Grâce aux politiques « populistes », l’économie et la natalité polonaises se portent bien

Réduction de l’âge de la retraite, ramené de 67 ans à 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes, augmentation du salaire minimum, augmentation des pensions de retraite pour les moins favorisés, instauration des premières allocations familiales depuis la chute du communisme en 1989-90, à raison de 500 złotys (environ 120 €) par enfant à partir du deuxième enfant sans condition de ressources (et dès le premier enfant sous condition de ressources), lancement d’un programme de construction subventionnée de logements pour les familles modestes, instauration d’une taxation spéciale sur les banques, etc. : voilà autant de mesures « populistes » qui auraient dû faire exploser le budget polonais et saborder l’économie depuis l’arrivée des sociaux-conservateurs du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir en octobre 2015.

Eh bien, non ! C’est tout le contraire qui semble se produire. Le chômage, d’abord : à 5,3 % des actifs en février 2017, contre 6,5 % un an plus tôt selon les statistiques Eurostat, il n’a jamais été aussi bas, malgré la présence massive de travailleurs ukrainiens (plus d’un million) compensant en grande partie l’émigration polonaise depuis l’adhésion à l’Union européenne (également plus d’un million d’émigrés depuis 2004, s’ajoutant au million parti au cours des années précédentes). Autre donnée, celle de la croissance économique : après une baisse au 3e trimestre 2016, elle est repartie à la hausse et devrait dépasser 3,5 % en 2017, contre 3,2 % en 2016. L’inflation est quasi inexistante et les taux d’intérêt de la banque centrale sont les plus faibles de toute l’histoire du pays (taux de référence à 1,5 %). Quant au déficit du secteur public, qui devrait être dans le rouge selon les libéraux qui ont perdu le pouvoir à l’automne 2015 (et qui avaient eux-mêmes puisé dans les fonds de retraite des Polonais pour limiter leurs propres déficits), il a été de 2,4 % du PIB en 2016, contre 2,6 % en 2015. Certes, c’est encore trop, puisque cela a fait passer la dette publique de 51,1 % du PIB (fin 2016) à 54,4 % (fin 2015), mais il n’y a pas encore de quoi paniquer.

Néanmoins c’est avec la mise en place d’allocations familiales que le gouvernement de Beata Szydło enregistre son plus gros succès. La réussite est double : encore modeste, mais réelle, sur le front de la natalité, et spectaculaire en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté. Un an après l’entrée en vigueur du programme « 500+ », les allocations familiales sont désormais versées pour 3,82 millions d’enfants, soit 55 % des moins de 18 ans. Les familles nombreuses étaient, jusqu’ici, pour beaucoup des familles pauvres ou très pauvres en Pologne. Du coup, l’arrivée de 500 złotys par mois et par enfant à partir du deuxième enfant a nettement amélioré la situation de ces familles, et la pauvreté a été réduite en un an de 48 %. L’extrême pauvreté (revenu par tête en dessous du minimum vital), dans ce pays où les aides sociales sont très modestes ou inexistantes pour beaucoup, a quant à elle chuté de… 98 % ! Et alors que la Pologne est un des pays du monde avec le plus faible taux de fécondité (un peu plus de 1,3 enfant par femme), on assiste pour la première fois à une hausse du nombre de naissances : 16.000 naissances supplémentaires en 2016 par rapport à 2015 et, si la tendance actuelle se confirme, probablement entre 25 et 35.000 de plus cette année. La Pologne, qui compte un peu plus de 38 millions d’habitants, pourrait ainsi dépasser la barre des 400.000 naissances cette année. À titre de comparaison, l’Italie, avec ses 61 millions d’habitants, en a eu 474.000 en 2016. Parallèlement, le nombre de mariages en Pologne est en hausse et le nombre de divorces en baisse, ce qui incite à un certain optimisme pour la natalité des années à venir.

Taxer les banques, conserver la monnaie nationale et mener une politique familiale volontariste, voilà des recettes qui portent déjà leurs fruits en Hongrie depuis 2010 et qui semblent réussir également aujourd’hui en Pologne. Non seulement les politiques « populistes » s’avèrent-elles être bonnes contre l’immigration et pour la natalité, mais elles semblent aussi être bonnes pour l’économie !

À lire aussi

Face au PiS polonais, une Coalition européenne déjà surnommée Coalition arc-en-ciel

Le PiS s’est présenté lors de sa convention électorale du week-end dernier comme le parti …