L’image, diffusée par le compte X de La Dépêche 47, a fait florès sur les réseaux sociaux : sur le bord d’une départementale, à Bergerac, un prêtre, soutane au vent et goupillon à la main, bénit à la volée le convoi des tracteurs pavoisés du drapeau bleu blanc rouge, qui part à Paris. Depuis le marché aux bestiaux d’Agen, les agriculteurs klaxonnent à tue-tête. Ils ne partent pas au front, mais c’est tout comme. Il est à noter que nombre d’évêques, dans toute la France, ont exprimé publiquement leur soutien aux agriculteurs. Entre la bêche et le goupillon, il y a une longue histoire consubstantielle. Que deviendrait l’Église s’il n’y avait plus de pain ni de vin pour célébrer la messe ?

Paysan et païen ont la même étymologie, paganus, mais durant des siècles, l'Église a tant semé et labouré dans la ruralité qu’aujourd’hui, il n’est guère de paysan qui ne travaille dans un champ cerné par les clochers et les calvaires, au son, encore bien souvent, de laAngelus. C’est tout leur environnement qui porte les marques de la chrétienté. Même si le paganus, depuis plusieurs dizaines d’années, refait furieusement surface, l'humus de jadis n'a pas tout à fait disparu.

L'humus de jadis n'a pas disparu

C’est feu Patrick Buisson qui doit, là où il est, se réjouir de cette scène : dans son avant-dernier livre, La Fin d’un monde (Albin Michel), il déplorait la disparition de ce catholicisme populaire et rural, entre rogations et bénédiction des moissons. On a pu parfois, par le passé, dans ces colonnes, reprocher aux prélats français un tropisme écolo déconnecté et un appel à la charité pour le lointain dévoyé : ils font montre aujourd’hui d’une réelle compassion pour les souffrances de leurs ouailles, cela mérite d’être souligné.

Les forces de l'ordre aussi

Mais ce n’est pas tout. Une petite phrase du policier Rudy Manna, porte-parole d'Alliance Sud, sur le plateau de CNews, ce lundi 29 janvier, a fait aussi beaucoup parler : « Les flics de France soutiennent le mouvement des agriculteurs. »

L’idée était sans doute de rassurer : le déploiement impressionnant de 15.000 gendarmes et policiers près des grandes métropoles, et en particulier des blindés de la gendarmerie autour de Rungis - ce lundi, ce sont les forces de l’ordre qui encerclaient Rungis, pas les agriculteurs -, n’était pas du meilleur effet de la part d’un gouvernement prétendant « comprendre » les manifestants. Il faut dire que les tracteurs ne sont pas des trottinettes électriques. Comme disait Michel Audiard, « quand les types de 130 kilos disent certaines choses, les types de 60 kilos les écoutent ». Pour disperser des agriculteurs juchés sur des mastodontes, il faut d'autres méthodes que pour un antifa épais comme un haricot vert.

Mais si l’on en croit Rudy Manna, il ne faut pas se fier à ces images belliqueuses : le bleu est solidaire du vert. Blindé et John Deere, même combat ! Même si chacun fait son devoir. L’inverse, en somme, de ce que prophétisait feu (lui aussi) Gérard Collomb pour les banlieues : non pas face à face mais côte à côte. Déjà, au début des gilets jaunes (pas à la fin, après le noyautage par les Black Blocs), les médias avaient relevé des images de fraternisation pour des forces de l'ordre et des manifestants aux sociologies proches : l’image d'un CRS s'arrêtant dans sa course pour embrasser une jeune manifestante de ses connaissances avait fait beaucoup parler.

Mais cette fois, les proximités sont peut-être encore plus prégnantes : les maux des agriculteurs - une paperasse administrative tentaculaire, une Europe dictatoriale, un monde sans frontière - minent et sapent le travail des policiers et des gendarmes. Eux aussi ont le sentiment décourageant de pousser chaque jour le rocher de Sisyphe, Dans leurs rangs également, on déplore de nombreux suicides. Dans sa chanson Le Sabre et le Goupillon, Jean Ferrat parlait du clairon uni à l’harmonium. Vient de se rajouter l’accordéon. En soutien aux agriculteurs, se dessine en somme l’arc d’une France éternelle, celle que l'on ne croyait plus voir unie que dans les livres d'histoire : les paysans, les prêtres et les soldats. La France qui ne peut pas marcher sur la tête, puisqu'elle est enracinée.

16310 vues

29 janvier 2024 à 20:20

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

60 commentaires

  1. Sans une « convergence des luttes » comme disent les camarades, la bataille n’est pas gagnée. Notons le préavis de grève de la CGT d’une durée de 7 mois, de la « coordination rurales » proche du pari communiste et de nos paysans qui s’interrogent sur les buts de la FNSEA….dont le président est traditionnellement lié aux céréaliers etc… On peut s’interroger sur la continuité du corporatisme du monde paysan. Le nombre exact de suicides d’agriculteurs reste inconnu, comme leur minable retraite parfois inférieur au minimum vieillesse !!! Alors soutenons les !!!

  2. Ce matin, le patron de la FNSEA était sur Europe 1. On sent le gars motivé… Si nos pauvres agriculteurs attendent sur ce gugus pour les tirer du pétrin, ils sont mal partis… Je les trouve bien gentils nos agriculteurs. Les Néerlandais dont les actions nous ont soigneusement été cachées en France étaient entrés dans le dur et chez eux, ça a fait vilain… Aucune image sur les chaînes mainstream. Evidemment. Mais c’est à Bruxelles qu’il faut aller…

  3. L’idéal serait que tout le monde bloque le pays (tous corps de profession confondus) par solidarité. Là, peut-être que les choses bougeraient davantage. En tout cas, soutien total à nos agriculteurs, même s’il devait en découler des problèmes d’approvisionnement.

  4. C’est bien joli mais cette solidarité va durer combien de temps?? Si la grève ne devient pas générale avec le soutien des autres métiers, j’ai bien peur que – comme d’habitude- ça ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau.

  5. blindés et forces de l’ordre en nombre pour bloquer des cortèges pavoisés aux couleurs nationales , tapis rouge déroulé pour les envahisseurs venu d’ailleurs drapeaux au vent .Mon choix est fait .

  6. Soutien total à nos agriculteurs…courage et tenez bon …ne vous inquiétez pas le président est en promenade ..il a peur de vous tous .

  7. « Place d’arme » aussi, les militaires à la retraite, soutiennent les agriculteurs, ai-je lu sur leur site.
    Comment que cette oligarchie peut nous malmener ainsi et toujours plus, alors que le pays entier est en révolte…
    Qu’attendent les généraux pour sauver notre patrie, sont-ils eux aussi corrompus jusqu’à la moelle ?

    1. Ne contez pas sur les généraux. Trop occupés à aller déblatérer sur les plateaux de LCI pour y raconter n’importe quoi sur la Russie… Quant à ceux d’actives, ils pensent d’abord à leurs carrières.

  8. C’est superbe toutes ces manifestations de sympathie, de solidarité, d’adhésion à la cause, etc. Mais c’est sans compter sur la perversité vicieuse de macron. On a pu voir comment, il agit face à un problème des plus majeur pour la France, Il part en visite en Inde pour aller chercher des migrants qui doivent ne pas être assez nombreux pour lui. Il reçoit en grande pompe l’équipe de hand ball à l’Elysée; quant aux paysans qu’ils restent dans leurs « purin ». Il envoie des blindés pour arrêter des français qui ne demandent qu’à travailler, il n’aurait pas fait pareil avec les émeutiers maghrébins et de gauche parce que là, il a vraiment peur. Il ne se précipite pas auprès de l’Europe pour imposer les mesures vitales pour le pays, etc. Alors, puisqu’on ne voit sur aucun commentaires une demande de démission, voire une suggestion de soulèvement pour le « foutre à la porte », il serait temps que le sujet de sa survie à la tête de l’état soit abordé. Il y a 235 ans les français ont su faire.

  9. je soutiens les paysans et dénonce la dictature de la commission européenne , à distinguer des peuples européens qui n’ont rien à voir avec cette dictature « euro atlantiste »

  10. Quel bel article !
    On a tellement envie d’y croire !
    Cela dit, ce dont ont besoin les agriculteurs, c’est pas seulement la compréhension des policiers, mais peut-être leur solidarité…active, refus massif d’obéir comme une milice d’un état corrompu, et surtout, le soutien des autres corps de métier, comme les transporteurs, comme en Allemagne, les enseignants, etc etc, bref une bonne grève générale…la perte massive du pouvoir d’achat en donne un bon prétexte.
    Bref dans une France aussi fracturée c’est pas gagné…
    Par contre il est positif de constater que les agriculteurs italiens, belges sont rentrés dans la danse ..pas un mot dans les médias…

    1. Pour les transporteurs ce n’est pas gagné, ce matin sur une radio nationale on commençait à sentir la petite musique de la manipulation contre les agriculteurs

Les commentaires sont fermés.