C’est un document interne au parti qui nous l’apprend : ils seront un peu plus de 90.000 militants à pouvoir choisir qui, d'Éric Ciotti, Bruno Retailleau ou Aurélien Pradié, aura la responsabilité de présider la destinée du parti de la droite et du centre. Pour cette élection, qui aura lieu lors d’un congrès début décembre, LR enregistre une perte sèche d’un gros tiers de ses militants depuis l’élection de Valérie Pécresse en novembre 2021, pour laquelle 150.000 d’entre eux pouvaient voter.


Une nouvelle qui plonge un peu plus l’ancien UMP dans les difficultés. En minorité à l’Assemblée nationale derrière la majorité relative de Renaissance, la NUPES et le RN, LR semble devoir payer l’écrasante défaite de sa candidate à l’élection présidentielle précédente.

« 90.000 ne seront pas de trop pour porter le cercueil. Il est lourd », ironise, amer, un cadre des jeunes du mouvement par téléphone.

Arrivent en tête les Alpes-Maritimes (8.961), Paris (6.659), les Hauts-de-Seine (4.471), les Yvelines (3.483), le Rhône (2.857), les Bouches-du-Rhône (2.777) et le Var (2.332).

À titre de comparaison, revendique 131.000 adhérents et le 83.000.

4916 vues

10 novembre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter