Freiheit (« liberté », en allemand) est écrit en feutre noir sur une planche de carton tenue par une manifestante.

À l’appel des Patriotes, le mouvement de Florian Philippot, environ 700 personnes se sont déplacées devant l’ambassade d’Autriche (Paris, 7e arrondissement), ce jeudi 18 novembre au soir, pour exprimer leur solidarité avec le peuple autrichien et leur inquiétude d’une éventualité d’un pour les non-vaccinés.

Depuis lundi 15 novembre, le chancelier Alexander Schallenberg a mis en place un de dix jours pour les personnes non vaccinées ou non guéries du Covid-19. La mesure s’applique à partir de l’âge de 12 ans. Les manifestants ont-ils raison de craindre un reconfinement sélectif pour la France ? Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, assure, sur , qu’« il n’y a aucun reconfinement de prévu, ni de près ni de loin ».

Florian Philippot, interrogé par nos soins à l’issue de son discours, reste sceptique : « Vu que le gouvernement a dit qu’un reconfinement n’était pas à l’ordre du jour, on peut être craintif. À chaque fois qu’il nous a dit cela, cela se fait trois semaines après. »

18 novembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
50 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires