L’affaire fait les gros titres outre-Manche, mais en France, pas un bruit. Le National Health Service d’Angleterre (NHS), système de santé public, revoie sa copie sur les enfants transgenres. Après des décennies de laisser-faire, le NHS vient de rendre publiques ses recommandations pour un meilleur contrôle des traitements administrés aux enfants qui remettent en cause leur sexe biologique. Une prudence dont la France devrait s’inspirer.

La dysphorie de genre, « une phase transitoire »

« Dans la plupart des cas, l’incongruence de genre ne persiste pas à l’adolescence », affirme l'organisme. À plusieurs reprises, le NHS rappelle que la majorité des enfants qui croient être transgenres traversent en réalité une « phase transitoire ». À la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, nombre d’entre eux réalisent finalement qu’ils ne désirent plus changer de sexe. Malheureusement, dans certains cas, le protocole de soin suivi se révèle définitif et laisse des dommages considérables. Aussi, plutôt que de proposer à ces des traitements hormonaux – pour rappel, les bloqueurs de puberté dont les effets restent incertains voire irréversibles sont prescrits dès l’âge de 10-11 ans en France – ou des opérations chirurgicales – la mammectomie est autorisée avant la majorité en France -, le NHS préconise d’accompagner ces jeunes sur le plan psychologique et mental. En effet, dans de nombreux cas médiatisés, la transition de genre permet de répondre rapidement à des angoisses ou à un mal-être profond : anorexie, troubles mentaux, manque de confiance en soi… Le NHS suggère donc d'« élargir l’équipe clinique afin qu’en plus des spécialistes de la dysphorie de genre, elle comprenne des experts en médecine pédiatrique, autisme, neuro-handicap et santé mentale ».

Le NHS s’inquiète également des traitements hormonaux prescrits aux enfants. Si les bloqueurs de puberté font encore débat au sein de la communauté médicale, le service de santé anglais dénonce tout de même les « effets irréversibles ou partiellement réversibles », tant d’un point physiologique que psychologique, de ces médicaments. Faible densité osseuse, stérilité, anomalie du développement sexuel, effets négatifs sur le cerveau, dépression… sont autant de possibles effets énumérés par des spécialistes. Le NHS demande donc que ces traitements soient administrés avec le plus grand soin, accompagnés d'un long suivi, et ne soient plus fournis par des établissements non réglementés. « Sur cette base, le NHS England ne commandera de traitements hormonaux que dans le cadre d'un protocole de recherche formel », avertit le projet.

Avertissement sur la transition sociale

Une fois ces recommandations posées, le NHS tire la sonnette d’alarme. Au-delà des traitements médicaux administrés trop précocement, le service de santé anglais met en garde sur « la transition sociale, c’est-à-dire le changement de prénom, de pronom, de style vestimentaire dans la vie quotidienne ». Cette transition sociale « ne doit pas être vue comme un acte neutre », écrit le NHS. Et de préciser : « La transition sociale ne devrait envisagée que lorsqu’elle est nécessaire pour prévenir une détresse cliniquement significative et que le jeune est capable de comprendre pleinement les implications d'une transition sociale. » Helen Joyce, journaliste irlandaise, rédactrice en chef des affaires événementielles à The Economist, s’intéresse depuis 2018 aux questions de transsexualité. En 2021, elle a publié un ouvrage à succès, Trans, quand l’idéologie rencontre la réalité (Trans: When Ideology Meets Reality). Cette figure se réjouit sur Twitter de la prise de conscience du NHS : « Tellement contente de voir ça. J'entends des parents menacés par les services sociaux et rejetés par les écoles de leurs enfants, lorsque les parents refusent d'accompagner la transition sociale », écrit-elle.

Mais au moment où l’Angleterre réalise les effets psychologiques importants et parfois dévastateurs que peut entraîner une transition sociale, en France, le Conseil d’État valide la circulaire... autorisant les élèves transgenres à changer de prénom à l’école !

Après la fermeture annoncée, l’été dernier, de la clinique de Tavistock, véritable « usine à trans », l’Angleterre, à l’instar de la Suède, continue de se montrer de plus en plus prudente sur la question des transgenres. La France devrait suivre cette voie avant qu’il ne soit trop tard…

6837 vues

25 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

18 commentaires

  1. Je n’ai à ce sujet que des commentaires orduriers qui seraient très légitimement retoqués par la direction de BV, et je l’en félicite. Mais je n’en pense pas moins.

  2. La transition de genre sur des mineurs devrait être interdite par la loi en France. Les adultes qui la mettent en oeuvre (parents, médecins) devraient être passibles de peines de prison. Un point c’est tout. Nous attendons que les députés RN déposent un projet de loi en ce sens. On n’a pas le droit de détruire la vie d’un enfant ; c’est peut-être encore plus grave que la pédophilie.
    Je rapporte un dialogue entre mon petit-fils R. alors âgé de 6 ans et moi, en l’absence de ses parents :
    R. -je voudrais être une fille.
    Moi- Pourquoi ?
    R.-parce les filles sont plus intelligentes que les garçons.
    Moi- ce n’est pas vrai. Il y a des filles très intelligentes mais pas toutes. Et c’est pareil pour les garçons. Il y a aussi beaucoup de garçons très intelligents.
    Nous (parents et grands-parents) sommes très heureux d’avoir un petit garçon comme toi beau, gentil et très intelligent et que nous aimons beaucoup tel qu’il est. Nous ne souhaiterions pas que tu sois une fille. A ta naissance, nous étions très heureux d’avoir un garçon de plus. [ Il est le troisième garçon de ses parents].

    On n’a plus entendu parler de cette « revendication ». Voilà pour la « dysphorie » de genre !
    Aucun de ses frères n’a souhaité être une fille.

  3. La France avec toujours sa guerre de retard, avec ses féministes , wokistes et Lgbtqitrans déconnectés de la réalité sera encore la dernière a s’émouvoir quand le mal sera fait.

  4. certains politiques, amoraux et immoraux, sont prêts à tout pour assouvir leur déviance sans tenir compte du mal qu’ils font à notre jeunesse en perte de valeurs.

  5. C’est incroyable tout ces bien pensants qui prennent des décisions catastrophiques mais en définitif sont totalement irresponsable de leur méfaits. Si on fait un classement on peux en premier les présidents Européens suivis par les pseudo politique nommés « les vertes » on trouvera sans avoir à parcourir cette liste bien longue les juges et la Nupes. Ça fait beaucoup de monde tant qu’on s’en débarrassera pas la France continuera de descendre. Bientôt l’Edf et son nouveau PDG catastrophique.

  6. Il est normal qu’un enfant garçon s’interroge :
    Papa, Maman, est-ce qu’un jour je serai une fille ?
    …Et inversement pour une fille.
    Sauf que le boulot d’un père et d’une mère, c’est de sécuriser l’identité de leur enfant. Et la seule réponse intelligente et ancestrale est :
    Eh non, tu restes un garçon pour toujours…

    Sauf qu’aujourd’hui, la folie s’est emparée de certains parents qui sont assez givrés pour répondre :
     » ce sera comme tu veux mon chéri.  »
    Et là, on n’est plus très loin de la barbarie.
    Donc la question des enfants transgenre est un faux problème. La seule question, c’est la dégénérescence de leurs parents.

  7. Lorsque l’on se dit que toutes ces dérives sont initiées et encouragées par des êtres dits « à l’intelligence supérieure » on se demande à quel niveau peut se situer notre Education Nationale.

  8. Mais qu’est-ce que c’est que cette mafia de toubibs profondément abrutis , pervers et inconscients, en France ( où, franchement, ils n’ont pas que celà à foutre ! – c’est pour se faire du fric ??) qui prescrivent traitements hormonaux et chirurgie à des gosses en puberté mal dans leur peau ? ( au lieu de les adresser aux psys , de les envoyer faire du sport ou aux scouts/louvettes) ! .Ils devraient être mis aux bancs du  » corps médical » qui a largement perdu son éthique depuis longtemps ( l’habitude des expérimentations in vivo et des charcutages ? Feraient mieux alors de s’occuper du rôti de Maman ou du barbecue ( ou tout simplement de l’éducation de leurs propres mômes ) ; mais ça paye pas autant, hein ?Toubibs : Honte à vous !

  9. Tous ceux qui se sont engouffrés là-dedans par calcul électoral ou politique, par machiavélisme, par complaisance diversitaire, par wokisme, par un pseudo progrès social ou humaniste, devraient en payer le prix fort.
    Et on s’étonne que les autocraties rejettent cette dérive coupable… Être autocrate n’empêche pas d’être sensé, comme être démocrate n’empêche pas la folie.

    1. Bonjour Johnny Croipa,
      >>> …devraient en payer le prix fort <<<
      Vous soulignez ainsi l'un des processus les plus efficaces de destruction Nationale :
      La déresponsabilisation et la déculpabilisation d’actions subversives majeures dès lors que leurs auteurs agissent sous complicité de la doxa mondialiste, du « politiquement correct », de la « pensée unique », du « concassage des mœurs », du « wokisme », de la crétinisation de l’enseignement, et de tout ce qui pouvait contribuer à notre culture naguère reconnue.
      Si l’on ajoute à cela l’impunité majoritairement admise pour la plupart des auteurs de manquement aux règles traditionnelles de l’honnêteté et de la civilité, de manquements aux obligations professionnelles, pour les arnaques en tous genres, nous avons l’une des causes majeures de la décomposition de notre société : L’impunité généralisée comme levier d’une subversion venue d’ailleurs !!!
      Et ça a marché !!!

  10. Beaucoup de prétendus transgenres ont des problèmes psychologiques qu’ils croient supprimer en changeant de sexe, après quoi ils réalisent que leurs problèmes perdurent, et se retrouvent en plus mutilés et diminués.

  11. Poutine a 100 fois raison. L’occident est en décadence continue sur tous ces sujets (poussée par des mondialistes qui s’évertuent à créer un marché juteux)

    1. Les Russes ont eu mille fois raison d’avoir élu un chef d’État – un vrai – qui veut préserver son peuple des turpitudes et de la dégénérescence de l’Occident !

  12. La France avec ces élus malades et corrompus n’a pas la volonté de sauver ces enfants , ils ne savent que détruire ,voter des lois pour plaire à des minorités de tordus , ce gouvernement a les mains pleine de sang de tous ces crimes commis à l’égard du peuple français .Faudra que ces élus soient jugés pour tous ces crimes .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter