Emmanuelle Ménard, députée de l'Hérault, réagit au micro de BV sur les débats qui se sont tenus ce matin à l'Assemblée nationale au sujet de l'inscription de l' dans la Constitution. Le vote de cet amendement apparaît à ses yeux comme une décision inutile et dangereuse, notamment en raison de la voie qu'il ouvre à toutes formes de bouleversements sociétaux.

Marc Eynaud. À l'Assemblée nationale a été discuté le projet de loi de constitutionnalisation de l’ porté par La France insoumise. Pourquoi vous êtes-vous opposée à ce projet ?

Emmanuelle Ménard. Pour trois raisons. Tout d’abord, c’est inutile. Les députés LFI nous expliquent que l’ est très menacée en France alors que toutes les modifications législatives depuis la loi Veil de 1975 vont dans le sens de l’élargissement ou de l’assouplissement des conditions requises pour avoir accès à l’avortement. Les délais ont été allongés à deux reprises, le délai de réflexion a été supprimé, ainsi que le consentement parental pour les mineures. La suppression de la notion de détresse, l'instauration du délit d’entrave et le remboursement intégral montrent que ce droit à l’IVG n’est pas menacé en France. Il est également garanti par la jurisprudence du Conseil constitutionnel. Au contraire, la remise en cause de l’IVG par la loi serait aussitôt censurée par le Conseil constitutionnel.
Par ailleurs, La France insoumise fait référence à cette crainte qu’ils ont après la décision de la Cour suprême des États-Unis de juin dernier. Avec cela, ils justifient leur proposition de loi ; or, cela n’a aucun sens. On ne peut pas importer en France un débat lié à une spécificité constitutionnelle des États-Unis. La Constitution des États-Unis n’a rien à voir avec la Constitution française. C’est donc une fausse bonne raison.
Dernière raison, c’est dangereux. Toucher à la Constitution sur une question sociétale comme celle de l’ ou de la contraception, c’est ouvrir la boîte de Pandore à toutes les surenchères. Ils vont y mettre l’euthanasie, le droit au changement de sexe, la contraception ou la GPA. Il faudra changer la Constitution toutes les cinq minutes. Dans la discussion générale de ce matin, je soulignais le fait qu’ils ne manqueraient pas d’idée en la matière. Ils bouleversent complètement les équilibres trouvés par la loi Veil, notamment en termes de délai d’avortement ainsi que cet équilibre très précaire entre la liberté de la femme et son droit à disposer de son corps et la protection du droit à la vie. Un équilibre assez fragile avait été trouvé avec cette loi, tout a été balayé avec l’amendement voté ce matin.

M. E. Marine Le Pen avait déposé un amendement pour constitutionnaliser la loi Veil afin de limiter les dégâts. Pourquoi n’étiez-vous pas favorable à cet amendement ?

E. M. Elle a retiré son amendement qui était un peu construit dans le même esprit que celui des Républicains. Entre la constitutionnalisation proposée par La France insoumise et la constitutionnalisation des principes et de l’esprit de la loi Veil, le second est un moindre mal. J'ai voté sur l’amendement d’Olivier Marleix des Républicains car je trouvais que c’était un moindre mal. Si on ne votait pas celui-là, je savais ce qu’il se passerait après. Malheureusement, l’amendement a été rejeté. Je ne pouvais pas voter pour la formulation finale, c’est inutile et dangereux.

M. E. D’autres députés vous ont-ils rejointe sur cette question ?

E. M. Nous étions cinq : Anne-Laure Blin, Marc Le Fur, Xavier Breton, Patrick Hetzel et moi. Cinq sur 577 députés, c’est peu.

M. E. Vous avez été taxée d’extrême droite et de réactionnaire par vos adversaires. Ces attaques vous ont-elles touchée ?

E. M. De la part de La France insoumise, elles ne me touchent pas. Et malheureusement, je commence à avoir l’habitude. Ce matin, c’était plutôt modéré car d’habitude, ils me traitent d'obscurantiste. En revanche, j’ai répondu à Mathilde Panot qui ment sur les amendements que j’ai déposés. Elle dit que je demandais que la femme puisse avorter avec l’autorisation de son mari. C’est faux. Je demande qu’on arrête de dire que l’ ne concerne que la femme. Quand la femme est enceinte, en général, c’est qu’elle a fait cet enfant avec un homme. Il y a des cas où l’homme se désintéresse de la situation, il y a des accidents de la vie, mais il y a aussi beaucoup de cas où cette décision se prend au sein d’un couple. Je pense que l’homme n’a pas à être écarté automatiquement de la décision. Cela ne veut pas dire que le dernier mot ne doit pas revenir à la femme car c’est dans son corps que ça se passe, mais à chaque fois j’essaie de remettre un semblant d’équilibre dans le texte. Autre exemple, La France insoumise parle de ces femmes que l’on forcerait à garder l’enfant quand elles sont enceintes. Mais ils ne parlent jamais de ces femmes que l’on force à avorter ; or, ça existe. En Grande-Bretagne, une étude donne des chiffres de femmes qui ont subi des pressions pour avorter alors qu’elles souhaitaient plutôt garder l'enfant. Je ne dis pas que c’est le cas tout le temps, je dis qu’il faut prendre en compte ces conditions-là. Je ne porte pas de jugement moral. Si vous voulez faire un changement dans la Constitution, il faut prendre en compte toutes les situations et pas seulement par rapport au prisme idéologique de LFI.

5191 vues

24 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

22 commentaires

  1. La Constitution ne doit pas pouvoir être modifiée sans une consultation du peuple. Introduire la mort de l’embryon humain est contraire au texte fondateur qui est de protéger le faible. Honte à tous ceux qui ne se sont pas opposés à cette proposition.

  2. La Constitution est le texte qui régit le fonctionnement des institutions et de la démocratie. L’IVG ne fait pas partie de ces principes. Il me semblerait judicieux d’inscrire dans la Constitution que la France est de culture chrétienne !

  3. Ce sujet n’a rien à faire dans la Constitution , seul le Peuple Souverain devrait et doit avoir la décision de modifier la Constitution par référendum.
    Et quand on voit toutes ces insoumises entonner le « chant des Partisanes » c’est à vomir , comment les femmes se retrouvent elles dans ces  » démolisseuses du genre masculin » .
    Si la Nupes avec ses insoumises n’ont que cela comme sujet de préoccupation , il leur faut aller sur le terrain et voir la société de délabrement dans laquelle vivent des millions de français , mais en ouvrant trop grande leur mandibule (vous remarquerez le brin de politesse et pourtant j’en pense tout autrement), elles finissent par avoir les paupières mi-closes ; elles en arrivent même à désavouer leur « Toréro de l’ Arène Nationale » …
    Et en dernière observation que ces « cantatrices improvisées » aillent prêcher leur bonne parole au sein de la communauté musulmane en passant outre l’autorisation du géniteur afin de recourir à une IVG sur leur femme, alors Constitution mais pas pour tous.

  4. Tout ce que fait, dit et montre en exemple LFI, c’est le chaos, la zizanie, le mensonge, l’incivilité, la volonté de détruire et l’imbécilité érigée en doctrine. Il n’en est qu’à regarder ses représentants et en particulier son amuseur public de chef pour se rendre compte de leur nuisance avérée et dangereuse.

  5. Dites moi : çà sert à quoi au juste, la constitution ? Parce que Chirac y avait fait inscrire le principe de précaution. Quand on fait le compte des crimes et délits commis par des immigrés, ce principe devrait faire interdire toute immigration, non ? Par précaution…

  6. On veut protéger le taureau mais pas l’enfant à naître ! d’après Caron, le moustique a le même droit à vivre que n’importe quel être humain ! La video diffusant son explication sur la vie des moustiques vaut son pesant d’or !

  7. Jje suis d’accord . Totalement inutile et dangereux ; S’immiscer dans la vie intime des foyers (ou autres moeurs de société ) .On a des médecins pour ça, non ? Et pléthore d’organisme de tutelles et/ou de concertation pseudo-médicaux…

  8. Ne pourrait on inscrire l’interdiction de la corrida dans la constitution de 1958 , et aussi l’interdiction du gavage des canards pour obtention du foie gras, et pour bien verrouiller le tout interdiction de manger du foie gras pendant les fêtes .. mais au fait c’est quoi la Constitution francaise de la Vème république ? .. ah oui j’oubliais, l’interdiction de la chasse, et aussi l’interdiction des femme battues par leurs maris …

    1. Si on parle du bien-être animal (corrida, foie gras,,,), pourquoi n’est-il jamais question des égorgements rituels dans tous nos abattoirs qui sont aujourd’hui tous devenus halal contre notre gré ?
      Quelle hypocrisie !

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter