L’ouvrage était annoncé de longue date. préparait un livre pour enfants, mais pas seulement. Il serait destiné aussi aux adolescents, pourquoi pas aux parents, et puis, pendant qu’on y est, aux moins jeunes, enfin, à tout le monde, mais plutôt aux enfants, mais aussi à…

Avant même la publication, le libraire s’arrachait les cheveux. Sur quelle étagère allait-il poser cette usine à gaz du marketing littéraire ? Dans les grandes surfaces, les directeurs penchaient plutôt pour le rayon bricolage. Compte tenu de son format, le livre pouvait servir à caler un meuble ou faire office de pare-soleil sur une véranda.

Comme souligné dans un article précédent, outre l’imbroglio de la clientèle visée, le titre prête également à grande confusion : Leur République expliquée aux jeunes et aux moins jeunes. Le possessif « leur » tendrait à indiquer qu’il s’agit de la république d’un autre pays que la France… Mais pas du tout ! Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir titré « LA » République expliquée, etc. ? Là réside justement la pensée tortueuse, à la limite de l’ésotérisme, de l’auteur. En un mot, la pensée socialisto-intello-torturée qui valut à l’écrivain donneur de leçons de quitter l’Élysée en rasant les murs.

Passé le barrage de l’intitulé énigmatique, le lecteur – retraité en culotte courte – trouvera dans les pages intérieures le mode d’emploi du concept abstrait de République. Les rouages du machin, les institutions, des premières dames en carton à construire soi-même et le numéro de téléphone du service après-vente. Un explicatif que l’auteur n’a pu s’empêcher d’émailler de réflexions personnelles bien senties. L’ancien chef de l’État le reconnaît humblement : « Je n’ai pas toujours pu cacher mes convictions. » L’une d’entre elles, en forme de pique à , étonne par son constat digne des plus grands tacticiens : « Certains proposent de supprimer le périphérique, mais que ferait-on des voitures ? » Cette soudaine incursion dans le monde du réel stupéfie le lectorat de gauche. « Que n’y avait-on pas pensé avant ? » s’est exclamé l’équipe du candidat à la mairie de Paris.

Et puis François Hollande se fait également conseiller de son remplaçant : « Attention à ne pas écarter les partenaires sociaux au prétexte de faire entrer des citoyens tirés au sort. » « Attention à bien arroser les plantes de la cour », « penser à sortir le chien » n’ont pu figurer dans l’ouvrage faute de place. « Éviter le scooter pour les sorties nocturnes » et bien d’autres précieuses recommandations feront l’objet d’un fascicule à placarder dans les couloirs de l’Élysée. Le père Ubu de la politique y travaille.

La sortie de cette dernière torpeur littéraire sera suivie, comme il se doit, d’une tournée dans les écoles. Le conditionnement des enfants au néant républicain ne peut attendre. Après la théorie du , la théorie des mots qui ne définissent rien.

Quatrième de couverture conseillée à l’éditeur : « La cohérence de l’ouvrage réside en ce titre aussi fumeux que le concept qu’il défend (à lire sous l’empire d’une drogue dure). »

À lire aussi

Chauffeur de bus tué à Bayonne : un ministre des Transports champion du « hors-sujet »

L'homme est titulaire d'une maîtrise en « parler pour ne rien dire » et d'un bac+8 en « év…