Dans son édition du 11 février 2024, le Journal du dimanche annonce qu’à Paris, « 43 élèves de confession juive ont rejoint des écoles privées depuis le 7 octobre face à l’inquiétante montée des agressions et menaces dont ils sont la cible ». L’hebdomadaire précise également que « certains proviseurs de lycées publics interviennent parfois directement pour les aider à rejoindre une école juive », faute de pouvoir « garantir leur protection ».

De la muselière…

Il ne s’agit que d’une brève, mais elle en dit long. Tout d’abord concernant le climat qui règne dans les établissements publics depuis l’attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre dernier. Selon le JDD, depuis cette date, les agressions et menaces envers les élèves juifs se multiplient. BV a souhaité vérifier l’information en contactant plusieurs collèges et lycées. Aucun n’a voulu s'exprimer. Voici la réponse de l’un d’entre eux, situé sur la commune de Marseille : « Le directeur vous invite à contacter le service communication du rectorat. Il n’a pas le droit de parler de ce sujet-là. »

Le rectorat d’Aix-Marseille ne sait pas si de tels actes ont effectivement été commis. Il ne sait pas non plus si des élèves de confession juive ont quitté le public pour le privé au cours de ces quatre derniers mois. Cette requête nécessiterait un passage en revue des effectifs de chaque établissement, ce qui n’a pas été fait. De leurs côtés, les écoles juives contactées, tout comme le consistoire israélite, indiquent que « pour des questions de sécurité », ils ne peuvent pas répondre à nos questions.

La réponse des instances juives laisse entendre qu’il y a bien eu des transferts d’élèves dans leurs établissements et qu’il s’agit bien d’enfants menacés ou agressés, mais elles ne souhaitent pas s’exprimer davantage afin de ne pas compromettre la sécurité de ces transfuges. Ce silence semble légitime.

Celui des écoles publiques ou du rectorat, un peu moins ; il est gêné. Il montre un certain malaise face à la situation. Quand on n’a rien à se reprocher, ne parle-t-on pas librement ? Au vu du nombre d’actes antisémites recensés en France depuis le 7 octobre dernier, il ne serait pas étonnant que les établissements scolaires aient aussi été touchés. D’ailleurs, plusieurs cas d’agressions sur des enfants juifs ont récemment fait la une de l’actualité, dans le Var, dans les Hauts-de-Seine, en Seine-Maritime, à Paris…

… aux œillères

Les proviseurs et les recteurs ne sont pas responsables des actes de leurs élèves. Pour autant, ils les taisent plutôt que de les dénoncer. À croire qu’il ne faut pas que cela se sache. Le 29 novembre dernier, Philippe Juvin, député LR des Hauts-de-Seine, était à l’antenne de Sud Radio, il déclarait : « Depuis des années, deux tiers des enfants juifs en France ne vont plus à l’école publique laïque et républicaine parce qu’ils ne peuvent plus, parce qu’ils sont juifs, parce qu’ils se font molester, parce qu’ils sont juifs. » Une information confirmée par le Fonds social juif unifié (FSJU) mais pas par le ministère de l’Éducation nationale. L’audit commandé en mai 2023 par Pap Ndiaye, alors ministre de l'Éducation nationale, sur les élèves juifs contraints de fuir l'école publique dans certaines zones peine à voir le jour.

Pourquoi ? Pour qui ? Pour ne pas stigmatiser qui ? Pour ne pas froisser qui ? Autant de questions qui restent sans réponse. Comme sur nombre de sujets, en France, il est plus facile de déplorer les conséquences que d’identifier les causes et les traiter.

6609 vues

12 février 2024 à 17:44

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. Bien sûr que les enfants juifs sont persécutés à l’école publique, bien plus que les autres enfants. Et par qui, s’il vous plait? Poser la question, c’est y répondre. Et comment répondre à l’agression dans un pays où devant le juge, la victime n’a raison que morte –et encore! A-t-on vu des parents d’enfants juifs se grouper pour protéger leur progéniture, ou réagir contre les agresseurs? Non, parce que la justice veille. On a arrêté ces dernières semaines quelques dizaines de jeunes gens « de l’ultradroite ». Que leur reproche-t-on? Des actes? Non, des idées, des intentions présumées, quelques banderoles du genre « On est chez nous! ». Et ce sont des peines de prison ferme qui sont requises! A ce point d’aveuglement et de partialité, clairement, impossible de protéger les enfants juifs.

  2. Qui sont les responsables, allez un peu de courage, tous les problèmes viennent toujours des mêmes mais aucun média n a le courage de les désigner

  3. Et après les juifs, ce sera le tour des « cathos » puis…C’est vrai qu’il faut faire de la place pour le « Grand Remplacement ».

  4. On connaît les responsables. C’est délicat car on serait taxé de racisme. Il semble que pour les juifs ce ne serait pas du racisme ou les racistes sont trop nombreux ou trop violents.

    1. Il serait temps de définir le sens de race, de racisme, et de religions. On peut être de même race, et de religions différentes. Or, à une époque où les imbéciles sont rois, on confond races et religions

  5. Il n’y a qu’une seule question à se poser , qui provoque l’antisémitisme en France ? La réponse est connue des autorités qui ne veulent surtout pas de vagues, élections obligent. Qui dans le pays voire l’Europe ne respecte pas les lois fondamentales des pays? La réponse est connue de plus de 80% des français. Qui impose sa culture au détriment de la nôtre ? La réponse est connue jusque dans les plateaux d’experts en tout.
    La demi mesure ne remplit jamais la bouteille. La politicouardise règne en maître en Europe et surtout en France.

  6. Après nos amis Juifs (ma mère l’était], viendra le tour des Protestants, des Orthodoxes grecques et/ou russes, puis enfin des Catholiques.
    Je n’ose même penser au sort qui serait réservé aux témoins de Jéhovah.
    L’école à la française sera réservée uniquement aux enfants de familles gauchistes, athées, franc-maçonnes c’est-à-dire bouffeuses de calottes devant l’Éternel.
    Maintenant, la balle est dans le camp de Belloubet…
    Aussi, serions-nous donc en droit de craindre le pire ?

      1. Mais il faut se battre contre l’avenir qui est entrain de se dresser contre nous et nos enfants, et petits enfants encore innocents.

    1. École à la française ? Ce sera une drôle d’école qui ne transmettra plus que des ideologies destructrices. 1984. D’ailleurs, une chose m’inquiète : les rares enseignants qui accepteront de faire ce boulot, auront-il encore un minimum de savoir à transmettre, seront-ils encore capable de faire preuve d’autorité face à des élèves de moins en moins bien encadrés chez eux.

  7. Le Hamas perdra certainement cette guerre des armes. Mais avec la complicité de certains dirigeants, d’un certain monde plus soucieux de guerroyer que de concilier, le Hamas gagnera la guerre de l’antisémitisme. Les faibles d’esprit s’en donnent à leur aise, les dirigeants se révélant laxistes à leur encontre, voire les encouragent en exigeant un cessez le feu israélien tout en négligeant les otages. Sous les coups sournois de ces dirigeants, de victime en 7 octobre, la population israélienne en devient bourreau. Une inversion des valeurs qui devient un cancer, lequel rongera l’occident. Poutine, patientez, les dirigeants occidentaux travaillent pour vous.

    1. « Dans les masses, l’inversion des valeurs, pour peu qu’elle soit graduelle peut réussir à s’imposer sur la base du conservatisme organisationnel, mais à deux conditions : que cela s’effectue dans un cours de déclin, de recul de la classe travailleuse ; que l’opposition qui porte les valeurs en voie d’inversion soit bâillonnée, voire exterminée. » Orwell 1984.

  8. Le problème c’est que la secte d’amour et de paix est plus qu’un mode de vie incontournable qu’un comportement morale que prône toute religion et de la s’occuper de l’éducation d’enfants par ces gens là c’est de voir où çà peut mener.

Les commentaires sont fermés.