher quand ça explosera.

  3. Les ennemis sont désormais assez nombreux et surtout convaincus de leur impunité pour passer à la vitesse supérieure.

  4. Nous aurons beau dire et beau faire, vous pourrez avertir, prévenir, signaler, expliquer, rien n’y fera. Comme le dit si justement Jordan Bardella, « pour Macron, l’immigration est un projet », et c’est celui de l’Onu. Il l’applique à la lettre, comme un bon petit élève, et rien ne l’en dissuadera. Les Français qui votent encore pour lui ou pour ses sbires semblent ne pas l’avoir compris.

  5. Il faut cesser les commentaires, et agir !! nous allons terminer comme aux U S A avec des armes et des milices privées !
    quelle honte ! mais les autres ont compris que nous étions incapables de réponse à la hauteur de leurs exactions,ils ne s’arrêteront pas, ils savent que notre justice leur est favorable, et que des politiques le sont aussi !! alors pourquoi se priver !! ils feraient la même chose dans un de leur pays d’origine c’est la main droite et le pied gauche qui seraient coupés !!

  6. Il y aurait déjà un premier remède à l’insécurité, arrêter cette immigration folle et mortifère. Puis renvoyer tous les agresseurs là d’où ils viennent, que la justice fasse preuve de fermeté. Mais il est clair que Macron immigrationniste convaincu et forcené ne le veut pas. Nous sommes donc dans une impasse. Il faut que les Français continuent à s’attendre à être violé(e)s, agressés, poignardés, lynchés, tués, l’État n’ayant pas la volonté de les protéger.

  7. j’en arrive à me demander à quoi servent ces longues énumérations des multiples crimes quotidiens de plus en plus violents commis dans notre pays avec la bienveillance de ceux qui ont le pouvoir ??
    A rien puisque ils sont toujours là , ne cessant de nous assener leur mépris et leur déni total , n’entamant même pas la léthargie insupportable du peuple français ou ce qu’il en reste !! personne ne fait rien, même pas la police , les criminels au pire font de brefs séjours en prison club med , ou tout est gratuit dont les soins dont nous ne pouvons meme pas bénéficier dans nos déserts médicaux ….alors tout va bien ..silence on nous tue dans l’indifférence générale

    • Le français font ce qu’ils peuvent avec le très peu de liberté qui leur reste.
      Mais les chiffres ne trompent pas, il se passe quelque chose.
      Regardez la surprenante augmentation du nombre d’armes acquises dernièrement.
      On assiste à un engouement sans précédent pour la chasse et le tir sportif.
      Quand aux opérations de récupérations d’armes récemment inventées par l’état, elles ont été des fiasco risibles.
      Le français ne croit plus au politique, il s’attend au pire et comment lui donner tort?

  8. Ce qui est effrayant , c’est que cette gangrène est porteuse d’une lame , prête à vous la faire halal au moindre regard .

  9. On supprime des maternités car l’entretien revient trop cher. Combien nous coûte en vies humaies et en argent le repeuplement par des étrangers dont nous ne voulons pas? Cela s’appelle la gestion selon nos gouvernants. On a perdu des têtes bien faites au profit des têtes trop pleines.
    Victorine31

    • En notre belle France, on supprime tout ce qui marche pour le remplacer par tout ce que nous exécrons !
      Politique de polichinels sans cou…pables!

  10. Allons allons !… Le Garde des Sceaux nous l’a déjà dit et sa parole ne peut être mise en doute : il ne s’agit donc que d’un sentiment d’insécurité ! Tout va très bien madame la marquise !

    • Félicitations !
      L’ironie contre la pleutrerie de nos « gouverne-clowns » ou « gouverne-ment » ou alors le « garde des sots »
      Choix cornélien ?
      Belle journée.

  11. Ah qu’est-ce qu’on est bien en prison. Nourri, logé, blanchi, chauffé, télé, salle de sport, relax toute la journée, des « colis » contenant portables drogue et le reste, tombant « du ciel ». Elle est pas belle la vie?

    • A noter que dans les hôpitaux français on paie pour avoir la TV. En prison (toujours en France), c’est gratuit, ou payé par le con-tribuable.

      • Oui et c’est même de plus en plus cher. A l’hôpital, on paie un tarif journalier pour la télé, un autre pour Internet et les visiteurs paient une petite fortune pour le parking. Bien sûr, ce n’est pas pris en charge par la sécu, mais en prison, tout cela est gratuit.

      • À leur sortie de prison, ils devraient être contraints aux TO (travail obligatoire) dans des lieux fermés et surveillés pour rembourser leur séjour en…prison.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois