Que celui qui ne s’est jamais énervé sur sa progéniture à l’heure du coucher ou sur son diablotin qui s’obstine à ne pas terminer ses épinards balance la première pierre, Pierre. Dans ces moments éprouvants, quand les carottes sont cuites, l’autorité parentale en défaut, un espoir subsiste. À l’heure où les violences éducatives ordinaires sont réprouvées par la loi, bien plus efficace que la fessée, et en total respect du Code civil, une punition bien plus écoresponsable qu’un meuble à monter nous vient de Suède.

« Si tu sors encore une fois de ta chambre, je dirai à Greta de venir cette nuit, elle volera tes rêves et ton enfance. Elle te surveillera. » Idem pour les épinards : efficacité immédiate, redoutable et garantie. La progressiste Suède, qui a légiféré sur les châtiments corporels sur les enfants dès 1979, n’a rien vu venir concernant cette torture psychologique contemporaine. Certains crieront à la maltraitance ; que nenni. La preuve par la BBC, vénérable institution de propagande au service de Sa Royale Majesté la Queen qui a récemment annoncé une série documentaire sur la petite Thunberg. Ce Golgotha cathodique suivra la militante climatique au cours de sa croisade internationale, donnant une « vue intérieure sur ce que c’est que d’être une icône mondiale ». Greta à l’Est, ou complètement à l’Ouest, icône sur terre, icône sur mer, jamais dans les airs, un peu comme les aventures de l’illustre Martine illustrée par Marcel Marlier ; mais, âmes sensibles, n’ayez crainte, point de petite culotte blanche à l’horizon, le tee-shirt antifa suffira.

Rob Liddle, le producteur exécutif, s’est fendu d’un communiqué : « Il est opportun de faire une série faisant autorité qui explore les faits et la science derrière ce sujet complexe. Pouvoir le faire avec Greta est un privilège extraordinaire, d’avoir une vue intérieure de ce que c’est que d’être l’un des visages les plus célèbres de la planète. » Faisant autorité, tu parles !

Icône, nouveau messie selon l’Église de Suède, nommée pour le prix Nobel de la paix en 2019 et 2020, personnalité de l’année selon le magazine Time, l’immaculée écologique qui a persuadé ses parents de devenir végétaliens et inspiré des millions de jeunes dans le monde à descendre dans la rue, smartphone à la main et au cobalt issu du commerce équitable des mines africaines, fait des apparitions partout, des manifestations de groupuscules d’extrême gauche Extinction Rébellion ou à Davos, où hélas elle est éhontément décriée par les méchants climato-sceptiques, les racistes et les thuriféraires du système patriarcal ; victime d’un « problème de gestion de la colère », selon Trump, « adolescente gentille mais mal informée », dixit Poutine.

Au menu, l’émission suivra la guerre écologique de Greta contre l’urgence climatique en se concentrant sur son travail de campagne, ses rencontres avec des scientifiques, des politiciens et des hommes d’affaires, ainsi que sur son « parcours vers l’âge adulte ». Bien plus didactique mais tout aussi punitif que Plus belle la vie, somme toute, la composante de prosélytisme subliminal en sus. Mais honni soit qui propagande ou manipulation de lobbies y pense, l’important, c’est d’informer l’opinion publique en toute transparence sans aucune forme de désinformation. Et how dare you penser le contraire ?

À lire aussi

Alerte écarlate aux States : une catho, mère de famille nombreuse, conservatrice, bientôt à la Cour suprême ?

Ruth Bader Ginsburg, juge nommée à vie à la Cour suprême des États-Unis, vient de rejoindr…