Aujourd’hui, il est difficile de se cacher la réalité. Il y a d’abord la comparaison avec les autres chefs d’État ou de gouvernement. La plupart de ceux qui dirigent les nations ont derrière eux une vie d’épreuves surmontées avec plus ou moins de bonheur. Ils ont affronté leurs amis et leurs adversaires au sein de leur propre pays, ont dû gérer des collectivités ou des départements ministériels, parfois des entreprises plus ou moins considérables. Le Président actuel des Français est arrivé par le haut, par les cabinets, les antichambres et les comités Théodule des amis bien en cour et, après un bref séjour chez Rothschild et un passage au ministère de l’Économie comme tremplin, le voilà à la tête de l’État grâce à ce que Régis de Castelnau appelle sans détour un complot judiciaire. La diction a fait illusion pendant quelque temps, puis le contenu est apparu, insupportable de morgue et d’arrogance.

Déjà, la comparaison de la pandémie avec une guerre était indécente. Une guerre se fait contre des ennemis en chair et en os. L’ennemi était, cette fois, un virus qui, paraît-il, pouvait entrer sur le territoire sans porteur. C’était, évidemment, une formule stupide, respectueuse d’un tabou européen sur les frontières nationales. Le voilà qui vient de remettre le couvert en parlant de guerre à propos de vaccins ! L’offre de vaccins par les Russes ou les Chinois serait une guerre d’un nouveau . On a rarement entendu propos plus grotesques !

Tout y est : d’abord, la posture peu glorieuse du mauvais joueur, car la France est en effet le seul membre du Conseil de à ne pas avoir réalisé de vaccin contre le Covid-19. Ensuite, le débutant qui veut partager avec les autres une découverte que tout le monde connaît puisque les autres savent, eux, que la politique internationale, c’est toujours un peu la guerre, froide, chaude, tiède, militaire, économique, psychologique et même humanitaire. Le vaccin russe est un vaccin et c’est aussi un moyen de mettre en valeur son pays d’origine. La promotion de produits de laboratoires anglo-saxons et la lutte médiatique qui l’entoure depuis le début de la crise sanitaire, n’était-ce pas aussi la guerre ? Les sanctions économiques envers la Russie, et parfois au détriment de l’économie française, n’est-ce pas une guerre ?

La conclusion est celle du fanfaron qui proclame l’ championne de la production et de l’exportation des vaccins, forte de la solidarité entre ses membres et affirmant sa . On peut difficilement afficher un tel déni du réel au moment où l’Allemagne ferme partiellement sa frontière avec la France jugée trop dangereuse, où l’Europe achète avant tout des vaccins produits par les autres, y compris le russe ou le chinois dans certains pays.

Mme Merkel a présenté ses excuses aux Allemands pour avoir pensé les priver de la célébration de . La France n’a pas été la meilleure, dans cette crise. La stratégie systématiquement en retard, gérant la pénurie par le mensonge et la contradiction, la pression angoissante constante sur la population avec des conséquences évidentes sur la santé mentale de celle-ci, l’absurdité des mesures en dents de scie, entre oukases des conseils scientifiques et interventions inopinées du Président touche-à-tout en fonction des sondages déroulent une longue chaîne d’échecs et d’erreurs, mais un ne s’excuse jamais, puisqu’il ne se trompe jamais !

En revanche, il ne perd pas une occasion pour mettre les Français en devoir d’avouer leurs crimes, de s’agenouiller devant leurs prétendues victimes. Quelle satisfaction, pour le procureur de sa nation, de demander un rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie à un militant dont on sait qu’il va accabler la France ! Quel redoublement de plaisir lorsque tombe un autre réquisitoire commandé par le chef de nos armées sur la tragédie du Rwanda et sur la responsabilité de la France ! Et tout cela quand il demande aux soldats français d’aller combattre le terrorisme islamique au Mali sans toujours en avoir les moyens nécessaires !

Il est temps que les Français se réveillent de leur torpeur « covidienne » ! Il faut qu’il parte, et que le peuple le lui dise comme à son prédécesseur !

27 mars 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

L’incident du divan : la révélation d’un désastre

L’incident du divan est en fait beaucoup plus grave que l’affirmation du sexisme islamiste…