Stéphane Wilmotte, maire UDI de Hautmont, dans le département du Nord, a refusé de célébrer, samedi 3 septembre, l’union d’un Algérien et d’une Française, rapporte La Voix du Nord. Le futur marié est l’ex-président de l’association Assalam, qui gérait le lieu de culte salafiste de la rue Jules-Campagne, à Hautmont. Cette mosquée avait été fermée en décembre 2018 pour apologie de terrorisme. L’homme « serait dans le collimateur du ministère de l’Intérieur ». La commission d’expulsion ne s’est pas encore tenue et aucune décision officielle l’obligeant à quitter la n’a encore été arrêtée.

« Sous le coup d’une procédure d’expulsion qui lui aurait été notifiée en août »

L’information ne passe pas inaperçue en raison du contexte sensible de l’affaire de l’imam Hassan Iquouissen. Le maire ne s’est pas exprimé publiquement sur ce sujet, mais dans cette commune de l’agglomération de Maubeuge, « les informations, recoupées, circulent vite ». Selon le régional, « le futur marié intéresse au plus haut niveau la sûreté de l’État, et il est surtout sous le coup d’une procédure d’expulsion qui lui aurait été notifiée en août ».

8201 vues

4 septembre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter