Immigration : « Ça suffit ! », dit Matteo Salvini à Christophe Castaner

Alors que les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne doivent se réunir, ce lundi, à Paris, pour essayer de trouver un accord sur un « mécanisme de solidarité » visant à mettre fin au transport de migrants en Méditerranée, Matteo Salvini met en garde Christophe Castaner. Dans un courrier qu’il lui a adressé dimanche, il écrit : « Les choix faits seulement à Paris et à Berlin, ça suffit. L’Italie n’est plus disposée à accepter tous les immigrants qui arrivent en Europe. »

Salvini rappelle que, lors d’une précédente réunion, qui s’est tenue, le 18 juillet, à Helsinki, « de nombreux collègues ont […] soutenu la nécessité de revoir les règles du search and rescue [recherche et secours] pour empêcher les abus qui visent à favoriser une immigration illégale et incontrôlée ». L’Italie et Malte avaient présenté un texte qui préconise le débarquement et la création de centres d’accueil temporaire dans les pays limitrophes aux pays de départ. Le ministre de l’Intérieur italien souligne que ce document doit servir de base à la discussion.

Cette mise au point intervient alors que l’ONG SOS Méditerranée a annoncé reprendre ses activités d’assistance et de sauvetage aux migrants en détresse, rappelant que « 20.000 personnes sont mortes noyées en Méditerranée ces cinq dernières années ». L’Aquarius n’ayant plus de pavillon, l’organisation a affrété l’Ocean Viking, sous pavillon norvégien, « spécialement équipé pour affronter de plus longs séjours en mer ». D’un côté, un ministre intransigeant, dont les médias rappellent complaisamment qu’il est d’« extrême droite », de l’autre, une ONG « humanitaire », à montrer en exemple ?

Ce n’est pas si simple ! Cette vision caricaturale dénature la réalité. SOS Méditerranée se justifie en soulignant que « ces personnes en détresse sont le plus souvent interceptées par les gardes-côtes libyens et ramenées vers l’enfer qu’elles cherchent justement à fuir ou – en l’absence de moyens de sauvetage suffisants – disparaissent en mer, sans témoin ». Mais elle se garde bien de mettre l’accent sur les politiques qui ont conduit à cette situation. Elle joue sur l’émotion, sans s’interroger sur les conséquences de son action et donc, a fortiori, sans concevoir d’autres solutions.

Le débarquement et la création de centres d’accueil temporaire et d’identification des migrants dans les pays limitrophes aux pays de départ font partie de ces solutions. Il est étonnant que ces pays, pour la plupart musulmans, ne proposent pas d’accueillir des populations elles-mêmes majoritairement musulmanes. Faut-il s’étonner que des membres de l’Union européenne, comme l’Allemagne et la France, aient une attitude pour le moins ambiguë sur l’immigration, au point qu’on se demande s’ils n’y trouvent pas leur intérêt ?

Force est de constater que Matteo Salvini montre plus de détermination que ses homologues français et allemand, qui pourraient faire pencher la balance dans un sens plus conforme aux intérêts de leurs pays et de l’Europe tout entière. La seule vraie question est de savoir comment on peut réduire ces flux migratoires, qui sont une véritable bombe à retardement. L’humanitarisme et la démagogie dissimulent l’impuissance et l’irresponsabilité de nos gouvernants.

À lire aussi

Yannick Jadot se prend pour Rastignac, à la conquête de Paris !

Pauvre Jadot, qui prend ses désirs pour des réalités ! …