Armées - Editoriaux - Tribune - 8 juillet 2019

Haro sur les soldats, les anciens combattants, leurs veuves et les orphelins !

Rappelons-nous les propos du candidat Macron en février 2017 : la colonisation est un acte de barbarie, un crime contre l’humanité. Sur la guerre d’Algérie : torture, barbarie.

Rappelons-nous l’affront fait au général de Villiers, chef d’état-major des armées, devant les ministres, les généraux et de nombreux haut gradés étrangers, à la veille du 14 Juillet 2017. Une vraie entaille entre le chef et ses armées ; la plaie n’est toujours pas refermée.

Rappelons-nous les millions d’euros confisqués aux militaires, en 2017, 2018 et bientôt 2019, alors qu’ils risquent leur vie pour la France dans des véhicules non protégés.

Rappelons les polémiques sur les lycées militaires ; plus proches, les élucubrations à propos des saints patrons dans les armées ; et avec la journée de commémoration pour le Rwanda, on incrimine des combattants des forces spéciales et des militaires encore d’active !

En passager clandestin dans la loi de programmation militaire 2019-2025, le changement des tribunaux des pensions en tribunaux administratifs (au fonctionnement incompréhensible) laisse un « blessé pour la France, futur blessé par l’administration de la France ». Et maintenant, la Cour des comptes veut « sabrer » les droits des anciens combattants, refiscaliser leurs petits pécules. Notons que la retraite du combattant est d’environ 751 euros par AN (et non pas par mois). L’autre retraite – mutualiste – du combattant est une assurance-vie à laquelle chacun choisit de cotiser ou pas ; quand l’ayant droit verse 10 euros, l’État verse en moyenne 4 euros. À comparer au même dispositif pour les élus : quand celui-ci verse 10 euros, la collectivité verse 10 euros. Le dispositif est semblable dans beaucoup d’entreprises avec le plan d’épargne entreprise.

Alors, d’où vient cet acharnement incompréhensible sur les militaires ou les anciens, leurs veuves et les orphelins ?

Pourquoi s’attaquer à tous ces soldats valeureux qui sont pour la plupart des retraités touchés de plein fouet par les hausses de carburant, de taxes et de CSG ?

On s’en prend à leur honneur de soldat, on baisse leur pouvoir d’achat et, maintenant, on rogne sur leurs économies !

Alors, pourquoi, oui, pourquoi s’attaquer aux trois millions de soldats et d’anciens combattants qui ont tout donné et donnent tout ? Pourquoi les affaiblir ainsi que leurs familles alors que « nous avons des devoirs envers eux » (Clemenceau) ?

Décidément, les petits « marquis poudrés » chargés des finances n’ont aucune âme, aucune reconnaissance, aucune vision.

À lire aussi

Général Christian Houdet : « Cette colonie de vacances sans moniteur ne suffit pas alors qu’on a besoin d’un véritable sursaut »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleGabrial Attal, secrétaire d’État en char…