Il flotte un air de fête, depuis le 17 octobre, aux Sables-d’Olonne. Et pour cause : le village du Vendée Globe vient d’ouvrir ses portes. Les visiteurs se pressent pour admirer les 33 bateaux de 60 pieds amarrés sur les pontons et rencontrer les skippers présents. Dimanche 8 novembre, ces 6 femmes et 27 hommes, déjà des héros, relèveront le défi de parcourir 21.638 milles, soit 40.075 kilomètres. Véritables machines de guerre et prouesses de technologie, les voiliers se lanceront dans cette course autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

Cette conquête des océans a déjà consacré de très grands marins : Titouan Lamazou en 1990, Alain Gautier en 1993, Christophe Auguin, en 1997, Vincent Riou en 2005, François Gabart en 2013 et Armel Le Cléac’h en 2017. Le Finistérien devient le nouveau détenteur du record de l’épreuve, en 74 jours. Un seul l’a gagné deux fois : Michel Desjoyeaux, en 2001 et 2009. Mais chaque participant, du premier au dernier, est accueilli dans le chenal par la même foule et entre dans la légende.

À l’occasion de cet événement mondial, la paroisse renoue avec les traditions populaires en organisant l’arrivée en voilier de Notre-Dame de Rocamadour. Après un tour du monde de quatre ans à bord du Marie Stella, la Vierge noire sera honorée lors d’une procession aux flambeaux suivie d’une veillée. Dix porte-bannière des saints de Vendée accompagneront la patronne des navigateurs. « Depuis le XIIe siècle, la Vierge noire est la protectrice des marins. Cette année encore, nous allons la recevoir pour qu’elle protège les skippers. Leurs photos seront déposées à ses pieds jusqu’à la fin de la course et une médaille la représentant sera remise à chacun d’eux, pour qu’ils l’emportent pendant leur périple. Le dimanche 8 novembre, la Vierge de Rocamadour sera installée à Port Olona, avant le départ, et les cloches des églises retentiront à 13 heures deux », explique l’abbé Antoine Nouwavi au journal Les Sables Vendée.

En attendant le grand départ, le public profite, sur le village, de ses nombreuses animations, rencontres, conférences, démonstrations culinaires ou scénographie océanique spectaculaire. La foule est venue nombreuse saluer et encourager ces héros des mers qui, en se dépassant, lui feront oublier, un temps, le virus qui ronge nos terres.

Malgré une situation sanitaire anxiogène, cette édition 2020 restera un symbole, celui de relever le défi d’ouvrir un village et de donner le départ. Dans Valeurs actuelles, Yannick Moreau, le maire des Sables-d’Olonne, confiait : « Le symbole de la Vendée, c’est le cœur. Celui-ci doit battre. » Si nos aventuriers devront composer avec le vent, les vagues, la houle et la glace, ils nous offriront, par cette neuvième édition, cet « acte de résistance face à la morosité, au pessimisme et au fatalisme ».

25 octobre 2020

À lire aussi

Policiers mis en cause : l’indignation sélective des footballeurs

Être bon en tapant dans un ballon suffit-il à commenter l’actualité dont, manifestement, o…