Editoriaux - Justice - Médias - Politique - 11 juin 2017

Élisabeth Guigou, battue, s’était affichée voilée à la mosquée de Pantin

À chacun sa stratégie de campagne. Des fidèles de la mosquée Abu Bakr de Roubaix s’émeuvent que les militants de gauche tractent à la sortie du lieu de culte. L’ex-ministre de la Justice Élisabeth Guigou a, elle, franchi le Rubicon du parvis pour s’exprimer à l’intérieur même de la mosquée de Pantin, lundi dernier. Le prétexte étant la rupture du jeûne du ramadan. Alors que, durant leurs nombreuses portes ouvertes, les mosquées accueillent les curieux sans jamais exiger des femmes le port du voile, madame Guigou l’a revêtu de son propre chef pour marquer sa déférence envers l’islam.

Les médias couvrent largement cette polémique, mais ils n’ont pas informé leurs lecteurs de l’orientation de cette mosquée. On remarque à ses côtés la présence de Mohammed Henniche, président de l’Union des associations musulmanes du 93 (UAM93), qui fut aussi le signataire, en août 2013, du bail qui permet à la mairie socialiste de louer un de ses terrains. Henniche s’est illustré récemment en protestant contre les fermetures des mosquées radicales, notamment en déplorant celles de Stains et Ecquevilly. Cette dernière, fermée administrativement en décembre dernier, était dirigée par l’imam Youssef Abou Anas, dont un prêche prescrit au musulman vivant en pays non musulman de montrer son “animosité vis-à-vis des non-musulmans, [il] doit montrer la haine qu’il a en eux” (conférence “La Hijra, ses mérites et son jugement”). Il faut dire que l’UAM93 de Henniche s’illustre régulièrement par des articles incendiaires sur son site officiel. Dans un article mis en ligne suite à l’interdiction du port du niqab (article du 10 janvier 2010 par Daniel Youssouf Leclerc, www.uam93.com), on lisait :

Ultime provocation, on exige des Musulmans d’opter sans réserves pour les lois (humaines) de la République et de renoncer aux Lois de Dieu, sous peine de sanctions. Mais, liberté de penser oblige, rien n’oblige à adhérer à une quelconque loi quand bien même elle serait votée par une majorité d’inconscients. […] En conclusion, les grands muftis de la République laïque pourront toujours aboyer cela n’empêchera pas la caravane islamique de continuer son chemin jusqu’à sa destination finale.

Un autre article de l’UAM93 a une lecture particulière de la mise en application de la loi anti-niqab/burqa : “Le port du niqab en France est l’objet d’une guerre sans merci entre les forces républicaines et les forces musulmanes.” L’article était sobrement intitulé « Le jihâd du niqab » (article du 13 octobre 2013, toujours en ligne le 9 juin 2017).

La mosquée de Pantin vibre aux exploits de la “résistance palestinienne”. Ainsi, en août 2014, après l’incursion militaire israélienne suite à l’enlèvement et au meurtre de trois adolescents israéliens par des militants du Hamas, et les nombreux tirs de roquettes, la mosquée de Pantin choisit son camp : “Gaza : la résistance palestinienne remercie Allah pour la victoire. Enfin Israël a reconnu son incapacité à écraser la résistance à Gaza et Israël a été obligé de demander l’arrêt des hostilités.” Texte illustré par une photo de djihadistes du Hamas, avec leur traditionnel bandeau vert sur le front, célébrant le retrait de Tsahal.

En avril 2016, le cheikh égyptien Mohamed Jabril était l’invité vedette de la mosquée de Pantin, comme l’attestent les photos de la page Facebook de l’institution. Il est interdit de prêcher en Égypte depuis juillet 2015, en raison de ses positions trop politiques. La France, terre d’asile pour islamistes, est décidément trop bonne fille.

À lire aussi

Joachim Véliocas : “La direction d’Etam a exclu une employée résistant à l’entrisme islamiste”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleDans une vidéo postée sur les réseaux sociaux,…