Editoriaux - Fake News - Table - 9 février 2018

Duel Rioufol / Viktorovitch : quand la petite croix catho est aussi voyante que le voile islamique

Sur la chaîne CNews, on parle de « The Voice » juste avant un sujet sur les “fake news”. Around the table, l’affreux Ivan Rioufol, réactionnaire multirécidiviste affronte le gentil, que dis-je, the nice beautiful Clément Viktorovitch, « vivrensembliste » à plein temps totalement révolté par le départ quelque peu forcé de la chanteuse Mennel Itbissem de l’émission de TF1. Artiste promise au Stade de France et à rejoindre Omar Sy à Los Angeles. Une carrière foutue en l’air à cause de quelques tweets un peu olé olé comme quoi la France serait un pays de merde et autres divagations pourtant bien sympathiques.

Bizarrement, l’orage verbal, the horrible storm, se concentre sur la chevelure cachée de la chanteuse… Sur ce terrain, le nice beautiful à lunettes entame le refrain bien connu de la « petite croix autour du cou » du catho identique au voile de l’islamo. Tube incontournable des quartiers à forte population Bisounours.

Explication, pour les lecteurs un peu limités : une croix de 3 cm sur 2 cm à moitié dissimulée dans l’encolure d’une chemise est égale à une étoffe recouvrant l’intégralité du crâne duquel partent des cheveux définissant parfois un aspect non négligeable de la personnalité. Les deux sont exactement pareils. C’est la même chose… Un caniche, un éléphant ? Pareil. Un vélo, la fusée Ariane ? Idem.

À moins de se munir d’un détecteur de métaux, il paraît plutôt compliqué de repérer dans la rue les femmes portant le symbole catholique, alors qu’un voile se voit à 100 mètres… me semble-t-il. Les lunettes de monsieur Clément Viktorovitch sont-elle bien réglées ? Nous poserons la question à son ophtalmo.

Par ailleurs, le comparateur fou « petite croix versus voile » n’a pas remarqué, non plus, que le couvre-cheftaine islamique résulte d’une interdiction. Auto-infligée ou non, mais interdiction tout de même. Dissimulation d’une partie de sa personne… Il est donc bon de rappeler au digne représentant de la planète ci-dessus nommée que le minuscule symbole catholique n’est en rien dissimulateur de quoi que ce soit… Que la liberté de le porter ou non est entière… Et que, outre sa vision défaillante, nous allons devoir lui faire passer un scanner afin de vérifier le bon fonctionnement de ses neurones… Des frais, encore des frais… Le bobo est assez décoratif mais demande un entretien régulier qui arriverait à vous faire passer l’envie d’en adopter un. And it is very dommage…

À lire aussi

Ségolène Royal, la diva des pôles, aurait-elle dérapé sur le budget ?

Les multiples clichés de ses activités relayés de manière intensive sur Twitter et Interne…