Editoriaux - People - 22 juillet 2019

Et Dieu créa Laetitia Casta !

Dieu créa la femme pour ne pas que l’homme s’ennuie. Il révéla Brigitte Bardot à la fin de la décennie 50, et il récidiva quarante ans plus tard avec . A l’instar de son aînée, elle commença une carrière de mannequin avant d’évoluer vers le métier d’actrice. Comment ne pas être sous le charme de cette femme pulpeuse au regard nitescent qui tranchait avec l’allure anorexique de ses consœurs ? rend hommage au corps de la femme.

Elle n’est pas ingrate envers la Création et sa générosité l’incite à dévoiler sa beauté vénusienne en posant en tenue d’Eve. À la quarantaine, elle montre aux yeux de tous que la fraîcheur féminine n’est pas un souvenir, mais bien une réalité. De Botticelli à Henri Gervex, en passant par Ingres, Courbet, Gauguin, Bouguereau, Renoir et tant d’autres, ils ont tous succombé à la fascination pour le corps de la femme. La photographie perpétue l’art de mettre en valeur le beau sexe. Chacun doit faire fructifier ses talents et si la nature a donné à Laetitia Casta la beauté, elle a bien raison de la mettre au service de ses opinions. Car le geste de celle qui fut Marianne de l’An 2000 n’est pas anodin. Depuis les pressions du fondamentalisme islamique et des mouvements « balance ton porc » et «me too », il faut se justifier pour oser exposer la nudité féminine. Un comble au pays de la « Liberté guidant le peuple », que Delacroix avait peinte les seins nus. Son geste est anti-femen, car accompli avec élégance et sans violence.

Laetitia Casta ne cherche pas à choquer mais, au contraire, à magnifier la femme dans toute sa féminité. Il y a quelques mois, une marque de lingerie avait affiché une publicité sur la façade d’un grand magasin parisien, montrant de superbes fesses culottées de lingerie fine. Madame le maire, outragée, avait crié au sexisme… alors que la ville lumière compte des dizaines de statues d’Apollon nu dans les parcs, été comme hiver, à la vue de tous les passants ! On dit que le ridicule ne tue pas, mais ce genre de censure, elle, risque d’étouffer la création et de soumettre toute audace à l’agrément des ayatollahs de la bien-pensance. Quelle régression !

Je remercie Laetitia Casta, pour son geste, que je considère comme un magnifique pied-de-nez à tous les puritains de tout bord, aux féministes, et aux obscurantistes de toute chapelle. Je lui sais gré de rendre plus actuelle que jamais la citation de Dostoïevski : « La beauté sauvera le monde ».

 

NDLR : Laetitia vient de poser nue dans le magazine Elle.

À lire aussi

Michou, l’anti-LGBT. Chapeau, l’artiste !

Ce qui était appréciable, avec Michou, c’est qu’il ne donnait aucune leçon de morale parce…