Qui a dit que la féminisation du monde politique était susceptible d’en adoucir les mœurs ? Une andouille, sûrement, qui devait penser qu’Elena Ceaușescu était la réincarnation de Bernadette Soubirous. Ou qui n’avait jamais entendu parler d’Anne Hidalgo et de Rachida Dati, femmes au caractère éruptif, dirons-nous.

Ainsi, ce mardi 14 novembre, lors d’une séance du Conseil de Paris, ces deux édiles se sont-elles sévèrement crêpé le chignon ; et pas seulement à coups de sac à main, on précise. Le tout sur fond de voyage aux antipodes de la première des Parisiennes, histoire de vérifier si le spot de surf de Tahiti correspondait bien aux normes de ces Jeux olympiques s’annonçant l’an prochain dans la Ville Lumière.

Extraits des délibérations : « Il y a dans votre attitude, comme vous le démontrez à chaque Conseil de Paris, de la désinvolture. […] C’est cette même désinvolture qui vous coûte très cher, si l’on peut dire, dans le cadre de votre voyage alibi à Tahiti, dont on apprend encore ce matin que vous avez bénéficié d’un hélicoptère, alors même que vous faisiez croire que vous étiez en train de faire du vélo sur une piste cyclable parisienne », lance Rachida Dati, en guise de hors-d’œuvre.

En fait, d’hélicoptère il n’y avait pas, s’agissant de l'approximation d’un journaliste de l’Opinion ayant, depuis, reconnu son erreur.

Résultat ? Anne Hidalgo entame le plat de résistance en s’adressant à la presse : « Vous êtes, messieurs et mesdames les journalistes, convoqués au Datishow. Mais le Datishow s’est un peu calmé, parce que madame Dati, elle est présidente d’un groupe qui a une vision radicalement différente de la nôtre, elle ne porte pas l’écologie, elle ne porte pas le social. »

Et d’assener, au moment du fromage : « Évidemment, c’est respectable, je respecte, je respecte. […] Je respecte tout à fait, car la beauté de la démocratie, c’est qu’il y ait des différences et des projets qui s’affrontent démocratiquement et que les électeurs tranchent. En l’occurrence, ça fait quand même vingt ans qu’ils tranchent en dehors de ce que vous proposez. »

Au dessert, Rachida Dati aurait pu rétorquer que le résultat de sa meilleure ennemie à la présidentielle (1,26 %, soit presque moitié moins que les 2,26 % récoltés par Jean Lassalle) devrait la ramener à plus de modestie.

Pour continuer de filer la métaphore culinaire, il est vrai que ce voyage polynésien aurait un peu comme des relents du dîner de la veille, puisque mêlant retrouvailles familiales (son gendre, professeur, ayant là-bas été muté) et spot de surf qu’accessoirement, elle n’a pas pu, ou voulu, visiter.

Et pourtant, son entourage a tôt tiré la sonnette d’alarme, dont Charlotte Chaffanjon, journaliste à Libération et très proche d’Anne Hidalgo. Mais, confie-t-elle, « le problème, c’est que personne n’ose lui dire que certaines questions sont légitimes. On est un peu dans cette ambiance de plomb, à la limite de l’omerta. » Même son de cloche chez un autre confrère, Laurent Telo du Monde : « C’est bien elle qui a décidé de maintenir ce voyage. Ses proches ont tenté de la dissuader. »

Du coup, et ceci expliquant probablement cela, la mairesse en chef n’a plus d’autre choix que de botter en touche pour détourner l’attention ; d’où sa guerre désormais encore plus ouverte que jamais contre les voitures de type SUV de la capitale, pour lesquelles le coût du stationnement pourrait être revu à la hausse. Vu l’état de la capitale, entre saleté et insécurité, il est une évidence que ces imposantes bagnoles font figure de premier péril à circonvenir.

Certes, cette mesure ne concernerait pas le stationnement résidentiel. Mais cela ne consisterait-il pas en une entorse au principe d’égalité entre les citoyens ? C’est ce que semble estimer Pierre Chasseray, président de l’association 40 millions d’automobilistes : « Sur quels arguments Anne Hidalgo appliquerait une tarification différente sur le stationnement des SUV ? Au nom de ce même principe d’égalité, elle ne peut pas. L’expression "SUV" ne désigne qu’une forme de véhicule. Cela ne dit rien de l’espace qu’ils occupent ou de la pollution qu’ils émettent. D’ailleurs, en France, les SUV sont plus petits que les monospaces de type familial et n’émettent pas plus qu’une berline. »

De quoi pousser cette dame à peut-être revoir sa copie. Un voyage de réflexion aux Maldives s’impose.

7619 vues

15 novembre 2023 à 17:22

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Toute cette clique de profiteurs, et Dieu sait qu’ils sont nombreux, aurait tort de se gêner ! Tant que ça passe et qu’ils sont réélus !

  2. Haro sur le SUV: on veut l’empêcher de rouler, mais en pénalisant son stationnement….Cherchez l’erreur?
    Je serai curieux d’avoir la réaction de Benoît DUTEURTRE sur le sujet, lui qui a si bien décrit la vie parisienne au quotidien dans son ouvrage « Les dents de La Maire »!

  3. Les parisiens n’ont que ce qu’ ils méritent, une Hidalgo !! Nous n’allons pas pleurer loin de là !

  4. Vous pensez vraiment, Cher Nicolas, que Dame Hidalgo est à même de revoir quelque copie que ce soit ?

  5. Madame Hidalgo, revoir sa copie ? Vous rigolez ! Et puis pourquoi les parisiens se plaindraient-ils ? On peut admettre qu’ils se soient trompés la première fois, mais il l’ont réélue (ou laissé réélire, c’est pareil)… Alors qu’ils ne pleurent pas.

  6. Quand j’entends Hidalgo parler d’écologie je m’esclaffe. Son spot menaçant le corail est il écologique. D’ailleurs ces JO le sont ils avec cette multitude de déplacements? Il faut entièrement revoir notre modèle de fonctionnement.

  7. C’est un aspect lamentable de la politique actuelle servie par des personnages tout aussi lamentables, cyniques et recuits de prétention.

  8. « Charlotte Chaffanjon, journaliste à Libération et très proche d’Anne Hidalgo » croit savoir le chroniqueur. Quelle surprise …

  9. SUV, Midas, elle a l’air de s’y connaître en automobiles; il serait peut-être temps de la renvoyer au garage.

  10. Comme elle apprécie les lieux lointains, on pourrait peut-être lui proposer Cayenne, version fin 19° début 20° siècle, pas arrondissement…

  11. Des crêpages de chignons, des invectives, est ce cela la démocratie? Plutôt que de s’invectiver, que l’opposition fasse son travail et dénonce par la presse ou tout autre moyen les malversations de l’équipe en place, et surtout n’hésite pas à s’unir pour qu’aux prochaines élections, les écuries puissent être balayées.

    1. S’unir ? cela semble totalement contre nature tant pour LR que pour RN ! Le seul à le proposer, le souhaiter c’est Reconquête ! Quand donc la droite comprendra-t-elle que l’union fait la force et pensera plutôt France qu’intérêt personnel ?

  12. J’ai vu hier Dati dans une émission de TV , elle était intenable , en constante hilarité , elle fonctionne avec quoi ?

Les commentaires sont fermés.